Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Victor Wembanyama – Luka Dončić : un duel sans saveur entre les Spurs et les Mavs

Cinq mois après le premier match NBA de Victor Wembanyama, les San Antonio Spurs accueillaient de nouveau les Dallas Mavericks au Frost Bank Center, ce mardi. Les protégés de l'Alamo City, auteurs d'une première mi-temps insipide, ont proposé un meilleur visage au retour des vestiaires mais s'inclinent pour la 54e fois de la saison en 69 rencontres au terme d'un match sans saveur (107-113).
Victor Wembanyama – Luka Dončić : un duel sans saveur entre les Spurs et les Mavs

Luka Doncic et Victor Wembanyama en NBA, avant des retrouvailles aux JO ?

Crédit photo : Lilian Bordron

Un peu moins d’une heure avant l’entre-deux face aux Mavericks, des « Wemby ! Wemby ! » tombaient déjà des tribunes. Une poignée de ses plus jeunes fans, éparpillés un peu partout dans la salle, clamaient leur amour pour la coqueluche française. Après quelques jongles de foot sous le regard de l’assistant Mitch Johnson, le Français de 2,24 m les saluait  d’un petit signe de la main. L’heure est ensuite venue de retrouver les Mavs pour la première fois depuis cette soirée du 25 octobre et les premiers pas de Victor Wembanyama dans l’Association…

Des prestations offensives compliquées pour Wemby et Luka Magic

Après une première mi-temps insipide, les éperons ne sont pas passés si loin de faire tomber les Mavs dans le derby texan (113-107) mais l’issue reste identique à leurs trois derniers affrontements cette saison avec une 54e défaite en 69 rencontres. Les hommes de Gregg Popovich pourront regretter ces vingt-quatre premières minutes où Luka Dončić n’était pas aussi magique que d’habitude. Le meneur slovène, malgré son 18e triple-double (10 rebonds et 16 passes), a été à l’agonie au scoring. De toute l’histoire de la franchise, il a signé le plus faible pourcentage de réussite aux tirs avec autant de shoots (27 tentatives, seulement 6 réussites).

« Toutes les victoires ne sont pas belles mais ce groupe a réussi à se faire confiance », souligne l’entraîneur des Mavs, Jason Kidd. « C’est vraiment défensivement qu’on a réussi à remporter cette rencontre ». Et aussi grâce aux bons relais du lieutenant Kyrie Irving (28 points à 13/21, 7 rebonds, 3 passes) et de l’ancien joueur du Partizan Belgrade, Dante Exum (16 points dont 4/4 à 3-points), auteur d’un tir extérieur décisif dans la dernière minute. « On a été meilleurs qu’eux aux rebonds, on a mieux tiré et on a eu les mêmes chiffres de passes mais on a perdu 16 ballons (15, en réalité). C’est ce qui a fait la différence dans le match », pestait, de son côté, Gregg Popovich, alors que Victor Wembanyama a été exempté de l’exercice médiatique.

Favori pour le titre de rookie de l’année et en course pour celui du meilleur défenseur, Wemby a connu une traversée du désert comme rarement en attaque (3/13 aux tirs dont 0/4 à 3-points pour 12 points) mais a noirci les autres colonnes de stats (11 rebonds, 3 passes décisives, 6 contres mais 5 ballons perdus). « Sa productivité offensive n’a pas affecté la qualité de sa défense, il a été très présent », souligne son meneur Tre Jones, auteur d’un très bon match (22 points, 9 passes). « C’est le plus compétitif de tous, il veut toujours gagner. »

Luka Doncic n’a pas été en réussite au Frost Bank Center. (Photo : Lilian Bordron)

Sa première mi-temps était annonciatrice d’un match compliqué : rapidement sanctionné par les arbitres avec deux fautes dans les quatre premières minutes, Wemby était à huit points à la mi-temps avec un seul panier inscrit au cours du jeu.

Plusieurs erreurs en fin de match

L’ancien pensionnaire du centre de formation de Nanterre 92 a souvent forcé en attaque et multiplié les mésententes et les approximations. Comme cette incompréhension à la passe avec Tre Jones à l’entame des deux dernières minutes (101-104, 46′) ou ce tir à 3-points osé et raté (101-106, 46′). Seulement crédité d’un 7/28 à longue distance lors de ses quatre dernières sorties, Victor Wembanyama a manqué ses quatre tentatives derrière l’arc. Il garde donc un visage humain et a connu l’une de ses soirées les plus difficiles en NBA après une prestation d’extraterrestre face aux Nets au Moody Center d’Austin (33 points, 15 rebonds, 7 passes décisives et 7 contres), dimanche.

« Il fait de plus en plus de choses sur le terrain et est de plus en plus passeur et impliqué dans le jeu de son équipe », disait pourtant Vincent Collet quelques heures plus tôt, juste après le tirage au sort des Jeux olympiques. « Depuis début janvier, il est dans une progression constante en termes de production globale ».

Menés de treize points en première mi-temps, les Spurs sont tant bien que mal repassés devant à l’entame des quatre dernières minutes (101-100, 44′) mais leur manque de lucidité dans les moments clefs et leur faux-rythme ont fini par leur être préjudiciables.

De notre correspondant à San Antonio (États-Unis).

Victor Wembanyama a connu une soirée compliquée au Frost Bank Center. (Photo : Lilian Bordron)

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion