L’OL entre au capital de l’ASVEL : les deux clubs lyonnais scellent officiellement leur union !

L’annonce a été faite en grande pompe sur le parquet de l’Astroballe à 11h en présence de Jean-Michel Aulas, l’icônique président du club de football de l’Olympique Lyonnais, et de son homologue de l’ASVEL, Tony Parker.

Les deux géants du sport lyonnais sont officiellement devenus partenaires ce samedi. Cela se traduit déjà sur un plan financier puisque l’OL Groupe, et ses 300 millions de chiffre d’affaires, est entré vendredi 21 juin au capital de l’ASVEL à hauteur de 3,4 millions pour l’équipe masculine (25% du budget) et de 300 000 € pour le Lyon ASVEL Féminin (10%). L’accord a été signé pour une durée de 5 ans.

« C’est un moment exceptionnel avec un homme et un sportif d’exception », a déclaré Jean-Michel Aulas. « C’est un moment qui est tourné vers l’avenir. Nous partageons une ambition non seulement nationale mais aussi européenne, avec une vision marketing internationale. C’est cela qui nous a réunis. »

Ce mariage permettra au club villeurbannais, qui a déjà vu son budget passer de 5 à 10 millions d’euros ces dernières années, de continuer à se développer financièrement, tout en donnant un coup d’accélérateur à ses projets sociétaux. De plus, par la voix de son directeur général, Thierry Sauvage, l’OL Groupe a promis d’apporter son aide à la structuration de l’ASVEL, notamment en matière de gestion.

« Notre ambition est grande », acquiesce Tony Parker. On a envie de vivre de belles choses tous ensemble. Je suis fier d’associer nos équipes à l’OL, un club exemple pour nous par rapport à ce qu’ils ont fait avec les garçons et les filles. Je pense que l’on peut progresser ensemble. »

A contrario, mastodonte sur la scène française depuis la première décennie du XXIe siècle et ses sept titres d’affilée, club reconnu à l’échelle européenne où son équipe féminine domine la concurrence en Champions League, l’Olympique Lyonnais souffre d’un déficit de notoriété à l’échelle mondiale. L’OL espère ainsi capitaliser sur l’image de marque de Tony Parker pour se faire connaître aux États-Unis et en Chine, des « territoires stratégiques pour le développement de la marque Olympique Lyonnais » selon Jean-Michel Aulas.

Enfin, l’ASVEL – qui abandonne donc son projet sur le site de Georges-Lyvet à Villeurbanne – pourra bénéficier de la future salle évènementielle de l’Olympique Lyonnais, prévue au pied du Groupama Stadium à Décines à l’horizon 2022. Lorsque celle-ci sera opérationnelle, le club de Tony Parker y disputera ses matchs de prestige en EuroLeague, tout en conservant ses racines villeurbannaises puisque l’Astroballe continuera d’accueillir les rencontres de Jeep ÉLITE, et certaines oppositions européennes.

« La future Aréna correspond au cahier des charges de l’EuroLeague », précise Parker. « Avec un budget de 100 millions d’euros, cela devrait faire une belle salle. Je pense que l’on peut faire confiance à l’OL Groupe pour cela. »

 
L’échange symbolique de maillots entre les présidents Aulas et Parker

À Villeurbanne,

par

Qui a écrit ce papier ?

Alexandre Lacoste

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires