Éric Bartecheky : « On a manqué d’intelligence à un certain moment »

Dimanche en fin d’après-midi, le Limoges CSP s’est imposé 69 à 66 chez l’Élan béarnais lors du 111e classique du basketball français. Après un bon départ (26-16 à la fin du premier quart-temps), les locaux n’ont pas proposé un basket suffisamment construit pour se défaire de la défense limougeaude. Ils se sont logiquement inclinés. Forcément déçu par le résultat, Éric Bartecheky pouvait regrettait la manière avec laquelle son équipe a perdu… d’une seule possession :

« Je n’ai pas grand chose à reprocher aux gars dans l’engagement mais on n’a pas su par contre trouver du rythme et cela s’est immédiatement ressenti sur notre adresse avec ce 3/23 à 3-points. Pour 10 balles perdues et 37 lancers-francs obtenus, je signe tous les jours mais l’adresse nous a fait défaut ce (dimanche) soir. Nous n’avons pas su bien faire bouger la balle, on a aussi manqué d’intelligence à un certain moment, quand on prenait le dessus avec Vitalis (Chikoko) il aurait fallu insister avec lui au lieu de tirer à 3-points. C’est décevant de perdre un match comme ça avec si peu d’adresse. »

D’autant plus décevant que le Palais des Sports était plein, notamment pour rendre hommage à l’ancien président du club, Pierre Seillant.

« Il y avait une très belle salle, un très bel hommage à Pierre Seillant. On aurait voulu avoir la victoire pour une soirée parfaite. C’est le sport aussi, bravo à Limoges, il faut accepter. On sait qu’on peut perdre chez nous, gagner à l’extérieur aussi, qu’une série peut s’arrêter à tout moment. Moi, je ne fais pas un championnat contre Limoges mais une compétition à 18. L’objectif est de gagner un maximum de matches et de finir le plus haut possible. Nous aurions aussi été déçus en perdant face à un autre adversaire. Il faut digérer cette défaite et vite se tourner vers l’avenir. On va avoir des échéances très compliquées face à Monaco dimanche et dès le mardi suivant face à Nanterre. »

Sans oublier la finale de Coupe de France le 23 avril, à Bercy contre Strasbourg.

par

Qui a écrit ce papier ?

Gabriel Pantel-Jouve

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires