Un immense Monaco terrasse le Real Madrid

Crédit photo : EuroLeague

Au terme d’une fin de match totalement irrespirable, l’AS Monaco l’a emporté (95-94) ce jeudi soir en EuroLeague face au Real Madrid. Menés de 4 points à 7 secondes du terme, les Monégasques s’en sont remis à Mike James pour arracher la prolongation et ensuite renverser la maison blanche.

Alors que Jordan Loyd venait d’être évacué sur civière et sous oxygène, Monaco était mené de 4 points face au Real Madrid. C’est à ce moment que Mike James a décidé de sortir de ses gonds pour décrocher une prolongation inespérée face à l’armada madrilène. Ce jeudi soir, au Palacio de Deportes de Madrid, les Monégasques ont remporté la première victoire de leur histoire face aux Madrilènes (95-94) et ont livré l’une de leurs plus grandes performances en EuroLeague.

Longtemps malmenée au cours de cette partie, l’AS Monaco a compté six points de retard à l’issue du premier quart-temps (23-17) puis dix dans le cœur du deuxième (38-28). Bousculés jusqu’ici à l’extérieur par les créateurs de jeu que sont Dzanan Musa et Sergio Llull, les hommes de Sasa Obradovic ont trouvé les solutions pour redresser la barre avant la pause. En infligeant un 10-2 en 3’30 au Real, la Roca Team est rentrée aux vestiaires avec trois petits points de retard (48-45, 20’) et a pu limiter la casse.

Monaco a serré la vis

Elie Okobo
À l’image d’Elie Okobo qui bataille au sol face à Walter Tavares, la Roca Team n’a rien lâché au cours de cette partie. (Photo : EuroLeague)

Les solutions enfin trouvées, le coach monégasque décide alors de lancer dans le bain Yakuba Ouattara. Véritable energizer, le « Yak » a mis sous pression les Espagnols par son activité défensive et a contribué au très bon quart-temps de son équipe. Monaco a dominé le troisième acte (14-20) et a limité Madrid à seulement 7 petits points dans les 6 dernières minutes de celui-ci, ce qui lui a permis de prendre les commandes de la partie (62-65, 30’). Si à 7 minutes de la fin de la partie, l’issue semblait encore indécise, les hommes de Chus Mateo ont forcé la décision et ont passé un 10-2 à Monaco, dans le sillage de son colosse Walter Tavares (17 points et 18 rebonds) mais surtout grâce aux deux coups de canons de Sergio Llull (12 points) et Guerschon Yabusele (12 points et 6 rebonds pour 11 d’évaluation en 24 minutes) – plutôt en vue pour son retour à la compétition – pour prendre le large (78-70, 35’). Défaillants sur la ligne des lancers-francs (24/37) à l’image de Mike James (0/3, 36’), les Monégasques voyaient la victoire leur échapper (86-81) mais Elie Okobo (9 points) réussissait son tir à 3-points et redonnait de l’espoir à Monaco (86-84, 39’).

Mike James, héros de Monaco 

Mike James
Mike James a encore une fois été le véritable métronome de son équipe pour mener Monaco à la victoire. (Photo : © Direction de la Communication / Michael Alesi)

Il reste alors 38 secondes à jouer, Monaco est mené de quatre unités après deux lancers-francs signés Walter Tavares (88-88). C’est à ce moment-là que la partie a basculé. Jordan Loyd (19 points et 4 rebonds) reçoit un coup involontaire sur le nez de la part de Guerschon Yabusele. Le joueur de la Roca Team sort sur civière et sous oxygène avec un nez cassé et une suspicion de commotion cérébrale et doit laisser ses partenaires. Après de plusieurs minutes d’interruption, la partie semblait pliée, mais Mike James (28 points à 4/7 à 3-points, 3 rebonds et 3 passes décisives) a dégainé un tir incroyable derrière l’arc bonifié avec la faute devant l’immense Walter Tavares pour envoyer Monaco en prolongation. Mené seulement 30 secondes au cours de la prolongation, Monaco a géré et s’est appuyé sur un très bon Alpha Diallo (12 points et 8 rebonds pour 15 d’évaluation) et un Jaron Blossomgame (7 points) qui n’a pas tremblé sur la ligne des lancers-francs pour l’emporter.

 

Ce jeudi soir, au-delà de la victoire et d’un scénario fantastique l’AS Monaco a très certainement signé l’un de ses matchs référence en EuroLeague après avoir battu le tenant du titre, l’Anadolu Efes Istanbul à la maison (95-92) en début de saison, puis son bourreau qui l’a privé du Final 4 en mai, l’Olympiakos, au Pirée (81-76). La Roca Team se retrouve désormais seule deuxième de l’EuroLeague derrière Fenerbahçe et peut continuer de rêver en grand sur la scène européens avant de rejoindre Paris pour une autre opposition de style dimanche (19h00) en Betclic ELITE , face aux Metropolitans 92 de Victor Wembanyama.

Cliquez-ici pour accéder aux statistiques de la rencontre

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Théo Tetard

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires