Matchs capitaux en EuroLeague, Coupe de France… L’AS Monaco débute sa « folle semaine » contre l’Olympiakos

« On a une semaine folle, elle sera très certainement décisive pour la suite de la saison ». Léo Westermann a raison : la Roca Team est à la croisée des chemins. Alors qu’elle évoluait en NM2 il y a encore dix ans, la Roca Team va défier l’Olympiakos à Gaston-Médecin ce mercredi (21 h), « l’une des meilleures équipes d’EuroLeague » dixit Sasa Obradovic, avant de recevoir Baskonia, (19 h) vendredi. « On joue notre saison sur ces deux matchs », estime Léo Westermann.

LIRE AUSSI. Ismaël Kamagate complimenté par Jean-Christophe Prat : « C’est un rayon de soleil »

Un changement dans la routine de Sasa Obradovic

« Je ne pouvais pas être complètement dans le match contre Paris car j’ai déjà regardé des rencontres de l’Olympiakos et d’habitude, je ne le fais jamais, relève le technicien monégasque. Mais là… On sait l’importance que possède ce match. On s’améliore de match en match et l’alchimie de l’équipe est de mieux en mieux. Chacun joue à son meilleur niveau et exploite au mieux son potentiel. On ne gagnera pas l’Olympiakos dans le 1er quart-temps. »

En embuscade pour accrocher le Top 8 (11 victoires – 13 défaites), la Roca Team se disputera les trois derniers strapontins avec l’Étoile Rouge de Belgrade, le Maccabi Tel-Aviv et le Bayern Munich. L’ASM, victorieuse de l’EuroCup l’an dernier, pourrait ainsi décrocher une place en playoffs après ses quatre derniers matchs mais surtout un ticket pour une 2e année en EuroLeague. Une prouesse qu’aucun club n’a réussi à réaliser depuis 2016, date à laquelle l’ECA en a fait un championnat. Désormais, l’objectif ne parait pas si loin, alors qu’il a semblé inatteignable mi-décembre, entre le départ forcé de Zvezdan Mitrovic et les sauts d’humeur de sa star Mike James.

Victorieuse des Stambouliotes du Fenerbahçe, fin février, puis mi-mars, de l’Anadolu Efes, champion d’Europe en titre, la Roca Team possède également la meilleure attaque de la compétition, avec 84,1 points par match. « Je pense vraiment que l’ASM peut faire quelque chose en EuroLeague, expliquait Jean-Christophe Prat, après la défaite de Paris contre Monaco, dimanche. La Roca Team a une dimension athlétique que peu d’équipes d’EuroLeague ont. D’autres équipes jouent mieux mais elle peut switcher en défense, elle peut jouer petit, grand. Bref, c’est un casse-tête ! À part Barcelone et Madrid, les Monégasques peuvent embêter du monde sur une série de cinq matches en Playoffs. Alors un Final Four, pourquoi pas »

« On va y laisser de la gomme mais on va jouer tous les matches à fond »

En plus d’une double dose d’EuroLeague, l’ASM disputera un quart de finale de Coupe de France, samedi, à l’Arena Loire de Trélazé, à côté d’Angers. En cas de succès contre la JL Bourg, Yabuka Ouattara et ses coéquipiers disputeraient un 4e match en 5 jours. Assez surréaliste…

LIRE AUSSI. Léo Westermann à propos du problème de salle pour Paris 2024 : « C’est complètement incroyable »

« Heureusement que samedi, on joue à 18 h et pas à 13 h car sinon, ça aurait été l’enfer », préfère sourire Léo Westermann. Et l’international français d’ajouter qu’il ne compte pas galvauder le trophée Robert Busnel : « Ce n’est pas un objectif secondaire mais malheureusement, la Coupe de France arrive dans une semaine incroyable. On a 16 joueurs de très haut niveau, on a l’effectif pour. On va y laisser de la gomme mais on va jouer tous les matches à fond. »  

par

Qui a écrit ce papier ?

Rédaction Bebasket

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires