Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Paris en finale de l’EuroCup après sa victoire à Londres !

EuroCup - Pour la 2e campagne européenne seulement de son histoire, le Paris Basketball a réussi l'exploit de déjà se hisser en finale d'une Coupe d'Europe ! Après l'avoir emporté à l'Adidas Arena mardi, le club de la capitale a récidivé à Londres ce vendredi (85-93) pour remporter la série sur le score de 2-0.
Paris en finale de l’EuroCup après sa victoire à Londres !

T.J. Shorts et sa bande sont en finale de l’EuroCup !

Crédit photo : Julie Dumélié

Sixième année d’existence, deuxième année en EuroCup, pas de playoffs sur la scène nationale… Mais Paris se retrouve déjà en finale d’une Coupe d’Europe ! Le club de la capitale continue sa campagne européenne 2023-24 quasiment immaculée (une seule défaite) en ayant remporté sa série des demi-finales contre Londres sur le score de 2 à 0. Vainqueurs trois jours plus tôt à l’Adidas Arena (99-86), les Parisiens ont récidivé ce vendredi soir à la Copperbox Arena en maîtrisant la seconde période (85-93).

 

Une troisième finale pour T.J. Shorts et sa bande de Bonn

« C’est fantastique d’être en finale. Cela n’arrive pas chaque année ». T.J. Shorts et une grande partie de ses coéquipiers venus de Bonn l’été dernier (5) devraient pourtant être habitués. Après avoir disputé la finale de la Bundesliga et remporté la BCL la saison dernière, le meneur californien et sa bande sont désormais en finale de l’EuroCup ! Paris n’a pas manqué de saisir la première balle de match, même si la première période augurait davantage un retour à Porte de La Chapelle pour un match 3 qu’une qualification en finale.

Après un bon départ permis par de nombreuses bévues londoniennes (8-16, 5e), Paris a vu Londres lui poser des problèmes. Mettant à mal la défense parisienne en cherchant les joueurs dans les coins pour des tirs à 3-points ou des attaques du panier, Londres a su profiter du rythme parisien pour également rentrer dans sa rencontre. Le duel de prétendants au titre de MVP de l’EuroCup entre T.J. Shorts (21 points, 5 passes décisives et 8 fautes provoquées) et Matt Morgan (25 points et 6 fautes provoquées) tenait toutes ses promesses en première période, avec 13 points de part et d’autre. Avec une nette domination aux rebonds (26 rebonds dont 8 offensifs en MT1), les lions londoniens étaient en tête à la pause (45-39, 20′).

Réaction après la pause pour Paris

« À la mi-temps, on s’est dit qu’on ne jouait pas à notre niveau, soulignait l’entraîneur Tuomas Iisalo après la partie. Tout le monde a su réagir par la suite. » Une analyse qu’avait également faite Collin Malcolm (10 points) lui dès la fin des vingt premières minutes. Action, réaction pour Paris, avec le réveil d’un joueur, Tyson Ward (9 points). L’ailier américain est sorti de sa torpeur de la première période (aucun point) pour y plonger la Copperbox Arena et le pauvre Conor Morgan sur un énorme poster dunk (47-43, 21′). Les ajustements collectifs ne se sont pas faits attendre non plus pour Paris, qui a accumulé les interceptions (14) et les contres (5) pour repasser devant dans le 3e quart-temps (64-66, 30′).

Et le rouleau-compresseur parisien a fini par avoir raison de Londres au terme d’un match à la fois brouillon et intense. Mains sur les hanches, regards désabusés, on voyait mal les Anglais revenir, surtout quand Tyson Ward donnait l’un des plus grands écarts du match à Paris au début du dernier quart-temps (64-73, 32′). Et encore moins quand Nadir Hifi montrait une nouvelle fois ô combien son tir devenait létal en fin de match, inscrivant 8 de ses 13 points du soir dans les cinq dernières minutes.

13e club du championnat français à rallier une finale européenne, en attendant un 14e ?

Nadir Hifi est une nouvelle fois sorti de sa boîte en fin de partie. (Photo : Julie Dumélié)

L’intensité parisienne a fini par rendre les idées troubles aux London Lions, coupables de 21 pertes de balles, eux dont le brouillard est pourtant l’une des caractéristiques de leur ville, surnommée Old Smoke. Leur impact physique aussi, aux rebonds notamment, s’est délité en second période (26 prises en MT1, 40 au total). Sans une grande adresse (8/30 à 3-points, 20/33 aux lancers-francs), la volonté de Paris de toujours accélérer le jeu et de mettre la pression (26 fautes provoquées) a fini par payer dans la capitale londonienne.

Une vitesse folle dans le jeu mais aussi dans le projet. Créé en 2018 par ses deux propriétaires américains Eric Schwartz et David Kahn, le club parisien se retrouve en finale d’une Coupe d’Europe pour sa 6e saison seulement d’existence. Après une saison décevante pour sa deuxième dans l’élite sous les ordres de Will Weaver, le potentiel parisien semble presque illimité sous la gouverne de Tuomas Iisalo. Après avoir remporté le premier trophée de son histoire avec la Leaders Cup 2024 à Saint-Chamond, ainsi qu’être en très bonne position pour jouer ses premiers playoffs en Betclic ELITE, Paris devient le 13e club du championnat français à rallier une finale européenne. Un 14e le rejoindra-t-il à l’issue de la belle entre la JL Bourg et le Besiktas Istanbul mercredi ?

Cliquez ici pour accéder aux statistiques de la rencontre

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
samuel92
Paris confirme sa bonne forme du moment et s'évite un match couperet. L'équipe a une nouvelle fois été énorme derrière son leader TJ Shorts. Première finale européenne pour le club :-) Vivement le match 1 à l'Adidas Arena. Let's go Paris. D'ici là, gros derby dimanche face à Nanterre
Répondre
(2) J'aime
lulutoutvert- Modifié
Peut être une place pour Nanterre si Paris a déjà la tete à sa finale brillamment acquise. Shorts encore décisif dans le money time avec une interception parmi les grands et une belle conclusion en contre attaque. C'est lui le MVP Hi-fi ? Faut pas oublier qu'il decouvait encore récemment la Betclic avec le Portel et que son éclosion avait coïncidé avec un réveil du club de la côte d'opale. Quelle progression
Répondre
(2) J'aime
samuel92- Modifié
Oui il y a un coup à jouer pour Nanterre. Il y aura forcément un peu de fatigue et même un peu de décompression du côté parisien même si j'imagine qu'Iisalo va être vigilant dans ce domaine. Hifi fait une saison remarquable, je me rappelle de certains commentaires en début de saison affirmant qu'il ne jouerait pas bcp. Maintenant il doit encore progresser sur ses prises de décision mais c'est déjà un très bon joueur. S'il peut accéder à l'EL avec Paris, ce serait génial pour lui. J'aimerais bien voir cette équipe conserver son noyau dur ( Shorts, Hifi, Ward, Jantunen, Malcolm, ... ) et juste rajouter 1 ou 2 joueurs.
(0) J'aime