Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Real Madrid, un invincible champion, rejoint le Panathinaikos en finale

EuroLeague - Le Real Madrid s'est qualifié pour sa troisième finale d'EuroLeague de suite en dominant l'Olympiakos Le Pirée (87-76). L'équipe de Guerschon Yabusele, Fabien Causeur et Vincent Poirier, largement en tête dès la première mi-temps (jusqu'à +25), rejoint le Panathinaikos Athènes en finale.
Real Madrid, un invincible champion, rejoint le Panathinaikos en finale

En civil en 2023, Guerschon Yabusele et Vincent Poirier vont retrouver la finale de l’EuroLeague, deux ans après.

Crédit photo : EuroLeague

Le Real Madrid s’est qualifié pour sa troisième finale de suite en EuroLeague. Le club le plus titré de l’histoire de la compétition (11 trophées), qui joue peut-être le meilleur basket de l’histoire de la ligue, a dominé l’Olympiakos Le Pirée (87-76) en demi-finales ce vendredi 24 mai à Berlin.

Causeur, Yabusele et Poirier font l’écart pour Madrid

L’équipe de Guerschon Yabusele, Fabien Causeur et Vincent Poirier a pris le large d’entrée (28-10, 10′). Proposant son basket en mouvement léché (8 passes décisives et 2 balles perdues après 10 minutes), adroit de loin (6/8 à 3-points), le groupe de Chus Mateo s’est rendu la vie facile. A la fin de cette première période, Guerschon Yabusele a marqué 5 points de suite pour remettre un coup sur la tête des Grecs. Dans le deuxième quart-temps, Fabien Causeur est ressorti du placard, lui qui n’était entré en jeu que deux fois au cours du dernier mois, face aux modestes formations de Grenade et Obradoiro. Le GOAT du basket breton s’est rappelé au bon souvenir de ses Final Four passés pour marquer 4 points et provoquer 2 fautes lors de son premier passage de 6 minutes sur le parquet (6 d’évaluation). Vincent Poirier quant à lui, il a cumulé 9 points à 4/4 et 2 rebonds en moins de 9 minutes pour pointer à 12 d’évaluation à la mi-temps.

56 points en une mi-temps : le Real Madrid bat le record historique d’un Final Four

Une mi-temps atteint avec 56 points au compteur pour les Madrilènes, soit un seul de moins que le Fenerbahçe sur la première demi-finale sur… l’ensemble de son match. Un total qui n’avait jamais été atteint dans une première mi-temps d’un Final Four d’EuroLeague jusqu’ici. Plus permissif en défense (27 points encaissés lors du deuxième quart-temps), le collectif espagnol, rapidement monté à +20 (38-18) puis +25 (54-29), a vu son avance se réduire quelque peu avant la pause (56-37). Le dernier 3-points de Shaquielle McKissic a entretenu l’espoir athénien.

Un espoir qui a pris de plus en plus de place par la suite. En empêchant le Real Madrid de marquer pendant plus de 4 minutes, l’Olympiakos, dans une salle bien plus rouge que blanche, est revenu à -10 (66-56). C’est par l’intermédiaire de son ancien arrière/meneur Nigel Williams-Goss que les Reds ont enfin réussi à passer sous la barre des 10 à 6 minutes 30 de la fin (76-67). Seulement, les Grecs ne sont pas parvenus à faire mieux que -8 face à une formation pratiquant l’un des meilleurs basket de l’histoire de l’EuroLeague, si ce n’est le meilleur. Surtout quand Moustapha Fall (1 tir tenté en 27 minutes) était trop intimidé par Walter Tavares, tout comme Filip Petrusev (1 tir à 2-points, en 8 minutes) et Nikola Milutinov (0 tir et 0 lancer franc tenté en 10 minutes). « Je pense qu’on avait bien compris ce qu’on voulait faire. On a contrôlé le rythme du match, on a couru », a apprécié le coach Chus Mateo, qui qualifié ses joueurs de « magnifiques ».

Dans le remake de la finale de l’EuroLeague 2023 à Kaunas, le Real Madrid a donc fait la course en tête. Dimanche soir, toujours à Berlin, ils retrouveront le Panathinaïkos Athènes pour aller chercher leur deuxième titre consécutif et le 12e de l’histoire de la maison blanche.

A Berlin,

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
tit69
1e MT de rêve pour le Real, du basket magnifique, un régal, avec en plus des français qui se mettent en valeur: quelle action notamment de Poirier qui enchaine contre en haute altitude et alley hoop de malade sur la contre attaque. Decu par contre de Mous Fall, qui fait clairement un complexe vis à vis de Tavares et a raté le peu qu’il a tenté
Répondre
(0) J'aime
matt_le_bucheron
Adresse incroyable du Réal, et une défense de fer (voir le tacle glissé de notre ami Rudy). Malgré tout ça, l'Olympiakos n'a pas baissé les bras et n'était pas loin de revenir, mais à pris à chaque fois un 3 pts assassin.
Répondre
(0) J'aime
samuel92
Le Réal va être dur à aller chercher. Ça joue très juste et il y a toujours un mec pour planter un shoot qui fait mal. La culture de la gagne tout simplement. Olympiakos ne pouvait pas rivaliser, Mous Fall est une nouvelle fois passé au travers. On peut tourner le problème dans tous les sens, Poirier et Lessort lui sont supérieurs.
Répondre
(0) J'aime
flavor_flav- Modifié
Mouss Fall? 1 tir tenté en 27 min? inarrêtable qu'il disait!
Répondre
(0) J'aime