Les U18 de l’ASVEL remportent une nouvelle couronne contre Cholet : « Un truc de fou »

Qui arrivera à les arrêter ? Déjà victorieux de la Coupe de France U17, les Villeurbannais ont remporté le championnat de France U18 contre Cholet Basket (64-76). Perturbés par les changements défensifs de CB et forcés à jouer sur demi-terrain, les Rhodaniens ont su retrouver l’allant nécessaire pour filer vers un nouveau sacre. 

LIRE AUSSI. Nanterre déborde l’ASVEL dans le final pour être sacré champion de France U15

« On prend goût à gagner des titres », sourit Mike Happio, l’entraîneur villeurbannais. « C’est un truc de ouf, je suis un coach chanceux parce que j’ai des joueurs formidables, qui ont soif de victoires et qui se dépassent. On a envie de donner le maximum pour eux et de les aider à accomplir de tels challenges. »

Le calme de Romain Parmentelot

Portée par Romain Parmentelot (22 points) et Noah Manet (17 points), l’ASVEL était davantage libérée au retour des vestiaires. « J’ai beaucoup aimé le calme de Romain (Parlementelot) qui a permis au groupe d’élever son niveau », continue l’entraîneur de l’ASVEL. « C’est pareil pour Zac (Risacher), Killian (Malwaya) et Mervyn (Muamba) qui ont été super, François (Wibaut) a apporté son énergie. Plus que d’habitude, le groupe n’a fait qu’un aujourd’hui. »

les-u18-de-l-asvel-remportent-une-nouvelle-couronne-contre-cholet-----un-truc-de-fou--1652654034.jpegRomain Parmentelot a mené l’ASVEL vers un nouveau titre
(photo : ASVEL Basket / Simon Richet)

Après le sacre de ses U21 contre Limoges, mardi, l’ASVEL a encore deux titres à aller chercher la semaine prochaine : l’EuroLeague junior et le Trophée du Futur. « On sait qu’on va délaisser une des deux compétitions. On ne pourra pas jouer le Trophée du Futur à 100 %, on ne peut pas être partout mais c’est le sport », indique Mike Happio.

« À certains moments, on prend la foudre »

Et nul doute que Tidjane Salaun se souviendra de ce week-end peu heureux en Gironde. Le poste 3/4 choletais, aussi bien capable de jouer dans la peinture que de scorer en périphérique, a été l’atout n°1 de son équipe. C’est sensiblement pareil pour Amaël L’Étang : il a fait parler sa supériorité athlétique en contrant plusieurs fois son vis-à-vis. L’un comme l’autre n’ont toutefois pas réussi à ramener un 11e titre U18 dans les Mauges.

« On savait que les Villeurbannais allaient nous impacter dans les un contre un, c’était leur volonté », explique François Fiévet, le technicien choletais, qui en est à son 3e Final Four de suite. « Et finalement, les garçons sont restés solidaires, ils se sont battus sur chaque ballon. L’état d’esprit est à souligner. L’ASVEL était ultra favorite et on a réussi à les faire douter en début de match. Malheureusement, on rate trop de paniers faciles et à certains moments, on prend la foudre. Et une fois que les Villeurbannais prennent de la vitesse, c’est compliqué. »

Antibes sur le fil contre Strasbourg

Du côté de la petite finale, les Sharks d’Antibes ont décroché la médaille de bronze en venant à bout de Strasbourg (61-59). Sur un drive du meneur Stellan Rajoefera (16 points), Nelson Kuba a inscrit une claquette à une seconde du terme pour crucifier Illian Pietrus et les Strasbourgeois. Une nouvelle récompense pour les Antibois, après leur finale au Final Four Espoirs Pro B la semaine dernière.

« Que ce soit en cadets ou en Espoirs, les garçons n’avaient plus de jus à la fin et ils sont allés la chercher avec le cœur, la tête et avec le reste », énumère Christian Corderas, l’entraîneur azuréen. « Au-delà de cette 3e place, c’est clairement une saison exceptionnelle car on n’a pas joué l’année dernière. Contrairement aux centres de formation de Betclic ÉLITE, on n’a fait que des entraînements individuels et je suis content de voir émerger des talents du centre de formation que je dirige. »    

À Bassens (Gironde),

Les résultats du Final Four U18 Élite :

Samedi 14 mai

  • Cholet – Antibes : 75-52
  • ASVEL – Strasbourg : 89-76

Dimanche 15 mai

  • Strasbourg – Antibes : 59-61
  • Cholet – ASVEL : 64-76

par

Qui a écrit ce papier ?

Théo Quintard

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires