Pour Edouard Choquet, l’équipe actuelle de Fos a « plus de répondant » qu’en 2019

Fos Provence a déjà fait l’ascenseur en Betclic ELITE. C’était en 2018-2019. Après avoir remporté les playoffs 2018, l’équipe de Rémi Giuitta est montée pour la première fois en première division française. Cependant, elle n’est pas parvenue à se maintenir à ce niveau. Deux ans plus tard, les BYers ont grimpé de nouveau au premier échelon. Ils tentent maintenant d’y prolonger l’aventure. 16e, ils luttent pour ne pas finir dans les deux derniers. Le meneur vétéran Edouard Choquet a connu toutes ces campagnes. Pour lui, le groupe actuel est plus enclin à sauver sa place dans la division :

« Mathématiquement, nous nous sommes compliqués la tâche, avouait-il dans La Provence en évoquant la défaite contre Gravelines-Dunkerque. Mais si j’ose une comparaison avec notre premier épisode en Betclic ÉLITE en 2018-2019, l’équipe a quand même plus de répondant. D’accord, il ne reste que moi et Allan Dokossi dans le groupe. Mais personne ne se cache. Et la seule manière de relever collectivement la tête et d’y croire encore, c’est de battre Limoges. Et nous allons tout donner pour relever ce défi. »

Pour s’éloigner de la zone rouge, Fos doit vite engranger des succès. A commencer par ce mardi soir à Marseille contre Limoges. A domicile cette saison, les Bucco-Rhodaniens ont perdu 10 fois. Mais ils restent sur un large succès dans la cité phocéenne, contre Dijon.

« Nous sommes capables de réussir des coups d’éclat comme face à Le Mans ou à Paris. Et puis on lâche comme face à Nanterre ou Gravelines-Dunkerque. Avec nous un coup c’est blanc, un coup c’est noir. C’est un peu à l’image du championnat, où tout le monde peut battre tout le monde. Il faut désormais gagner en régularité, il ne reste que cinq matches. »

Entre-deux à 20 heures ce mardi soir.

par

Qui a écrit ce papier ?

Rédaction Bebasket

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires