Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Camps

« La dinguerie » de Virginie Brémont : le premier triple-double depuis 2015 en LFB !

LFB - Avec 15 points, 13 rebonds et 11 passes décisives contre les Flammes Carolos, la meneuse de Landerneau, Virginie Brémont, a signé le premier triple-double en LFB depuis Olivia Epoupa en 2015. Ce ne serait même que le troisième de l'histoire.
« La dinguerie » de Virginie Brémont : le premier triple-double depuis 2015 en LFB !
Crédit photo : Olivier Martin

Il n’est jamais trop tard pour écrire l’histoire de la LFB. Ainsi, alors qu’elle est engagée dans la dernière saison de sa carrière professionnelle, Virginie Brémont (1,78 m, 34 ans) a signé dimanche une performance rarissime au sein du championnat de France : le premier triple-double en 3 067 jours, depuis l’ouverture de la saison… 2015/16.

Sur une bien meilleure dynamique depuis le début de l’année 2024 (4v-1d), mais toujours lanterne rouge malgré le 9e bilan (5v-11d) en raison des sanctions fédérales, Landerneau a engrangé un nouveau succès à domicile en s’offrant le scalp de Charleville-Mézières (79-75). Une rencontre marquée de la patte de la meneuse calaisienne, elle qui a compilé 15 points à 4/9, 13 rebonds et 11 passes décisives pour 30 d’évaluation en 35 minutes.

Après Agbatan et Epoupa…

Un triple-double qui est le premier en LFB depuis le 26 septembre 2015. Ce jour-là, alors aux commandes de Toulouse, Olivia Epoupa avait cumulé 14 points, 12 rebonds et 12 passes décisives lors de l’Open face à Mondeville (64-69). Ce serait même simplement le troisième triple-double de l’histoire de la ligue : les archives exhument ainsi une performance similaire signée Justine Agbatan le 5 avril 2006 : lors d’une démonstration de Mourenx contre Calais (99-58), la Franco-Béninoise avait terminé avec 14 points, 10 rebonds et 11 passes décisives au compteur.

L’œil de son coach, Wani Muganguzi

« Pendant la rencontre, je ne le vois pas forcément. J’ai la sensation qu’elle fait un bon match : je vois qu’elle met des points, car ça s’affiche au tableau, mais je ne vois pas les passes décisives ou les rebonds. C’est à la fin du troisième quart-temps au moment de recevoir la feuille de statistiques que je me dis : « Waow, elle est en train de faire une dinguerie ». J’avais le feeling qu’elle avait vraiment des jambes. Par exemple, les rebonds, elle en prend mais ce n’est pas vraiment sa spécialité. Là, elle est partie en chasser 13 et quand tu vois la vidéo, tu te rends compte qu’elle avait des cannes, qu’elle était partout. Les passes décisives, c’est les deux : elle a cet œil, c’est une superbe joueuse de pick and roll, l’une des meilleures de la ligue, mais elle arrive à faire des assists car on a vraiment progressé et les filles se mettent dans l’espace où la balle va arriver et ouvrent des espaces pour qu’on ait des tirs faciles.

En tant que capitaine, je pense qu’elle avait à cœur de montrer le bon exemple, de continuer à avancer comme on le fait depuis janvier. Tout ça mis bout à bout rend cette performance incroyable. C’est rare : on n’avait pas vu un triple-double depuis 2015 en LFB, je crois que c’est seulement le troisième de l’histoire de la Ligue Féminine. Cette performance, elle la doit à elle, parce qu’elle a mis les ingrédients, et à ses partenaires, qui ont été là pour convertir ses passes décisives. Du bord du terrain, c’était agréable de vivre des moments comme ça car elle le fait sans forcer les choses. Elle est au service de l’équipe, elle le fait sur une victoire et c’est encore plus gratifiant. »

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
spider36
Merci @alex
Répondre
(0) J'aime
le_xav
A quand de la prison ferme pour l'emploi du mot dinguerie ?
Répondre
(0) J'aime