L’Élan béarnais manque une occasion en or à Monaco

Crédit photo : Miko Missana

Après avoir tenu tête à la Roca Team en première mi-temps, l'Elan Béarnais a fini par craquer en fin de match. Coupable d'un 0/4 aux lancers-francs dans la dernière minute, l'équipe d'Eric Bartecheky s'est inclinée en toute fin de rencontre (83-77).

Après trois victoires consécutives et un regain de confiance, l’Elan Béarnais se déplaçait sur le parquet de l’AS Monaco sans pression. Ce dimanche, les Palois y ont cru jusqu’au bout mais ont fini par s’incliner en toute fin de rencontre (83-77).

La Roca Team pas sereine

Giovan Oniangue avait prévenu avant la rencontre. Face à l’armada monégasque, l’Elan Béarnais devait jouer sans complexe pour espérer s’imposer sur le Rocher. Malgré une entame de match catastrophique et un 13-0 encaissé dans le premier quart-temps, les joueurs d’Eric Bartecheky ont joué crânement leur chance. A la faveur d’une très bonne adresse longue distance (6/12 à 3- points après vingt minutes), les coéquipiers de Landing Sané (11 points et 4 rebonds) sont peu à peu revenus dans la partie. Menés de 5 points après dix premières minutes accrochées (25-20), les Palois ont continué d’imprimer une intensité défensive pour rester au contact de la Roca Team et revenir à trois petites longueurs des Monégasques à la pause (45-42, 20′). Le tout sous les yeux de deux vice-champions du monde, Axel Disasi et Youssouf Fofana, pensionnaires de l’AS Monaco version football.

Impardonnable 0/4 aux lancers-francs

Comme Chikoko, Michael Stockton a été coupable d’un 0/2 aux lancers-francs dans la dernière minute (photo : Miko Missana)

Mieux rentrés dans cette deuxième période, les Béarnais profitaient des quelques approximations monégasques pour passer devant (47-48, 24′). Malgré les chantiers de Donatas Motiejunas dans la peinture (12 points et 7 rebonds) et de Mike James (22 points et 4 passes décisives), les joueurs d’Eric Bartecheky restaient dans le coup grâce à l’activité de Vitalis Chikoko (14 points, 8 rebonds et 2 contres). A dix minutes de la fin, l’Elan Béarnais accusait un retard de 3 points (61-58, 30′). Pénalisés par les fautes, les Palois craquaient dans ces dix dernières minutes sous les coups de boutoir de Donta Hall (13 points et 7 rebonds). Revenus à égalité, Vitalis Chikoko puis Michael Stockton avaient l’occasion d’offrir la victoire à l’Élan Béarnais sur la ligne des lancers-francs. Mais les deux compères ont craqué, compilant un terrible 0/4, alors qu’ils émargent pourtant respectivement à plus de 75 et 80% dans l’exercice. Elie Okobo, lui, ne tremblait pas et offrait la victoire à Monaco (83-77). Battu après avoir tout donné, l’Elan Béarnais pourra s’en vouloir. Tous les yeux sont désormais tournés vers un déplacement sur le parquet d’un concurrent direct au maintien, l’ADA Blois.

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Dimitri VOITURIN

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires