John Roberson explique comment il a évolué depuis 2017 : « Je me sens mieux dans mon corps et dans mon jeu »

Entre 2015 et 2017, John Roberson (1,80 m, 32 ans) était le petit meneur flashy mais efficace de l’Elan Chalon, club qu’il a fini par amener au titre. Dans la foulée, l’Américano-Bosnien s’est engagé à l’ASVEL où l’expérience s’est cette fois beaucoup moins bien passée. Mais depuis, l’ancienne gloire du championnat de Suède a pris du galon et estime surtout avoir gagné en « expérience ».

« Depuis j’ai eu la chance de jouer en Australie, en Russie, en Espagne et j’ai connu plusieurs situations, toutes différentes les unes des autres, explique-t-il sur sigstrasbourg.fr. Tout ceci a permis de me développer, mais pas uniquement en tant que joueur, aussi en tant qu’homme. Je me sens mieux dans mon corps et dans mon jeu. Mentalement j’ai évolué également dans l’appréhension des choses sur et en dehors du terrain. »

John Roberson se souvient de la finales des playoffs 2017, disputée – et remportée 3 victoires à 2 – contre la SIG Strasbourg.

« Je suis en contact régulièrement avec A.J. Slaughter et Erwing Walker (deux joueurs de la SIG en 2017, NDLR) et on a reparlé un paquet de fois de ces finales. Le mot qui me vient en tête quand j’y repense c’est : une bataille ! Les deux équipes ont tout donné, sans compter, sans retenu. Chaque match se jouait à fond et c’est un peu la signature de Strasbourg. A chaque fois que tu joues la SIG Strasbourg tu sais que ça va jouer dur et qu’il faudra être très fort physiquement et mentalement. C’est l’identité du club et c’est comme ça qu’il s’est construit ces dernières années et c’est pour cela qu’il est toujours dans les meilleurs clubs de France. Et pour revenir à ces finales, je me souviens évidemment du match #5, mais aussi avant, du buzzer beater de Jérémy ici ! C’était complétement fou. C’est la fin de match la plus folle que j’ai vécu. »

John Roberson espère revivre des moments comme ceux-ci durant la saison à venir avec la SIG Strasbourg. Cela commence par déjà réalisé une bonne préparation, avec un match à venir ce samedi face aux Allemands d’Heidelberg.

par

Qui a écrit ce papier ?

Gabriel Pantel-Jouve

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires