Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Camps

Le champion de France se fait respecter : +22 pour Monaco contre Paris !

Betclic ELITE - Dans le choc de cette première partie de saison du championnat de France, Monaco a fait respecter la hiérarchie et surtout montrer de quel bois se chauffait le champion de France en titre. Son dauphin, le Paris Basketball, a dû se résoudre à s'incliner de plus de 20 points ce dimanche soir (84-62).
Le champion de France se fait respecter : +22 pour Monaco contre Paris !
Crédit photo : AS Monaco

Le champion de France en titre face à son dauphin. L’armada monégasque face au club de la capitale et ses renforts en provenance de Bonn. L’actuel 3e de l’EuroLeague face à l’équipe qui a le plus impressionné en Betclic ELITE. Ce choc entre Monaco et le Paris Basketball était très attendu à Gaston-Médecin ce dimanche soir. En premier lieu par Sasa Obradovic et ses joueurs qui, avec la concentration et la rigueur des grands matchs, ont infligé au club de la capitale une lourde défaite de plus de 20 points (84-62). La Roca Team a dépassé les Parisiens dans quasiment tous les domaines, comme l’illustre les évaluations collectives des deux formations (100 à 54).

Paris asphyxié en première mi-temps

Comme rarement cette saison, et certainement pour la première fois sur une aussi longue durée, le Paris Basketball a été pris à son propre piège : celui de l’asphyxie. D’habitude si pressant sur son adversaire, ne le laissant pas respirer, le club de la capitale a cette fois été dans le rôle de la victime.

En première période, les hommes de Tuomas Iisalo n’ont pas pu contenir les premiers pas des attaquants monégasques, ni contrôler le rebond défensif (14 prises offensives pour l’ASM) ou encore imposer leur jeu en attaque. Laissant délibérément beaucoup d’espaces au maître à jouer parisien, T.J. Shorts, Monaco a déboussolé le meneur californien. Avant même la pause, la Roca Team a fait grimper sa marge jusqu’à +19, pour finalement mener de dix points à la mi-temps (44-34).

Le coup de chaud entre Jordan Loyd et Gauthier Denis

Fort d’une bonne fin de première mi-temps, Paris a malgré tout continué à exister dans la partie avec l’apport de ses ailiers (8 points pour Malcolm, 7 pour Ward). La partie s’est ensuite animée avec l’altercation entre le meneur monégasque Jordan Loyd et l’arrière parisien Gauthier Denis, où la finalité fut l’exclusion de l’Américain. Un élément qui a indirectement intensifié la rencontre d’un point de vue physique.

Malgré des contacts beaucoup plus rudes défensivement, le club de la Principauté a gardé son emprise sur la rencontre en continuant à dominer le match dans le match des bases arrières : la paire Mike James (22 points) – Elie Okobo (15 points) a montré sa supériorité actuelle au duo T.J. Shorts (13 points à 5/11 aux tirs) – Nadir Hifi (8 points à 4/15 aux tirs).

Flirtant toujours avec la barre des dix points d’écarts, Paris a entretenu un mince espoir de retour en début de 4e quart-temps (69-57, 31′). Cet espérance fut assez vite balayé par la solidité monégasque du soir, Monaco étant bien décidé à montrer qui était le patron du championnat de France. Avec deux victoires d’avance sur l’ASVEL (un match en plus) et trois sur le Paris Basketball, ainsi que des succès lors des confrontations directes face à ses rivaux sur cette phase aller de Betclic ELITE, il n’y a pour le moment pas de place au doute. Après Monaco, Paris va poursuivre sa série de matchs du haut de tableau avec la réception de l’ASVEL le dimanche 10 décembre (19h), puis un déplacement à Bourg-en-Bresse lors de la journée suivante.

Cliquez ici pour accéder aux statistiques de la rencontre

La réaction du meneur parisien Nadir Hifi au micro de Skweek : 

« L’écart reflète la physionomie du match. On ne leur a jamais vraiment fait peur. On a mal débuté le match. Même si on a réussi à faire des runs, on n’a pas tenu le coup. Il faut qu’on soit plus consistant. Face à une équipe comme Monaco, on ne peut pas faire autant d’erreurs en défense comme en attaque. »

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
timotisane
Paris qui n'avait pas affronté un seul des membres du top quatre va tous les affronter en deux semaines. C'est là que l'on va voir ce que cette équipe vaut vraiment!
Répondre
(0) J'aime
gai27
Bien aimé les commentaires sur la chaîne 21 qui étaient de qualité, c'est assez rare pour être souligné ! À la hauteur du "choc" même si celui-ci au final n'aura été que de courte durée. Paris a vu le chemin qui reste à faire pour ressembler à une équipe qui joue dans une autre catégorie... La dureté, l'intensité qu'il faut pour s'imposer et non jouer par à-coup. Nadir Hifi a encore beaucoup à apprendre car il a été responsable en partie de la fin de match raté notamment en voulant jouer comme Mike James, sauf qu'il en est loin à ce stade. 3 tirs forcés qui creusent l'écart pour de bon. Malgré le résultat, Monaco a quand même montré des signes de fébrilité (?) par moments. Ou de nonchalance comme cela leur arrive. Il a fallu ce fait de jeu entre Denis et Loyd pour que cela les réveille presque. Voyons maintenant comment Paris Basket va se remettre de cette belle gifle face à l'autre gros morceau le week-end prochain. Ça semble un peu juste-là encore. Face à Bourg ils sont au même niveau par contre et ces 2 équipes à mon avis vont se battre pour la dernière place du podium.
Répondre
(0) J'aime
the_viking
pour les commentaires, c'est logique, c'étaient les mecs de First Team donc des connaisseurs de basket. Le problème c'est quand ils mettent un journaliste de l'Equipe (comme Cosset) qui n'y connait pas grand-chose.
Répondre
(0) J'aime
gai27
On a vu la différence ! Pourtant abonné à Skweek, j'ai préféré les écouter eux car Cozette surjoue de plus en plus lui aussi...
(0) J'aime
bobby
Monaco a fat du Monaco. Une bonne période pour creuser l'écart puis relâchement pour remettre l'adversaire dans le match au grand dam d'Obradovic. MJ avec des hauts (adresse) et des bas (tirs forcés), Okobo toujours dans le dur, Jaiteh à qui Obradovic donne trop peu de temps de jeu. Quand à Loyd, je n'ai pas compris sa violente réaction, il y a quelque chose qui a du se passer et qui n'a pas été montré par les caméras. Côté Paris, annoncé comme un épouvantail, il y a encore beaucoup de boulot : Short a été trop court et Hifi, n'avait plus de son avec son obstination à arroser à 3 points.
Répondre
(0) J'aime