Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Camps

Tony Parker se positionne pour une Betclic ELITE à 16 clubs

Tony Parker se positionne pour une Betclic ELITE à 16 clubs
Crédit photo :

Le double champion du titre, l’ASVEL, démarre ses playoffs 2022 ce mardi soir. L’équipe de Tony Parker reçoit Cholet Basket pour le match aller des quarts de finale. Après une phase retour d’EuroLeague très compliquée, l’effectif rhodanien s’est rassuré en enchaînant les succès en Betclic ELITE pour finir premier de la saison régulière et ainsi bénéficier de l’avantage du terrain en playoffs. Interrogé par Le Progrès à l’entame de ces phases finales, le président Tony Parker a félicité son groupe :

« Nous avons eu tellement de blessés que cela a été dur d’aller chercher cette première place et je suis vraiment fier de l’équipe. Elle n’a rien lâché. »

« Cholet n’est pas un quart comme un autre. Ils sont très dangereux »

Si l’ASVEL venait à remporter un troisième titre de suite, elle réaliserait une série qui n’a été accomplie qu’à quatre reprises dans l’histoire du championnat de France, par Mulhouse (1924, 1925 et 1926), l’ASVEL (1955, 1956 et 1957), et le  Limoges CSP par deux fois (1983, 1984 et 1985 puis 1988, 1989 et 1990). De fait, l’ASVEL se retrouve favorite selon son président. Un statut qui ne sera pas facile à assumer, y compris en quarts de finale :

« Nous le sommes parce que nous avons gagné les deux derniers titres. Après, on sait très bien que c’est très dur de remporter trois fois de suite le titre. Et Cholet n’est pas un quart comme un autre. Ils sont très dangereux. »

Au cours de cette interview, Tony Parker en profite pour donner son positionnement quant à l’avenir de la Betclic ELITE. Pour lui, elle doit passer à 16 clubs, comme prévu, alors que ce changement est remis en cause par une partie des clubs LNB :

« J’en pense que nous avons des problèmes pour avoir des droits télé intéressants et la télé préfère avoir 16 clubs que 18. Il faut savoir ce qu’on veut. J’ai du mal à comprendre. Nous nous étions tous mis d’accord sur le fait que c’était mieux pour l’avenir du basket français d’avoir 16 clubs en élite… »

 

Une déclaration qui ne sera sans doute pas du goût de plusieurs clubs de deuxième partie de tableau et de Pro B, ainsi que de leurs supporters.

 

BEBASKET

Une lecture plus fluide, des chargements de pages plus performants, et plus de publicité ! Offrez-vous un abonnement BeBasket et soutenez la rédaction et la couverture du basket français au quotidien.

À partir de 5€

Commentaires


Vous écrivez en tant que .Modifier

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5€