Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Impressionnante, la JL Bourg fonce en finale de la Leaders Cup

Après avoir éliminé l'AS Monaco en quart de finale, la JL Bourg continue d'épater à Saint-Chamond. Les coéquipiers de James Palmer Jr (25 points) ont éliminé le tenant du titre dijonnais (94-77). Pour la troisième fois de leur histoire, ils sont en finale de la Leaders Cup. -
Impressionnante, la JL Bourg fonce en finale de la Leaders Cup
Crédit photo : Léo Morillon - LNB

Et soudain, pendant que Jordan Floyd parlait, la porte de la salle de presse s’est ouverte furtivement. « One more », a lâché l’assistant Slobodan Savovic, avant de disparaître tout aussi rapidement. Le Monténégrin ne sait que trop bien à quel point la dernière étape est toujours la plus difficile : finaliste de la Semaine des As 2006 lors de son prime en tant que joueur (60-78 contre Le Mans), Boban a vécu de l’intérieur la désillusion de 2019 lors de la dernière marche à Disney (97-98), déjà adjoint (de Savo Vucevic à l’époque). Ainsi, pour la troisième fois de son histoire, et la troisième fois dans la même compétition, la JL Bourg aura l’opportunité dimanche de gagner son premier trophée majeur. « C’est un challenge très important », souligne Frédéric Fauthoux. « Ce serait un très beau symbole que de le faire avec cette équipe car je trouve vraiment qu’elle a quelque chose. »

« Une équipe spéciale et unique »

Et pour cause, cela fait deux jours que la Jeunesse Laïque enchante Saint-Chamond. Remarquables contre l’AS Monaco vendredi (102-92), les Burgiens ont récidivé face au tenant dijonnais grâce à un nouveau festival offensif. 102 points contre la Roca Team, 94 face à la JDA, et surtout un jeu fluide, un ballon qui file entre les mains de cinq joueurs différents, une véritable impression de domination offensive en somme. « On se partage la ballon, c’est notre façon de jouer », appuie Jordan Floyd. « Quand tout le monde touche la gonfle, on peut approcher les 90 – 100 points. Et tout le monde peut prendre feu : notre équipe est vraiment unique et spéciale de ce point de vue-là. » Prenez Alexandre Chassang par exemple : l’ancien dijonnais a fini avec des statistiques discrètes (1 point sans prendre de tir en 15 minutes) mais a véritablement éclairé le jeu bressan par sa capacité à ressortir le ballon vers des shoots ouverts longue distance (5 passes décisives). « La JL Bourg surfe sur une dynamique impressionnante », consent Jonathan Rousselle. « Ça se ressent dans leur jeu, il y a un flow offensif élevé. »

24 passes décisives pour la JL Bourg (photo : Léo Morillon – LNB)

Défensivement, la JL Bourg a aussi su faire le boulot en éteignant complètement les deux leaders bourguignons : David Holston, certes diminué, a traversé la rencontre comme une âme en peine (4 points à 0/8) tandis que Markis McDuffie fut tout aussi transparent (4 points à 2/11 et -1 d’évaluation). « Quand on était venu jouer à Dijon, ils avaient été bons », se rappelle Jordan Floyd. « C’était resté dans nos têtes et  on leur devait une revanche. Notre effort défensif a été spectaculaire. » Et aussi facilité par la défaillance de la JDA à longue distance : en première mi-temps, la JDA a shooté à 1/9 à trois points, alors que le round d’observation du premier quart d’heure (33-29, 15e minute) aurait pu leur permettre de prendre les commandes. Mais c’est finalement le coup d’accélérateur de Jordan Floyd (17 points en 17 minutes), en relais du magnifique James Palmer Jr (25 points à 8/11, 4 rebonds et 3 passes décisives), qui a propulsé la JL Bourg sur la voie royale, avec un écart creusé juste avant le retour aux vestiaires (44-31, mi-temps)et ensuite poussé jusqu’à 21 unités (62-41). Le favori monégasque n’a pas survécu à la furia bressane, le tenant dijonnais non plus. Y-aura-t-il une troisième victime ? « Pourvu que ça dure », souffle Frédéric Fauthoux !

 

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion