Hugo Invernizzi : « Le match le plus fort émotionnellement qu’on ait vécu ici depuis un petit bout de temps »

Il a été l’un des héros de l’énorme victoire de Limoges (109-104, a.p.) contre le leader de Betclic ELITE, les Metropolitans 92, ce dimanche. Alors que le Cercle Saint-Pierre était limité à sept joueurs professionnels, en l’absence de Nicolas Lang, Grismay Paumier, Assane Ndoye et Ingus Jakovics pour cause de COVID-19, il a pu compter sur les joueurs responsabilisés. Parmi lesquels Hugo Invernizzi. Le shooteur alsacien n’a rien manqué derrière l’arc (6/6) pour finir à 26 points, 8 rebonds, 2 passes décisives et 5 fautes provoquées pour 32 d’évaluation en 39 minutes. S’il a manqué deux lancers francs en fin de première prolongation qui ont conduit à une deuxième prolongation, son dernier panier à 3-points a permis aux siens de définitivement faire la différence. Après le match, au micro de France Bleu Limousin, l’international français était forcément heureux :

« C’était un match complètement fou ! Je pense que c’est le match le plus fort émotionnellement qu’on ait vécu ici depuis un petit bout de temps. Depuis que je suis arrivé. C’était un peu malade. J’ai été incroyablement faible sur les deux lancers. C’est surtout ça qui leur a permis d’avoir les prolongations. Après on a tellement donné. Ce n’est pas une excuse mais sur les lancers, je n’était plus lucide. Même à la fin (sur le tir décisif), j’avais l’impression d’envoyer une cacahuète. Quand les matchs sont fous comme ça, ça arrive. On ne pouvait pas donner plus aujourd’hui. »

Les joueurs limougeauds sont allés au bout de leurs forces.

« J’ai vu C.J. qui a failli s’effondrer au bout d’un moment. J’ai vu tout le monde qui était vraiment au bout. A un moment j’ai eu une crampe en sautant au rebond ce qui ne m’est jamais arrivé. Déjà que je saute pas beaucoup. C’est monstrueux ce qu’on a fait ! La salle aussi. J’avais des frissons des fois. Ce (dimanche) soir, ça a a poussé. »

Grâce à cet incroyable succès, Limoges reste neuvième de Betclic ELITE, avec le même bilan que le huitième, Nanterre (13 victoires, 10 défaites). A 11 matches de la fin de la saison régulière, le CSP est plus que jamais en course pour les playoffs.

par

Qui a écrit ce papier ?

Rédaction Bebasket

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires