Alain Thinet après la qualif’ folle de Saint-Chamond : « Cet exploit permet de marquer les esprits »

Mardi soir, Saint-Chamond s’est imposé à Nancy 84 à 83. A 9 minutes de la fin, le SCVGB n’avait marqué que 54 points et accusait 20 points de retard au tableau d’affichage. Mais les Ligériens ont commencé à enchaîner les actions réussies, prendre confiance et y croire. Jusqu’à ce 3-points de Makrem Ben Romdhane dans le corner à 7 secondes de la fin, donnant l’avantage aux visiteurs (83-84). Une 3-points salvateur puisque derrière son équipe a fait un stop et ils se sont qualifiés en demi-finale des playoffs d’accession.

Cette belle aura a été particulière avec d’abord un premier quart-temps favorable à Saint-Chamond (19-26) puis deux autres périodes à l’avantage du SLUC et enfin ce fameu dernier quart-temps, décrit ci-dessus.

« Je m’attendais à une révolte de Nancy, a commenté dans Le Progrès le coach Alain Thinet. Je pensais qu’elle aurait lieu dès le premier quart-temps. Et le premier quart nous a mis sur la continuité du match de samedi chez nous (gagné 104-74, NDLR). Peut-être qu’on s’est vu trop beaux. Derrière, on fait deux quart-temps où on n’est pas bons. Les ballons tournent, ressortent. Nancy trouve son rythme de croisière et prend le large. Dans le troisième quart, c’était plus difficile. »

C’est à ce moment que les Ligériens étaient largement distancés.

« J’ai essayé de remettre mon cinq majeur avec l’expérience et ça a fonctionné. Ils ont remis l’équipe dans le droit chemin mais on était encore loin. Après, la fin de match c’est un peu n’importe quoi. On tente des trucs qu’on n’avait jamais travaillés. Ce qui a surpris Nancy. On revient. On savait qu’on avait vécu ce scénario il y a huit jours. Par rapport à Nancy, on a une pression positive. Cet exploit permet de marquer les esprits. Le petit club de Saint-Chamond peut sortir Nancy. C’est une belle satisfaction. »

En demi-finale, Saint-Chamond va retrouver Orléans. Là-aussi, l’OLB sera le favori de la série, avec encore l’avantage du terrain. Mais les Ligériens n’ont rien à perdre.

par

Qui a écrit ce papier ?

Gabriel Pantel-Jouve

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires