L’Espagne recrute un meneur pour l’Euro : Lorenzo Brown a son passeport !

Crédit photo : Sébastien Grasset

Le meneur américain Lorenzo Brown a obtenu la nationalité espagnole et fera donc partie de la sélection nationale lors de l'EuroBasket 2022. Une naturalisation expresse qui vient relancer le débat éthique de l'autre côté des Pyrénées.

Si l’on savait que la Fédération Espagnole de Basketball (FEB) travaillait depuis plusieurs semaines à la naturalisation de Lorenzo Brown (1,98 m, 31 ans), c’est désormais officiel. Le Ministère de la Justice Espagnole a validé cette demande et le natif de Roswell, au Nouveau-Mexique, a dû abandonner son passeport américain, puisque l’Espagne ne tolère pas les double nationalités.

L’acte de naturalisation de Lorenzo Brown

Pour rappel, c’est la blessure longue durée de Ricky Rubio ainsi que la retraite internationale de Sergio Rodriguez qui ont poussé Sergio Scariolo et la Fédération à reconsidérer leurs possibilités sur les postes de meneur / arrière en vue de l’EuroBasket 2022. Le futur patron du Maccabi Tel-Aviv, très fort joueur d’EuroLeague (13,8 points, 3,6 rebonds, 6,1 passes décisives et 1,5 interception pour 17,3 d’évaluation avec l’UNICS Kazan), a donc été « recruté » pour la compétition. Ce qui devrait fermer la porte à un retour de Serge Ibaka, qui avait émis le souhait de représenter l’Espagne en septembre prochain, étant donné que la FIBA n’accepte qu’une seule naturalisation par équipe.

Un fort débat en Espagne, sur fond de « verguenza »

Si la démarche bénéficiait du soutien de Sergio Scariolo, qui l’a côtoyé pendant deux ans aux Toronto Raptors, cette naturalisation soulève déjà un fort débat en Espagne, de nombreux tweets exprimant la « verguenza », soit la honte, de l’autre côté des Pyrénées. Pour cause, Lorenzo Brown n’a aucun lien avec la nation, n’y a jamais joué, ni séjourné, à part quand il venait affronter le Real Madrid, le FC Barcelone, Valence ou Vitoria en EuroLeague… En distribuant un passeport pour combler un besoin, la Roja s’est abaissée aux pratiques des sélections de seconde zone, ne disposant pas d’un fort réservoir, alors qu’elle est championne du monde en titre ! L’ABP, le syndicat des basketteurs, s’est notamment insurgé publiquement contre cette décision.

« En obtenant la nationalité espagnole expressément pour un joueur sans aucune racine en Espagne, le message envoyé aux joueurs nationaux est très nocif et a un impact négatif à la fois sur le présent et sur l’avenir. Est-il crédible que l’actuelle équipe championne du monde ne trouve pas de joueurs espagnols avec qui concourir dans les épreuves du plus haut niveau international ?

L’espoir de tout joueur dans les catégories de formation des clubs et de la FEB est de pouvoir un jour jouer avec l’équipe nationale. Cet espoir légitime est frustré lorsque la FEB et la CSD favorisent l’octroi de passeports légaux mais éthiquement répréhensibles .

L’ABP dénonce systématiquement depuis de nombreuses années la normalisation des mariages de complaisance et des passeports d’autres pays utilisant le même système désormais utilisé par la FEB et la CSD. Ce type d’action, loin d’aider, dynamite les attentes des joueurs, aliène le fan et élimine le mérite sportif qui permet de rêver de jouer pour l’équipe nationale. Il est dévastateur de voir comment chaque saison le nombre de joueurs nationaux dans les effectifs professionnels de nos compétitions diminue, même dans les catégories d’entraînement.

Le joueur espagnol a du talent et le montre depuis de nombreuses années, mais pour le développer et l’exploiter, il a besoin d’opportunités dans ses clubs et bien sûr dans la Fédération espagnole. Nous résistons à condamner l’avenir de nombreux joueurs qui aspirent à pouvoir jouer pour l’équipe

Sans Rubio ni Alocen, l’Espagne serait sûrement parti à l’Euro avec le duo Quino Colom – Alberto Diaz en poste 1, avec Sergio Llull décalé à l’arrière. L’arrivée de l’un des meilleurs meneurs d’Europe permet à la Roja de toujours croire en ses chances de quatrième titre continental.

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Lucas Riou

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires