Monaco cède après prolongation face au Fenerbahçe Istanbul

Crédit photo : Direction de la Communication/Michael Alesi

Ce jeudi, l'AS Monaco s'est battue mais a fini par céder après prolongation sur le parquet du Fenerbahçe Istanbul (98-94).

Si tous les regards étaient tous rivés sur l’événement du mois de janvier et ce match NBA opposant les Chicago Bulls aux Detroit Pistons, le spectacle était aussi au rendez-vous en EuroLeague. L’AS Monaco s’est inclinée de peu après prolongation face au Fenerbahçe Istanbul (98-94, a.p.).

Une première mi-temps solide de la Roca Team

Après une entame de match équilibrée où les deux équipes se rendaient coup pour coup (20-20, 10′), l’AS Monaco accélérait au cœur du deuxième quart-temps dans le sillage d’un Mike James très inspiré (23 points, 6 rebonds et 6 passes décisives). Solide défensivement et efficace en attaque à l’image d’un Yakuba Ouattara bouillant derrière l’arc (19 points à 5/7 à 3- points), la Roca Team regagnait les vestiaires avec 8 longueurs d’avance (39-47, 20′).

John Brown arrache la prolongation mais Monaco finit par céder de peu

De retour sur le parquet, le Fenerbahçe Istanbul affichait une très belle résistance. Même si les Turcs poussaient pour repasser devant, les hommes de Sasa Obradovic restaient plus que jamais dans le match grâce à l’activité de Yakuba Ouattara. Malheureusement, à l’issue d’un troisième quart-temps d’une intensité folle, Istanbul revenait à hauteur de Monaco (60-60, 30′).

Dans le dur dans ces dix dernières minutes, les Monégasques se laissaient distancer sous les coups de boutoir de Scottie Wilbekin (21 points). Bousculée mais pas encore battue, la Roca Team arrachait la prolongation grâce à une claquette salvatrice signée John Brown (84-84, 40′). Après avoir fait le plus dur en obligeant Istanbul à disputer une prolongation, les joueurs de Sasa Obradovic ont craqué dans les cinq dernières minutes. Une défaite rageante pour l’AS Monaco qui a joué les yeux dans les yeux avec le Fenerbahçe jusqu’au bout.

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Dimitri VOITURIN

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires