Vincent Collet : « La fin relève du miracle »

Crédit photo : FIBA

En conférence de presse après le match complètement fou entre la Turquie et la France, le sélectionneur Vincent Collet a livré ses premières impressions.

Vincent, quelle est votre première impression après ce match ?

J’ai une pensée pour la Turquie, qui peut être déçue de la manière dont ils ont perdu. Ils ont eu leur chance avant la fin du temps réglementaire, quand ils ratent deux lancers-francs puis perdent la balle. Après, comme l’a dit Rudy (Gobert), on s’est battus jusqu’au bout pour essayer de survivre. On a manqué l’opportunité de creuser un plus gros écart en première mi-temps, et ils se sont relancés en enchaînant trois tirs à trois points avant la pause. Ensuite, nous sommes retombés dans nos travers offensifs en troisième quart. On n’avait plus de timing. Et il y avait notre péché éternel, les balles perdues (21). Même quand on revient mieux sur la fin, la Turquie met des tirs très difficiles. C’est le basket, ce n’est pas la première ou la dernière fois que ces choses peuvent arriver. La fin relève du miracle, même si avec les ratés aux lancers de Rudy en fin de prolongation, le match aurait pu basculer du mauvais côté.

Rudy Gobert - Équipe de France
Auteur d’un énorme match, Rudy Gobert a offert une prolongation inespérée aux Bleus face à la Turquie. (Photo : FIBA)

Est-ce que vous vous voyez dans l’avion après cette fin de match ?

Non. C’est du basket et j’espérais qu’Osman puisse rater au moins un lancer franc et qu’ensuite, on puisse faire une interception et marquer un panier au buzzer pour égaliser. On n’avait plus les cartes en main. Si Osman avait marqué à ce moment-là, ça changeait la donne. C’est le basket. Il y a beaucoup de paramètres. On a perdu la maîtrise dans le troisième quart-temps, on est retombé dans nos travers. On n’avait plus de rythme en attaque et on défendait moins dur. On voulait se refaire en attaque plutôt qu’en défense. Heureusement, l’intervalle entre les deux quart-temps nous a permis de reprendre nos esprits et de repartir du bon pied. Dès le début du quatrième quart, nous étions dans la bonne tonalité. Les Turcs ont retardé notre retour en mettant de gros shoots, sans oublier les pertes de balles, avec deux – trois étaient assez surprenantes.

Est-ce que c’est le scénario le plus dingue que vous ayez vécu ?

Vous me prenez un peu de court mais oui, probablement. On revient du diable vauvert. J’ai même cru qu’on avait gagné pour tout vous dire. J’avais juste cinq minutes d’avance, mais ça, je ne le savais pas par encore (il sourit)

Propos recueillis à Berlin,

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Théo Tetard

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires