La belle cuvée des vétérans de la saison 2021-2022

Si la saison 2021-2022 sera l’occasion de suivre l’évolution de nombreux jeunes joueurs, la Betclic ELITE est également composée d’éléments d’expérience pour ce nouvel exercice.

Le plus illustre de ces anciens n’est autre qu’Amara Sy. Après avoir fait le choix de rejoindre le Paris Basketball à l’été 2019, et d’y évoluer en Pro B, « l’Amiral » retrouve l’élite puisque son équipe est montée à ce niveau. A 40 ans, il est le doyen de la division. D’autres joueurs présentent un leadership en plus d’une expérience importante. C’est le cas de Georgi Joseph. Après avoir largement contribué au maintien de l’ESSM Le Portel dans l’élite, l’intérieur de 38 ans (39 en novembre) va remplacer Yannis Morin sur ce début de saison à Strasbourg.

Comme eux, Nik Caner-Medley (37 ans) a joué à l’AS Monaco, où il était d’ailleurs le coéquipier d’Amara Sy en 2016-2017. L’intérieur américano-azéri a aidé Fos Provence à monter la saison passée et ne compte pas s’arrêter là. A Fos, une autre voix de vétéran va compter, celle de Jean-Michel Mipoka (36 ans en ce 28 septembre), qui a pris le même chemin que « NCM » pour retrouver la première division.

Le rugueux Johan Passave-Ducteil (36 ans) continuera de faire parler sa puissance sous les cercles, pour le plus grand bonheur des supporters de Le Portel qui apprécient les joueurs « mouillant le maillot ».

Charles Kahudi (35 ans) et Jérémy Leloup (34 ans) entrent désormais dans la case des anciens. Tous deux ont réalisé toute leur carrière professionnelle en France. Comme Amara Sy en son temps, ils ont su faire évoluer leur jeu en devenant aussi bien capables d’évoluer sur le poste 3 que 4. C’est d’ailleurs le conseil qu’avait donné Amara Sy à « L’Homme » il y a trois ans.

Le poids des années ne semble pas affecter David Holston (35 ans) qui bouge et court toujours comme à ses plus jeunes années, alors que son ancien coéquipier LaMonte Ulmer (34 ans), qui entame sa cinquième saison en Franc, s’est enfin stabilisé dans un club en prolongeant à Orléans.

Le championnat de France, autrefois décrié pour son incapacité à y trouver des jeunes joueurs responsabilisés et son absence de figures marquantes, parvient désormais à cocher ces deux cases. De quoi faire taire les critiques mais surtout améliorer un peu plus son attractivité.

par

Qui a écrit ce papier ?

Rédaction Bebasket

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires