Mike James, un niveau de MVP pour tirer Monaco vers le haut

Crédit photo : Sébastien Grasset

Une nouvelle fois, Mike James a guidé Monaco vers la victoire en EuroLeague ce vendredi soir contre l’Étoile Rouge de Belgrade. Le meneur affiche pour le moment un niveau de MVP cette saison.

Au vue du début de saison de l’AS Monaco, le public s’attendait à une victoire facile de la Roca Team contre l’Étoile Rouge de Belgrade vendredi soir à la salle Gaston Médecin. Mais les locaux, certes maîtres de leur sujet, ont du batailler durant 40 minutes pour définitivement écarter la formation serbe (85-77), qui restait sur son premier succès de la saison d’EuroLeague, contre le Bayern Munich. Ce match compliqué n’était cependant pas une surprise pour le coach monégasque Sasa Obradovic, qui avait anticipé un match accroché face à son ancien club. « Je m’attendais à un match difficile honnêtement, a-t-il avoué devant de la presse après le match. Ce genre d’équipe pose problème à tout le monde, ils n’abandonnent jamais. Je savais que ça allait être un long match. Ils ont joué dur à toutes les possessions. Ça n’a pas été facile. On est content de la victoire. » Brillante collectivement sur le parquet de l’Olympiakos il y a huit jours, la Roca Team a cette fois moins pu appuyer sur son collectif (12 passes décisives mais 4 balles perdues) face à une défense resserrée. « Bien sûr, offensivement, on aurait pu mieux bouger la balle. Contre des équipes organisées défensivement, on a certaines difficultés. Mais à la fin de la journée on a utilisé nos qualités individuelles pour gagner la partie. »

« Il a vraiment très bien commencé la saison »

Et comme souvent dans ces moments-là, ses qualités individuelles ce sont celles de Mike James, auteur de 21 point à 8/16 aux tirs en 28 minutes. Le meneur a inscrit deux paniers à 3-points dans le money time pour mettre fin au suspense. « Vous pouvez dire que tous les points qu’il a mis étaient difficiles. Les gens organisent leurs défenses autour de lui et il pourrait faire mieux pour garder l’équipe ensemble. Des fois, vous devez laisser faire les choses que Mike James fait parce que tout le monde veut voir ça et parfois ça fait mal (à l’équipe adverse). C’est un de nos leaders, il a vraiment très bien commencé la saison. » A tel point qu’il a été élu MVP du mois d’octobre et que son début d’exercice, conjugué aux bons résultats de la Roca Team (premier ex-æquo avec 5 victoires en 6 matches), font de lui un candidat au titre de MVP de la saison régulière. « C’est trop tôt pour le dire. On ne peut pas dire ça si on ne joue pas de manière constante. S’il reste en bonne santé, c’est l’un des candidats », acquiesce toutefois son coach.

Une confiance accordée à son coach et ses coéquipiers

Mike James AS Monaco
Mike James a rentré les deux paniers à 3-points assassins en fin de rencontre (photo : Sébastien Grasset).

Pour atteindre un tel niveau de performance, l’Orégonais a noué une relation de confiance avec l’ancien meneur du Limoges CSP. « Je pense qu’il y a eu du travail depuis l’an passé – et de ma part également (sourire). Surtout, il joue de manière confortable. C’est très important pour lui. De plus, les autres joueurs l’aident beaucoup, des gars positifs sont autour de lui. Ses performances sont logiques finalement avec l’équipe autour de lui. » Ainsi, en vrai meneur de jeu, Mike James a su partager la gonfle à Elie Okobo qui avait la main chaude la semaine dernière à Athènes. Ce vendredi soir, il a alimenté de ballon l’autre membre du trio de la ligne arrière, Jordan Loyd (20 points à 7/12 et 3 passes décisives pour 22 d’évaluation en 30 minutes). Mike James n’est pas pour rien dans la montée en puissance de ce dernier, qui manquait d’adresse sur les premières semaines de compétition. « Jordan Loyd est un super joueur, rappelle toutefois Sasa Obradovic. Je n’ai jamais eu de doutes à son sujet. Sur le dernier match, à l’Olympiakos, c’était Elie (Okobo), demain ce sera quelqu’un d’autre. » Et peut-être encore Mike James. Car face à la JDA Dijon et David Holston, le coach serbe n’aura peut-être pas d’autres choix que d’aligner sa superstar, qui a pour le moment joué 4 des 7 rencontres de Betclic ÉLITE (pour 19,5 points, 6,8 passes décisives et 4,3 rebonds par match en 27 minutes).

A Monaco,

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Gabriel Pantel-Jouve

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires