L’AS Monaco met le grappin sur Matthew Strazel !

Crédit photo : Sébastien Grasset

Première surprise dans le mercato de la Roca Team : l'AS Monaco a annoncé la signature de Matthew Strazel pour les trois prochaines saisons ! Le jeune meneur était pourtant sous contrat avec l'ASVEL jusqu'en 2025.

Jusqu’ici, depuis une semaine, aux alentours de 11 heures du matin, les annonces de l’AS Monaco étaient toujours prévisibles : Mike James, Élie Okobo, Jordan Loyd, John Brown, Donta Hall, Jaron Blossomgame, Alpha Diallo et le dernier en date, Yakuba Ouattara. Mais celle-ci, personne ne l’a vu venir : le club de la Principauté a officialisé l’arrivée pour trois saisons de Matthew Strazel (1,82 m, bientôt 20 ans). Libéré de son engagement par l’ASVEL (où il était sous contrat jusqu’en 2025 !), il a été embauché par l’AS Monaco, sans indemnité financière en contrepartie. Peut-être aussi que l’institution villeurbannaise n’était pas au courant pas que son grand rival national attendait tapi dans le coin…

Matthew Strazel lors d’un match d’EuroLeague cette saison contre Monaco (photo : Sébastien Grasset)

Une très grosse surprise puisque le jeune meneur francilien semblait parti pour rester dans son club formateur. Il avait initialement demandé à être prêté et avait notamment été enthousiasmé par le projet limougeaud, où il se voyait gagner des responsabilités sous la tutelle de Massimo Cancellieri. Gravelines-Dunkerque était aussi sur le coup, mais Villeurbanne avait refusé de l’envoyer au CSP ou au BCM.

Est-ce un choix judicieux ?

L’étonnement réside donc aussi dans la destination de Matthew Strazel puisque l’on voit mal comment il pourra voir, sur le Rocher, son temps de jeu s’accroître par rapport à l’ASVEL, où il disposait d’un vrai rôle (19 minutes de moyenne, 15 en EuroLeague) qui lui a notamment permis de progresser à trois points cette saison (de 34 à 39%), comme nous l’expliquait son sélectionneur U19 Frédéric Crapez. Certes, la jurisprudence Rudy Demahis-Ballou (11 minutes en 27 rencontres de Betclic ÉLITE, contre seulement 5 apparitions en EuroLeague) suggère qu’il pourrait profiter des joutes nationales pour voir le terrain mais il semble difficile de l’imaginer s’offrir un vrai rôle en EuroLeague, derrière le trio Mike James – Élie Okobo – Jordan Loyd. Après, Sasa Obradovic aura certainement parfois besoin d’un meneur qui défend et le vice-champion du monde juniors a déjà prouvé qu’il était capable d’assumer ce rôle, à l’image de sa garde rapprochée sur… Mike James pendant la finale de Betclic ÉLITE.

« J’ai vu l’effectif et franchement oui c’est du lourd », indique-t-il à ce propos. « J’ai toujours été derrière des gros meneurs dans ma carrière du fait d’avoir toujours joué l’Euroleague. Là, ce sont des gars comme Mike James, Elie Okobo, et Jordan Loyd qui sont devant moi. Je grossis le truc, mais je parle peut-être des trois meilleurs arrières de l’Euroleague. C’est certain que ce sera enrichissant de bosser avec des gars comme ça à l’entraînement. Nous pouvons être complémentaires. Je sais que eux offensivement ils sont très bons. Moi je vais apporter dans le secteur défensif, tout en gardant cette force en attaque. »

« Envie de continuer à engranger de l’expérience »

Parmi les jeunes de 19 ans les plus expérimentés de la planète avec déjà trois trophées professionnels à son actif (double champion de France et Coupe de France 2021) ainsi que trois campagnes d’EuroLeague pour 66 matchs au total, Matthew Strazel ne va pas reculer dans cette hiérarchie. Au contraire, l’AS Monaco lui permettra de continuer à se battre pour des titres et certainement de rêver sur la scène européenne, avec un Final Four officieusement dans le viseur.

« Je vais vers de nouveaux horizons en allant à Monaco. Je me fixe d’autres objectifs, essayer d’apporter tout ce que je peux donner sur le terrain. Et tout faire pour remporter le titre, cette fois avec la Roca Team. J’ai envie de continuer à engranger de l’expérience. Découvrir une nouvelle équipe avec de plus grosses ambitions en Euroleague, ça ne peut que me forger encore un peu plus. »

Outre un axe 1-5 labellisé Marne-la-Vallée avec Yoan Makoundou, Élie Okobo reformera également sa doublette villeurbannaise avec Élie Okobo à Gaston-Médecin. Comme tout le monde, le MVP de la finale de Betclic ÉLITE n’avait d’ailleurs pas vu venir l’arrivée de son jeune compagnon sur le Rocher.

« Je l’ai appelé hier. J’ai essayé de lui faire deviner où j’avais signé, il ne savait pas trop. Puis je lui dis : « toi tu vas où ? ». Il me répond : « Bah moi je vais à Monaco ». Je lui ai donc dit que moi aussi, c’était direction Monaco. Il n’en revenait pas au début. Après on en a parlé plus sérieusement, on a discuté de l’effectif actuel. Nous nous sommes rendus compte qu’il y avait vraiment quelque chose à faire, avec un effectif bien calibré. »

Sur une trajectoire exponentielle, passée de la Nationale 2 aux portes du Final Four en dix ans, l’AS Monaco peine pourtant à trouver la même réussite en Betclic ÉLITE que dans les compétitions continentales. Alors que le club a remporté l’EuroCup l’année dernière lors de son deuxième essai, le titre national se dérobe continuellement à la Roca Team depuis six ans, avec notamment trois finales perdues. Le recrutement s’attelle à changer cela avec plusieurs joueurs qui connaissent le chemin vers le trophée suprême : Élie Okobo (champion en 2022), normalement Adrien Moerman (2007, 2014 et 2015) bientôt, et donc Matthew Strazel.

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Alexandre Lacoste

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires