Lorenzo Brown envoie l’Espagne en quart de finale !

Crédit photo : FIBA

Avec 28 points, dont 12 en prolongation, Lorenzo Brown a été le héros de la qualification de l'Espagne pour les quarts de finale de l'EuroBasket (102-94 contre la Lituanie).

C’est peut-être l’équipe d’Espagne la plus faible de ces quinze dernières années. Et pourtant, cette Roja là est en quart de finale de l’EuroBasket, sortie victorieuse d’un thriller de haut-vol contre la Lituanie (102-94, a.p.), et presque même déjà favorite pour le dernier carré avec une opposition à venir contre la Finlande ou la Croatie. C’est une histoire de tradition et d’excellence, savamment entretenue par l’éternel Rudy Fernandez, toujours saignant du haut de ses 37 printemps (13 points à 4/7 et 3 rebonds). 18 ans après sa première sélection, lors des Jeux Olympiques 2004 (!), l’arrière du Real Madrid reste le rescapé des années d’or, le garant d’une culture, après les retraites internationales des frères Gasol et de Sergio Rodriguez.

12 points pour Brown en prolongation !

Inoxydable Rudy Fernandez… (photo : FIBA)

Mais c’est aussi l’histoire d’une décision controversée, celle de la naturalisation d’un meneur américain pour palier la défection du MVP de la Coupe du Monde 2019, Ricky Rubio. Plutôt que de faire confiance au jeune prodige Juan Nunez, l’Espagne a choisi d’accorder un passeport à Lorenzo Brown, natif de Roswell au cœur de la Géorgie (États-Unis), un joueur n’ayant même jamais évolué en Liga Endesa. La pertinence sur le long-terme sera sûrement discutable, notamment quand il faudra confier les clefs à la recrue d’Ulm, mais à l’instant T, cette décision est une franche réussite. Le joueur du Maccabi Tel-Aviv a été exceptionnel avec 28 points à 9/20, 3 rebonds et 8 passes décisives. Il a surtout été décisif en cumulant 12 de ses 28 unités en prolongation !

En voyant cette Espagne, et son roster peu flamboyant dans le grand huit, on aimerait écrire que la Roja est éternelle. Mais au vu de l’identité du héros, on s’en gardera bien… Toujours est-il que la sélection ibérique a établi un nouveau record avec sa 21e participation d’affilée à un quart de finale de l’EuroBasket, auparavant détenu par l’URSS avec 20. Il faut remonter jusqu’à l’édition 1977 pour voir un tableau sans Espagne à ce stade de la compétition.

Un nouvel échec pour la Lituanie

Domantas Sabonis attend encore sa première heure de gloire avec la sélection (photo : FIBA)

De son côté, poussée par un peuple vert encore venu nombreux à Berlin, la Lituanie vit un nouveau fiasco sur la scène internationale. Depuis sa finale de l’EuroBasket 2015 (perdue face à… l’Espagne), la sélection balte va de déception en déception, déjà éliminée en 1/8e de finale de l’EuroBasket 2017, non qualifiée pour la phase finale de la Coupe du Monde 2019 puis sortie en finale du TQO l’an dernier par la Slovénie. Longtemps aux commandes de la rencontre (47-58, 25e minute) avec un excellent Mindaugas Kuzminskas (18 points), les Lituaniens ont progressivement craqué, malgré la prolongation arrachée au buzzer du bout des doigts par l’excellent Ignas Bradzeikis. Incapable de s’imposer lors d’un match serré sur ce tournoi (0/4), l’équupe de Kazys Maksvytis s’apprête à vivre des heures compliquées, avec le débat sur la cohabitation entre Domantas Sabonis et Jonas Valanciunas qui ne devrait pas tarder à ressortir. Celui sur la naturalisation de Lorenzo Brown n’avait pas besoin de ça pour être relancé mais l’Espagne n’en a cure…

À Berlin,

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Alexandre Lacoste

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires