Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Nanterre surclasse Le Mans

Betclic ÉLITE - Nanterre a largement dominé Le Mans (76-89) ce samedi 9 mars dans la Sarthe. Les joueurs de Pascal Donnadieu ont été jusqu'à +29.
Nanterre surclasse Le Mans

Juhann Begarin et Nanterre ont dominé Le Mans ce samedi 9 mars.

Crédit photo : Julie Dumélié

Nanterre s’est facilement imposé du Mans ce samedi 9 mars pour le premier match de la 25e journée de Betclic ÉLITE. Les joueurs de Pascal Donnadieu ont compté jusqu’à 29 points d’avance (51-80, 32′) avant de se laisser aller sur la match de match (30-17 dans le dernier quart-temps), expliquant ainsi l’écart final (76-89).

Après un premier quart-temps serré (19-20, 10′), les visiteurs ont pris le large dans le deuxième quart-temps (15-26). Il faut dire qu’ils étaient très adroits à 3-points (8/11 à la pause) contrairement aux Sarthois (2/15 après 20 minutes). Le groupe d’Elric Delord n’a pas réussi à revenir dans le match par la suite, au contraire même. Au retour des vestiaires, Justin Bibbins a inscrit un nouveau 3-points alors que le MSB continuait d’artiller sans succès à 6,75 m (2/21 avant de finir à 5/25). Malgré l’énorme domination des locaux au rebond (50 prises à 22 !), leurs 17 balles perdues permettaient à Juhann Begarin (19 points à 10/11 aux tirs, dont 3/3 à 3-points, en 26 minutes) de prendre le large.

Après sa défaite contre Monaco à la Paris La Défense Arena, Nanterre reprend sa marche en avant. A contrario, Le Mans continue de descendre au classement et l’urgence va être de se concentrer plus sur le maintien que la course aux playoffs.

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
toto72- Modifié
Il se dit qu'on ne tire pas sur une ambulance. Mais sur un corbillard, ça doit pouvoir se faire. Cette semaine, Eric Delord a annoncé officiellement qu'il prenait la saison prochaine une année sabbatique parce qu'il était cramé (officieusement, ça doit donc faire un moment que c'était dans les tuyaux ). Un type sain aurait annoncé cela à la fin de la saison pour ne pas altérer la confiance et le fonctionnement de l'équipe, même s'il en a fait part avant à sa direction. Mais là, ca revient à démissionner tout en conservant son salaire jusqu'à la fin de la saison et toucher ensuite le chômage sabbatique. Crâmé et au bord du burn-out, mais lucide le Eric. On n'en arrive pas à cette conclusion parce qu'on est hyper satisfait du boulot qu'on a fait avec l''équipe qu'on a constitué et qui joue le jeu qu'on a défini. Bref, même si les joueurs ont fait une énorme débauche d'énergie aujourd'hui (voir les stats au rebond), la confiance dans le jeu qui est joué (si on peut dire tant il est pauvre (zéro circulation de balle et la balle aux intérieurs quand on ne sait pas quoi en faire)) et l'intensité qu'on doit mettre en défense ne peuvent pas être là parce qu'on joue à ce moment là un jeu pour lequel l'entraineur lui-même dit qu'il est dans le rouge. Que dire de l'adresse sans confiance. En conclusion, peut on continuer jusqu'à la fin de la saison avec un entraineur qui dit qu'il est out. J'en doute et moi aussi. Son annonce et le contenu de sa justification sont à cette époque de l'année un exercice de nombrilisme qui ressemble fort à une grosse faute professionnelle. Sauf que pour l'instant, il a son salaire jusqu'à la fin de la saison en faisant semblant de s'occuper d'une équipe contre laquelle aucune équipe ne peut craindre de perdre. Je n'aimerai pas être à la place de Christophe Lebouille, parce que 1) j'aurais l'impression de m'être bien fait baiser par mon entraineur "malade" et 2) j'aurais de sérieux doute sur ma capacité à trouver quelqu'un pour reprendre l'équipe qui n'est pas démobilisée, mais qui a un total manque de confiance dans le jeu qu'elle pratique en attaque et en défense. A partir de maintenant, il y a 15 jours de break qui vont être intéressant à suivre, sauf si le MSB se rêve déjà en ProB. Merci aux joueurs de continuer à se battre malgré le bordel aux niveaux du jeu qu'on leur demande de jouer et pour le respect qu'ils montrent en vers le coaching.
Répondre
(0) J'aime
shawntarogers- Modifié
Pire saison du club depuis looooongtemps. A mettre au crédit des dirigeants et staffs qui se sont succédés car le MSB a été cette institution régulière au plus haut niveau mais cette année c’est un système qui s’effondre. Changer huit joueurs par saison en gardant une ossature solide. Ça marchait avec Tarpey qui tenait la baraque mais là ça suffit plus. L’équipe est hyper soft. Certes appliquée et concernée car c’est le critère numéro un pour être recruté au MSB : ne pas avoir le melon et respecter le club, le coach. Ok mais cette année on a que des bons élèves qui ne se révoltent pas ! Manque de grinta on ne sent pas le danger ! On regarde le calendrier et on se dit qu’on peut perdre contre a peu près tout le monde… on n’est pas habitué nous. Là c’est objectif maintien. Et oui Delord, c’est une sortie un peu étrange, voire pas cool du tout. Pressentant le limogeage, il part de lui-même. C’est quasi un capitaine qui quitte le navire en perdition.
Répondre
(1) J'aime
toto72- Modifié
Les premier symptômes visibles du lâchage de Delord sont probablement à corréler avec la disparition des interviews d'après match à domicile qui ont disparues du site web du MSB aux environs de décembre 2023.
(1) J'aime
lulutoutvert
Le Mans est hyper soft. Yeguete est généreux, Jones est vraiment un joueur dangereux. Schwartz est intéressant. Et puis c'est tout. Hudgens en prenant vite 2 fautes a mis Jones en danger, en le faisant jouer plus que prévu. Alors quand il se choppe sa 3e à la 18e, ça sentait déjà pas bon du tout. Il retrouve le chemin du 3 pts à 1 mn 30 de la fin du match. Aucun danger de ce coté pour ce match. Coté JSF, les rebonds offensifs étaient restés dans la soute du car. Mais eux, ils l'avaient le shoot à 3 pts un bon Bibbins (c'est si rare : joke), Ayayi combatif comme d'hab, un bon Begarin (y compris à 3 pts, ce qui est un point de progression pour lui), Pinault qui retrouve son shoot extérieur. ils se sont relachés à partir du début du 4e QT, Garbage time, on aurait cru voir certains matchs de NBA Insipide. Heureusement que les nanterriens ont levé le pied, sinon, ça pouvait finir à -35 ou -40. Et coté ambiance, les manceaux n'ont pas été soutenus par leur public aussi endormi que leurs joueurs. Le fin de saison pourrait être très long.
Répondre
(1) J'aime
elsinger
Aller, encore une branloute. Plus qu'un objectif, sauver la saison et repartir de zéro...
Répondre
(0) J'aime
samuel92
Nanterre poursuit sa magnifique saison. Bourg n'est plus qu'à 2 victoires.
Répondre
(0) J'aime
lounkao
Si Eric DELORS était un peu honnête avec lui même, il démissionnerait immédiatement et laisserait sa place à son assistant...Si les dirigeants ne prennent pas des dispositions rapides, ce sont les supporters et partenaires qui vont démissionner...
Répondre
(0) J'aime