Recherche
Logo Bebasket
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Luc Dayan veut toujours reprendre les Metropolitans 92

Betlcic ELITE - L'homme d'affaire français Luc Dayan souhaite reprendre les Metropolitans 92 en compagnie d'un fonds d'investissement américain. Mais la mairie de Boulogne-Levallois, propriétaire du club, se montre peu investie dans les échanges.
Luc Dayan veut toujours reprendre les Metropolitans 92

Luc Dayan va-t-il parvenir à racheter les Metropolitans 92 ?

Crédit photo : DR

En marge des playoffs de Betclic ELITE, deux dossiers extra-sportifs prennent de l’importance. Il y a celui du Limoges CSP et celui des Metropolitans 92. Si la mairie de Boulogne-Billancourt a décidé de ne pas prolonger l’aventure de son club professionnel de basket, sportivement relégué en Pro B, des potentiels repreneurs tapent à la porte.

En effet, Luc Dayan, ancien président du LOSC, du RC Lens du FC Nantes et du RC Strasbourg, a candidaté au rachat des Metropolitans 92. Dans son entreprise de sauvetage, Luc Dayan serait aidé par un fonds d’investissement américain. Pour l’instant, la mairie de Boulogne-Billancourt, propriétaire du club, s’est montrée peu emballé dans les discussions autour de ce rachat, alors que le maire Pierre-Christophe Baguet veut passer à autre chose.

Luc Dayan s’est confié au Parisien sur son projet de rachat. Au cours de la saison 2023-2024, des investisseurs américains avaient déjà présenté une offre à la mairie, mais celle-ci l’avait refusée. L’homme d’affaires est revenu vers eux. Les deux parties ont un objectif commun, celui de « sauver le club« . L’un des responsables du fonds d’investissement Eurostep Ventures a affirmé son intérêt pour le rachat du club :

« Je suis intéressé« , annonce ce Californien qui vient la moitié du temps à Paris. « Paris est une ville qui regorge de talents en basket, il y a un incroyable vivier de jeunes joueurs et les gens sont des fans de basket. Il y a une place ici pour un autre grand club de basket, j’en suis persuadé. Ce n’est pas un challenge facile et nous venons juste de commencer le process, donc il est encore un peu prématuré pour annoncer quoi que ce soit. Mais nous allons faire tout ce qu’il est possible pour faire revivre ce club historique. Je sais que Boulogne-Levallois est l’ancien club de Victor Wembanyama, mais c’est aussi l’ancien club de mon joueur préféré, Boris Diaw.« 

Reste à savoir si la mairie de Boulogne-Billancourt va continuer les discussions avec Luc Dayan et le fonds d’investissement afin de leur céder les parts et leur permettre de repartir en Pro B. Cependant, de nombreuses zones d’ombre existent, notamment autour de la salle potentielle des Metropolitans 92. La ville de Levallois va faire plus de place au projet du Levallois Sporting Club, qui vient d’accéder à la Nationale 1. Le rachat des parts des Metropolitans 92 représenter un important investissement.

Toujours selon Le Parisien, le repreneur des Metropolitans 922 devra régler 250 000 euros d’indemnités à l’ACBB, l’association porteuse des droits sportifs, et s’engager à récupérer la dette de 280 000 euros afin de financer la location du Palais des sports Marcel-Cerdan de Levallois, qui n’a pas été payée, ainsi que les 310 000 euros des appartements des pensionnaires du centre de formation.

« Tant qu’on peut discuter, échanger, on peut espérer trouver une solution, là, ce n’est pas le cas. C’est dommage car on a travaillé non-stop depuis des jours pour trouver une solution », regrette Luc Dayan, alors que la mairie de Boulogne-Levallois se montre peu investie dans les échanges. Reste à savoir si lui et les investisseurs jetteront l’éponge rapidement, alors que d’autres clubs attendent de savoir s’ils seront repêchés ou non en Pro B, NM1, NM2 etc.

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
zonepress
C'est une vraie plaie ces dossiers de clubs qui doivent descendre mais on attend que gnagnagna. Le vrai problème c'est que ça pénalise des clubs bien gérés qui ne savent pas dans quelle niveau ils vont jouer. Je ne sais pas ce qui est possible juridiquement, mais ce serait bien que la ligue puisse trouver une règle fonctionnelle pour un timming qui ne pénalise personne.
Répondre
(2) J'aime
halle_37
Bien d'accord avec toi mais si on doit attendre une décision cohérente avec du bon sens et sans conflits d'intérêts de la part de la ligue, je serais vice président de la NBA 🤣🤣😅😅😭😭
Répondre
(2) J'aime
zonepress
Après, sauf erreur de ma part, tous les présidents font partie des instances (des votants ? Je sais pas le terme), de la ligue. On se réveille svp. Et on arrête les discours de genre "ce serait triste car le csp est un monument blabla". T'es pas dans les clous = au revoir, laisse la place aux autres et tu reviendras si tu fais bien les choses.
(0) J'aime
samuel92- Modifié
En France, il y a des règles à respecter. La ligue ne peut pas prendre de décisions arbitraires de façon unilatérale. J'imagine qu'il y a une date limite d'inscription, en sachant également que la saison 2023-24 n'est pas finie. Et ne pas oublier que le moment voulu, la LNB peut refuser l'engagement d'un club mais que celui-ci peut entamer des recours auprès de la chambre d'appel de la FFBB et vers d'autres instances ensuite. On peut ne pas aimer ce principe mais la ligue n'y peut rien en l'occurrence.
Répondre
(0) J'aime
zonepress
Justement ces périodes de recours, je comprends bien le sens, mais c'est là oû le timming devient catastrophique pour ceux qui sont touchés par ricochet. Et il n’y a pas de règle ou de loi qui ne soit modifiable ou nuancés. Si c'est une règle de la fédé, personne ne me fera croire qu'un accord ou qu'une influence de la ligue n'est pas possible.
(0) J'aime
yesdubasket
840.000 € de dettes à règler avant de commencer quoi que ce soit....+ ce qui reste du club....Ca fait beaucoup...les investisseurs américains souhaite un retour sur investissement rapide surtout si ce sont des fonds de pension...cela me rappelle qques chose dans le sud Ouest ....
Répondre
(2) J'aime
halle_37
Je me disais exactement la même chose ^^
Répondre
(0) J'aime
lechat23
l'an dernier Boulogne-Levallois a touché des sous pour les arrivées en NBA de 2 joueurs. Cette année, l'équipe n'était surement pas la plus chère de Betclic Elite et... il manque 840 00€ à la fin de l'année. Pour le moins étrange cette histoire.
Répondre
(1) J'aime
yo1935
a voir si ca ne serait pas un projet a la Beobasket avec Mega (du genre un agent americain qui creerait une couveuse en Europe).
Répondre
(0) J'aime
mick7142- Modifié
Si c'est pour faire comme à l' Elan béarnais, allez y vite, au moins l'affaire sera vite pliée. Mais je pense que les maires de la région parisienne sont un peu plus intelligents et méfiants que dans le Béarn, où Fanfan s'est fait entubé propre, sans réfléchir qu'il mettait son club en péril, et l'on a vu les résultats d'ailleurs. Mais ça va beaucoup mieux maintenant, ils viennent de faire une grosse saison "7ème" de Pro B", et vont peut être même remonter en BE, en bénéficiant d'un ranking pondu par qui ??? En tenant compte de quels critères ??? Et sur les bases de quoi ???...
Répondre
(1) J'aime
yo1935
Pour les mets c est soit la reprise soit la disparition, non ? par contre c est sur que la mairie ne mettra pas une thune.
Répondre
(0) J'aime
lefreezident
Avec la montée de Levallois en N1, pourquoi ne pas investir plutôt ds ce projets sain, que d'aller quémander aux escrocs de Boulogne de leur refiler un joujoux cassé., Levallois avec les 800000, ça joue directement la montée en prob
Répondre
(0) J'aime
derniermot- Modifié
Quels escrocs ? Leur budget est dans le vert, qu'ils veulent pas payer une dette ne signifie pas qu'ils n'en ont pas les moyens. En revanche, ils n'ont aucune motivation. Et mieux vaut repartir de Pro B avec toute une structure pro déjà prête qu'en N1 Et de tte façon, je doute que la mairie de Levallois soit vendeuse, celle de Rueil éventuellement. Manifestement, le repreneur quitte à mettre de l'argent, veut un club déjà pro, ça se discute en effet
Répondre
(0) J'aime
gomma
Sauf erreur de ma part, si le CSP est rétrogradé et si les METS réapparaissent, alors les METS seront repêchés en Pro A (et non l'élan béarnais). Du coup, pour le moment, les METS ne savent même pas dans quelle division ils repartiraient ... Bon, et puis, c'est bon, les fonds d'investissement américains, on connaît maintenant.
Répondre
(1) J'aime
cambouis
Pourvu que ce soit vite réglé...
Répondre
(0) J'aime