Rodrigue Beaubois toujours sur un nuage, soirée historique pour Moustapha Fall et l’Olympiakos

Crédit photo : EuroLeague

Les Français ont été au cœur des débats en EuroLeague vendredi ! Pendant que Nando De Colo crucifiait le FC Barcelone, son ancien coéquipier choletais Rodrigue Beaubois poursuivait sa folle série, tandis que le trio Fall - Cordinier - Jaiteh vivait une soirée historique, avec des perceptions différentes.

« Le Brésil a été éliminé de la Coupe du Monde, mais nous, on va encore gagner l’EuroLeague », répétait Ergin Ataman, comme un mantra, vendredi. Avec un Rodrigue Beaubois dans cet état-là, l’Anadolu Efes Istanbul peut en effet rêver d’un triplé. Depuis trois matchs, l’arrière guadeloupéen tourne à 19,3 points à 66%, 6 rebonds et 3,3 passes décisives pour 26 d’évaluation de moyenne. L’ancien cadet de New Star, passé tout proche d’abandonner le basket à 16 ans lorsqu’il avait été snobé par tous les clubs de métropole (comme il nous l’avait raconté avec émotion à la suite de son deuxième titre), a encore rayonné vendredi à Kaunas : 20 points à 7/11, 4 rebonds, 7 passes décisives, 1 interception, 4 balles perdues et 1 contre en 33 minutes. À ses côtés, Amath M’Baye (9 points à 3/5 et 4 rebonds en 22 minutes) a également participé à la démonstration stambouliote (86-60).

Une « démonstration », le mot serait trop faible pour qualifier la soirée vécue par l’Olympiakos. Les Reds ont signé la plus large victoire en EuroLeague depuis 2014, torpillant la Virtus Bologne (117-71) sur les ailes d’un Moustapha Fall injouable : 15 points à 6/7, 5 rebonds, 2 passes décisives et 1 interception en seulement 17 minutes.

Moustapha Fall au dunk devant Isaïa Cordinier, sous le regard de Joseph Bissang (photo : EuroLeague)

En face, Isaïa Cordinier et Mouhammadou Jaiteh ont évidemment vécu une soirée beaucoup plus difficile : l’arrière azuréen n’a cependant pas été le moins mauvais (9 points à 4/6, 2 rebonds, 3 passes décisives et 2 interceptions en 18 minutes) tandis que l’ancien MVP Français de Pro B peut se targuer, si tant est que ce soit une fierté, du meilleur +/- de son équipe : seulement -2, avec 7 points à 3/5 et 4 rebonds en 12 minutes.

À Barcelone, Nando De Colo offre une victoire de prestige à l’ASVEL !

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Alexandre Lacoste

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires