Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Camps

« On ne peut pas entamer le match avec si peu d’intensité » : Strasbourg paye de nouveau cash ses premières minutes au Mans

Bien que dauphine des Metropolitans 92 en Betclic ÉLITE et bien placée en Basketball Champions League, la SIG Strasbourg a pris la mauvaise habitude de louper complètement ses entames de match. À Antarès, la SIG Strasbourg a été limitée à seulement 10 points… en dix minutes. Soit la plus mauvaise entame de match des Alsaciens en 11 rencontres cette saison toute compétition confondue.

« À partir d’une bonne défense, on peut bien attaquer »

« Une défaite frustrante ? Oui et non car quand on commence avec 16-6 puis 30 à 20 au bout de 10 minutes de jeu, on sait que la tâche va être compliquée, répond Jean-Baptiste Maille, originaire d’Arnage, juste à côté du Mans et de retour dans sa ville natale. On part de très loin et c’est ce qui nous fait défaut depuis quelques matches. Débuter avec un tel retard, c’est vraiment problématique pour la suite. Avec la double confrontation contre le Tofas Bursa, c’est la 3e fois qu’on commence mal une rencontre en moins de deux semaines et demi, donc il va falloir qu’on travaille dessus. Ce premier quart-temps nous fait très mal et on accuse le coup tout au long de la rencontre… On ne peut pas entamer le match avec si peu d’intensité, ce n’est pas notre identité de jeu, ni notre fond de commerce. Dans ma culture de jeu, l’attaque part de la défense. À partir d’une bonne défense, on peut bien attaquer et mettre tout le monde dans une bonne intensité. On ne peut pas gagner un match à l’extérieur dans de telles circonstances. »

La SIG revenue sous la barre des 10 points (46-38, 19’), avec un Jean-Baptiste Maille au four et au moulin et en mode record (13 points à 4/6 aux tirs, 4 rebonds, 7 passes et 4 interceptions pour 25 d’évaluation en 23 minutes), on pensait alors que les hommes de Lassi Tuovi auraient compris et retenu la leçon définitivement.En train de monter en puissance avant de regagner les vestiaires, les SIGmen ont mis plus de 4 minutes à marquer un panier sur un fait de jeu (57-43, 24’). Mais la SIG Strasbourg n’est pas deuxième de Betclic ÉLITE pour rien…

« Les joueurs sont revenus avec beaucoup d’énergie après avoir été dominé de 20 points. Mais on était trop en retard et on ne pouvait pas jouer sur le même tempo que Le Mans. Perdre au MSB ne remet pas tout en question quand on voit leur niveau. Il faut qu’on soit honnête envers nous même et qu’on hausse notre niveau de jeu. C’était une bonne leçon pour notre équipe », appuie Lassi Tuovi.

Une défaite de zone 3 – 2 qui a porté ses fruits

Avec 19 prises offensives (pour un total de 41, contre 29 pour le MSB), les Alsaciens ont même fini par perturber le jeu offensif du MSB, avec des changements de défenses incessants, dont une zone 3 – 2 efficiente. « C’est l’un des points de satisfaction mais ça l’aurait été encore plus à la fin si on revenait avec la victoire, continue Jean-Baptiste Maille. Ça nous permet de revenir dans le match et ça les a peut-être fait douter. Car quand on est -20, outre mettre beaucoup d’intensité et faire plus d’effort, il faut trouver d’autres solutions. »

Si la SIG est revenue à une possesion dans le money time (75-72, 37’), le MSB a eu les reins solides pour signer sa 5e victoire de la saison en huit rencontres. Surtout, les protégés d’Elric Delord n’ont pas eu à cravacher pour revenir dans la partie. Généreux dans l’effort (29 passes décisives), les Manceaux ont pu se reposer sur un Scott Bamforth scoreur (18 points à 6/10 aux tirs, 3 rebonds et 6 passes) et un Terry Tarpey omniprésent (17 points à 5/7 aux tirs, 9 rebonds, 5 passes et 3 interceptions pour 24 d’évaluation en 30 minutes).

-on-ne-peut-pas-entamer-le-match-avec-si-peu-d-intensite----strasbourg-paye-de-nouveau-cash-ses-premieres-minutes-au-mans1636842619.jpegLe traditionnel selfie de la victoire pour les protégés d’Antarès, victorieux 88 à 80 de la SIG Strasbourg.         (photo : Théo Quintard)

« Les intentions étaient clairement différentes du match de Cholet, souligne Elric Delord, le coach sarthois. On est entré dans le match dans le ton qu’on voulait. Strasbourg avait les jambes lourdes sur le début de match, mais encore fallait-il mettre toutes les bonnes intentions. » Avec 20 points d’avance après 10 minutes, tout devient tout de suite plus facile (88-80, 40′)…  

Au Mans,

Cliquez-ici pour consulter les statistiques de la rencontre

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion