Savo Vucevic en pole position pour coacher l’Élan Chalon

L’insistance de l’Élan Chalon devrait finir par porter ses fruits. Déjà, en avril, lorsque Sebastian Machowski a été mis à la porte, le nom de Savo Vucevic (65 ans) figurait clairement au-dessus de tous les autres candidats potentiels dans l’esprit du club bourguignon. Mais le technicien franco-monténégrin s’était donné un an complet de pause, ouvrant ainsi la porte à l’intérim de Maxime Pacquaut. Le rendez-vous entre les deux parties n’aurait finalement été que repoussé.

Selon nos informations, par rapport aux autres cibles (Julien Mahé, Mickaël Hay), l’ancien entraîneur de la JL Bourg est le grandissime favori pour reprendre les rênes de Chalon-sur-Saône cet été, avec un contrat courte durée à la clé. Sa réputation de bâtisseur , avec cinq montées dans sa carrière, en ferait le coach idéal pour sortir l’Élan de l’ornière. « Mon bonheur a été d’aider mes clubs à se construire, à poser les premières fondations du succès », nous expliquait-il à ce sujet l’année dernière. « Un coach, c’est comme un médecin, il ne suffit pas de donner un Doliprane pour faire disparaitre temporairement la douleur. Il faut faire un diagnostic. […] Un coach est la locomotive du projet pour moi, il doit amener tout le monde dans son sens. Or, lors de mes différentes expériences, tous mes clubs ont progressé, il n’y a pas une seule exception. »

À LIRE, LE RÉCIT DE SON PARCOURS :
LES MILLE ET UNE VIES DE SAVO VUCEVIC

Si l’on ne peut préjuger de la fin de saison chalonnaise, avec une dernière chance de montée lors des playoffs, il semble utopique d’imaginer les coéquipiers d’Antoine Eito retrouver la Betclic ÉLITE dès cet été. Défait à deux reprises au Colisée cette semaine (par Gries-Souffel et Nantes), l’Élan présente le deuxième pire bilan de la phase retour en Pro B (5v-10d). Reste à voir si un miracle lors des phases finales pousserait les dirigeants à changer leur fusil d’épaule : dans un contexte similaire, sacré champion de France Pro B 2013 avec Antibes alors qu’il n’était qu’adjoint au début de saison, Julien Espinosa avait tout de même dû laisser sa place à Jean-Aimé Toupane au cours de l’intersaison, sans grand succès. De fait, si la logique sportive actuelle est respectée, Savo Vucevic pourrait arriver dans un contexte similaire à celui de ses premiers pas à Bourg-en-Bresse en 2016. Reléguée un an plus tôt, la JL avait vécu un premier exercice très délicat dans l’antichambre sous la houlette de Christophe Denis. La suite est connue, jusqu’au Top 16 de l’EuroCup.

Les liens de Savo Vucevic avec l’Élan Chalon remontent même à plus de… 20 ans, jusqu’à son époque choletaise. Lors de son unique saison à la Meilleraie, bouclée avec le trophée de meilleur entraîneur de Pro A, le natif de Bar avait travaillé avec Rémy Delpon, alors manager général de CB. Les deux hommes ont gardé un bon contact, poussant le directeur général à souhaiter reformer son binôme avec Vucevic. Le double champion de Belgique a même été l’entraîneur qui a permis à Mickaël Gelabale de disputer ses premières minutes en Pro A, un soir d’octobre 2001 contre le Paris BR, alors qu’il n’avait que 18 ans. Alors qu’il approche tout doucement de la quarantaine, le Guadeloupéen est l’une des rares satisfactions de l’Élan.

par

Qui a écrit ce papier ?

Rédaction Bebasket

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires