Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Camps

Sekou Doumbouya et Roanne : un premier entraînement « surprenant » et une décision en fin de semaine

Betclic ÉLITE - Arrivé lundi à Roanne, Sekou Doumbouya n'a pas signé de contrat avec la Chorale. L'ancien plus gros prospect du basket français s'entraînera toute la semaine avec l'équipe de Jean-Denys Choulet, et plus si affinités...
Sekou Doumbouya et Roanne : un premier entraînement « surprenant » et une décision en fin de semaine
Crédit photo : Guillaume Poumarède

Pratiquement un an après son dernier match officiel (5 minutes de jeu contre les Indiana Mad Ants en G-League le 25 mars 2023), le Rhénus sera-t-il l’endroit où Sekou Doumbouya (2,03 m, 23 ans) renouera avec sa carrière de basketteur professionnel le samedi 2 mars ? Ce n’est pas acté, loin de là.

Pas de signature, ni de mise à l’essai

Si le 15e choix de la Draft 2019 se trouve bien à Roanne actuellement, il n’a pas signé de contrat avec la Chorale. Pour l’instant, il est simple partenaire d’entraînement, grâce à l’entremise de Comsport, redevenu son agence, trois ans et demi après leur rupture. « J’ai eu un coup de fil de Bouna Ndiaye qui m’a indiqué que Sekou était en forme, qu’il s’entraînait en Espagne », explique Jean-Denys Choulet. « Il m’a dit : « Prends-le avec toi, tu peux en faire quelque chose. » C’était un clin d’œil suite à ce qui s’est passé avec Clint Capela qui est un peu allé en NBA à cause de moi car je l’ai mis sur le terrain. J’ai répondu que je ne pouvais pas prendre un joueur juste comme ça et il m’a demandé de le prendre 4-5 jours à l’entraînement, sans que ce soit une période d’essai, afin de voir ce que j’en pensais. »

Sekou Doumbouya a disputé 96 matchs NBA entre les Pistons et les Lakers

Une requête acceptée puisque l’ancien diamant de Poitiers est arrivé dans la Loire lundi, où il passera, a minima, la semaine. Avec l’idée sous-jacente, bien sûr, d’étirer la collaboration jusqu’au milieu du printemps, si la situation convient à tout le monde. « Mais il n’y a rien d’acté », répète Jean-Denys Choulet. « Il n’a rien signé du tout, il n’est pas en période d’essai, il participe simplement aux entraînements jusqu’à la fin de la semaine pour se jauger et voir comment on pourrait fonctionner si jamais. On prendra une décision à l’issue de la semaine. »

« On s’est demandé comment ce gars-là n’avait pas de boulot »

Espoir déchu du basket français, Sekou Doumbouya a perdu le fil de son ascension dès son arrivée aux Pistons en 2019. « Oui, j’ai fait des erreurs, mais ça n’a pas été facile non plus d’être livré à moi-même à 18 ans en NBA », expliquait-il l’année dernière à L’Équipe. Disparu des radars de l’Association après deux premières saisons décevantes à Detroit, il a dû emprunter des chemins de traverse : des crochets par la G-League, un trade vers Brooklyn, un autre à Houston, une dernière main tendue par les Lakers, où il disputera ses deux derniers matchs NBA en novembre 2021, une grave blessure au pied puis une vaine relance en G-League avec Delaware, malgré le titre au bout (3,4 points à 41% et 2,1 rebonds en 21 rencontres).

Lors de ses deux semaines à Palencia début février, Sekou Doumbouya est apparu affûté physiquement (photo : Zunder Palencia)

Cette saison, sa future destination ressemble un peu à l’arlésienne du basket français. D’abord sparring-partner à Monaco, l’ancien limougeaud a été successivement annoncé à Maroussi, Gran Canaria, Boulogne-Levallois (où les négociations ont justement achoppé sur l’idée d’une mise à l’essai) et Palencia, sans signer un seul contrat. Une attente interminable avant de connaître l’identité du club qui pourrait abriter l’une des dernières chances de relancer sa carrière… Alors qu’il était hors de forme lors de la préparation de la Roca Team, les derniers échos indiquaient un Doumbouya affûté (avec 15 kilos en moins sur la balance) grâce à d’intenses semaines à Dallas et assagi. Des indiscrétions confirmées par les premières 48 heures passées par Jean-Denys Choulet en sa compagnie. « Il a fait mardi un entraînement que j’ai trouvé surprenant. Avec mon assistant Loïc (Bard), on se demandait comment ce gars-là, avec une telle qualité d’entraînement, n’a pas de boulot. Sur le terrain et en dehors, il a eu un comportement exemplaire pour l’instant. Il a l’air d’avoir les pieds sur terre aujourd’hui. »

Le volte-face d’Erik McCree

Alors que Jalen Jones va devoir observer entre six et huit semaines d’indisponibilité après sa rupture du tendon extenseur du pouce droit, Jean-Denys Choulet s’est mis en quête d’un huitième ailier-fort cette saison après Maxime Roos, Lewis Sullivan, Anthony Tsegakele, E.J. Anosike, Nuni Omot, Théo Pierre-Justin et Jalen Jones.

Erik McCree avait initialement dit oui à la Chorale (photo : Julie Dumélié)

Une invraisemblable malchance qui continue sur le marché des transferts. Le technicien ligérien croyait avoir bouclé la signature de son nouvel intérieur, Erik McCree, vu à Gravelines-Dunkerque entre 2019 et 2021. Performant avec le BCM (14,6 points et 6,2 rebonds en 30 matchs de Betclic ÉLITE), le Floridien avait démarré la saison au sein du lucratif championnat taïwanais (27,1 points et 10 rebonds en 9 rencontres). Jeudi soir, il avait ainsi donné son feu vert à Jean-Denys Choulet.

« On était d’accord sur tout », retrace le technicien double champion de France. « Il m’avait simplement demandé d’arriver lundi plutôt que dimanche. J’espérais recevoir son contrat vendredi après-midi, je ne l’avais toujours pas soir. J’ai appelé l’agent qui m’a m’assuré que tout était bon, que le joueur voudrait que le contrat soit signé par le président avan, ce qu’on a fait. Samedi après-midi, vu que ça commençait à me gonfler, j’ai directement contacté le joueur qui m’a avoué qu’il ne prendrait pas le boulot après avoir discuté avec sa famille… » Soit un nouvel épisode de la malédiction des postes 4 roannais. En attendant le terme de la semaine d’entraînement de Sekou Doumbouya, Jean-Denys Choulet a suspendu ses recherches.

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
ioness
" Oui, j’ai fait des erreurs, mais ça n’a pas été facile non plus d’être livré à moi-même à 18 ans en NBA " Je rêve où quoi?? Quelqu'un l'a forcé à mettre son nom dans la draft? Quelqu'un l'a forcé à partir aussi tôt en NBA?? Voilà le problème avec les nouveaux joueurs .... et ça ne va pas changer tant qu'on ne jurera que par la NBA. On va me traiter de raba-joie, et j'en passe mais tant que tu n'as rien prouvé en France, tu n'as pas ta place en NBA. C'est aussi simple que cela.
Répondre
(6) J'aime
jamesnaysmith
"Quelqu'un l'a forcé à mettre son nom dans la draft?" : attention, Comsport n'est pas tout blanc dans la destruction de plusieurs carrières... Après, le joueur en lui-même a, pour moi, toujours été très surcôté, notamment par son agence qui a une influence gigantesque sur la presse spécialisée française.
Répondre
(3) J'aime
mick7142
Je valide également le tien james.
(0) J'aime
ioness
Bien sur que l'agence Comsport est également responsable. Néanmoins, les joueurs doivent aussi se questionner par rapport à leur réel niveau, à leurs objectifs. Les joueurs peuvent décider de leur entourage... et pour ma part, je le trouve prometteur. Mais comme Kobe l'avait dis, le basket pro c'est 10% talent et 90% travail.
(0) J'aime
mick7142- Modifié
Je valide ton post' ioness.
Répondre
(0) J'aime
jaromil
Il faut quand meme pas oublier qu'il est parti dans une sorte de jungle a peine sorti de l'adolescence . On lui a par la suite reproché des comportements immatures mais meme les ricains n'arrivent pas a cet age la dans la ligue . Donc ce serait pas une mauvaise chose de faire preuve de mansuetude a son egard , d'autant qu'il semble avoir ete lache par comsport un bon moment . Qu il ait des responsabilites , certainement , mais c'est un gamin laché dans le grand bain , faut pas l'oublier :)
Répondre
(0) J'aime
ryosanada- Modifié
Sekou a fait des erreurs c'est indéniable mais je lui souhaite de trouver un club et jouer. Il a trop de talent pour ne pas réussir à trouver sa place. Si il peut signer à Roanne c'est parfait. JDC est le coach parfait pour relancer Sekou. JDC n'a que faire des rumeurs. Il ne se base que sur ce que lui voit aux entrainements et sur le terrain. On se souvient du passage de Sylvain Francisco qualifié un peu facilement de joueur de street ball. Par contre Sekou devra être irréprochable dans son comportement.
Répondre
(3) J'aime
elmagnifico
punaise, ya Malcom Cazalon sur le marché....un 16 ième contrat?
Répondre
(0) J'aime
thorir
Et si Morin se pète à la reprise tu finis ta saison avec Langevine Jones Doumbouya et le jeune Pierre Justin ? Ca m'parait trop risqué
Répondre
(0) J'aime
dispensseur
Allez Malcom et Sekou à Roanne, on finit la saison comme ça. On part à la guerre avec cet effectif, s'il y a un nouveau blessé à l'intérieur on a les jeunes Ngoy, et Pierre Justin pour prendre le relai. Si un blessé à l'extérieur il nous reste Bouzidi et des joueurs qui peuvent jouer à plusieurs postes. On remet Diot à la mène au relai de Cooper, avec Grady en sortie de banc pour l'accompagner qu'il retrouve plus de liberté dans le jeu ! Il faut gagner des matchs de suite et ne pas attendre les 3 derniers donc autant prendre des risques dans la vie !
Répondre
(2) J'aime
theklaw
Cela ne peut qu’être un win-win ! La Chorale le test a l’entraînement et peut décider de le garder si cela convient au 2 parties et ça peut relancer la saison de Roanne et la carrière de Sékou, qui a eu des éloges de JDC (et c’est pas facile d’en avoir) ! J’espère que cela finira positivement pour Sékou qui mérite d’être remis sur le devant du basket européen !
Répondre
(1) J'aime
bill_laimbeer
ce teasing avec l entrainement "surprenant".en esperant qu il retrouve le chemin des parquets pour de bon
Répondre
(0) J'aime