Exclu à Fos, Jean-Denys Choulet menace de porter plainte « pour harcèlement »

Malgré un maintien assuré pour la Chorale de Roanne depuis la 32e journée de Betclic ELITE avec une victoire à domicile face à Strasbourg, les hommes de Jean-Denys Choulet avaient à coeur de finir la saison avec le meilleur bilan possible.

Mardi soir, à Fos-sur-Mer, tout ne s’est pas passé comme espéré pour les Choraliens, battus 100-84 après une deuxième mi-temps à sens unique. Mais le coach roannais a retenu d’autres faits, lui qui a fini prématurément la rencontre dans les vestiaires.

« Pour nous, l’équipe n’est pas le fond du problème ce (mardi) soir. Tout le monde est très déçue de la façon dont ça s’est passée, que ce soit les joueurs, le coach et tout le monde. Que Fos gagne, il n’y a pas grand chose à dire, ils ont fait leur boulot. La chose qu’on ne comprend pas, c’est la différence de traitement de la part, pas de beaucoup, mais d’une brochette d’arbitres à mon égard. Alors quand je fais des erreurs et que je ne suis pas correct sur le terrain ou que j’ai une conduite antisportive, comme ca peut arriver à tout coach, qu’on soit sanctionné, c’est normal. Mais qu’on me sanctionne parce que j’étais assis sur la table de rotation et qu’après je me suis mis à genou et qu’on me sanctionne une faute technique pour ça alors que je n’ai pas dit un mot, je ne comprends pas. Personne ne peut comprendre ça.

Après je me retourne vers la table en disant :  »Mais où il y a faute ? » et deuxième technique. La deuxième technique, il fallait la chercher, la gratter pour pouvoir me la mettre et me sortir. C’est des vengeances personnelles et malheureusement, nous les coachs, on prend des rapports mais on ne peut rien faire, rien dire. »

Des décisions arbitrales qui énervent donc Jean-Denys Choulet, qui annonce qu’il pourrait même porter plainte.

« Alors moi j’ai simplement appelé le responsable des arbitres en Françe, Monsieur Eddie Viator en lui disant que je me réservais le droit de porter plainte pour harcèlement. On m’empêche de faire mon travail. Il n’y a absolument rien qui justifie que je sois exclu ce soir. […] Les gens qui ont un peu de personnalité et de caractère, il faut les faire taire et les mettre hors du terrain. Si je pète un cable et que je conteste des décisions arbitrales en permanence, je peux comprendre mais ça n’est pas le cas. Ce sont des règlements de compte qui n’ont absolument rien à faire sur un terrain de basket. »

La fin de saison qui approche devrait aider à apaiser les tensions. En attendant, il reste encore un match à assurer pour la Chorale, ce sera façe à Pau-Lacq-Orthez, mardi prochain.

Les deux fautes techniques sont à voir ici

par

Qui a écrit ce papier ?

Gabriel Pantel-Jouve

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires