« Markis McDuffie ? Je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi talentueux »

Crédit photo : AS Monaco

Markis McDuffie a dominé les postes 4 de l'AS Monaco ce dimanche, portant la JDA Dijon à la victoire en principauté.

Si Dijon a battu Monaco, c’est aussi parce que tous ses joueurs ont pu apporter leur contribution, comme l’a noté leur entraîneur Nenad Markovic.

Markis McDuffie Dijon 2022-23 AS Monaco
Markis McDuffie déborde Elie Okobo et se retrouve face à Jaron Blossomgame (photo : AS Monaco)

Un joueur est sorti du lot : Markis McDuffie (2,03 m, 25 ans). L’ailier-fort étasunien a été constant sur toute la rencontre. Mais surtout, celui qui a eu la lourde tâche à succéder à Rashard Kelly a livré un vrai récital dans le final, pour définitivement repousser la Roca Team. Dans ce contexte de prestige, face au co-leader de l’EuroLeague, l’ancien joueur de Naples a signé son meilleur match (27 points à 9/17, 9 rebonds et 3 passes décisives pour 30 d’évaluation en 34 minutes) depuis au club cet été. Une arrivée qui a failli être annulée puisqu’il était reparti aux États-Unis après la reprise officielle de l’entraînement, sans qu’on en connaisse la raison. Finalement, il a bien été engagé par la JDA et monte en puissance semaine après semaine.

« Markis c’est un joueur très, très talentueux, estime son collègue du poste 4, Abdoulaye Loum. Je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi talentueux que lui, franchement, il faut dire la vérité. Il peut marquer des paniers incroyables. Après le début de saison qu’il a passé, il a fallu du temps pour qu’il monte en régime. Là il est au top. »

Un sentiment partagé par son coach, Nenad Markovic.

« McDuffie a passé un cap. Il a ses qualités. Il a eu son problème cet été, il était totalement hors de rythme pendant deux mois. Petit à petit il revient. Ce n’est pas la première fois qu’il est bon. Des fois les joueurs, dans ce genre d’atmosphère contre une équipe EuroLeague… Il veut probablement jouer en EuroLeague dans le futur donc il doit montrer qu’il a les qualités pour jouer à ce niveau. C’est un bon endroit pour se montrer. Il a vraiment passer un palier. »

A 25 ans, pour sa quatrième saison professionnelle – il a joué en Hongrie, deuxième division italienne et donc première division italienne, avec Naples -, ce poste 4 complet et mobile continue sa progression vers le plus haut-niveau. Mais où s’arrêtera-t-elle ?

À Monaco,

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Gabriel Pantel-Jouve

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires