Signé 5 ans mais déjà cloué sur le banc : le mauvais départ de Cleanthony Early à Antibes

Aligné 31 minutes (16 points à 5/15 aux tirs et 4 balles perdues) pour le premier match officiel de la saison 2020/21 d’Antibes, mardi à Aix-Maurienne (défaite 72-70), Cleanthony Early (2,03 m, 29 ans) n’est pas entré en jeu ce vendredi contre Fos-sur-Mer (défaite 59-76). La raison serait simple : l’entraîneur Nikola Antic n’a pas souhaité l’aligner. Les rumeurs vont bon train quant à la raison du technicien. Le joueur passé par les New York Knicks, à la réputation sulfureuse, se serait déjà accroché avec l’entraîneur serbe d’après plusieurs échos azuréens. Ce n’est pas de bon augure pour la suite, d’autant plus avec un contrat qui court jusqu’en 2025 !

Pourtant, interrogé la veille du match par Nice Matin, Cleanthony Early s’était montré particulièrement engagé dans son nouveau projet.

« Partout où l’on joue, il faut respecter le jeu et prouver sa valeur. J’arrive à Antibes, je vois cette belle salle, ce club qui a une grande histoire. Je vois aussi les fans, les enfants. Vous pensez que le rêve de ces enfants, à Antibes, ce n’est pas de porter un jour ce maillot des Sharks ? Eh bien, il est magnifique ce rêve-la, il faut le respecter absolument. Moi, je suis fier de jouer aujourd’hui pour les Sharks. Tous ensemble, on va essayer de faire gagner cette organisation. […]

Ce sera mon rôle et mon travail de répondre aux attentes, de montrer sur le terrain que je peux être celui qui aide à faire la différence, J’ai 29 ans, aujourd’hui, je pense que c’est le bon âge pour un joueur. Je suis encore jeune, mais j’ai aussi plus de maturité, d’expérience. Quand on est jeune et célèbre en NBA, vous êtes vite entourés de certaines personnes qui ne vous veulent pas forcément du bien. Je suis arrivé à un moment de ma carrière ou j’avais envie de me poser quelque part, avec ma compagne, et prouver que je peux construire quelque chose sur la durée. Les dirigeants d’Antibes m’ont proposé de bonnes conditions, un long bail. J’espère poser mes valises pour longtemps et réussir à écrire une belle histoire ici. J’ai le sentiment que c’est le bon endroit. C’est mon but le plus cher. »

par

Qui a écrit ce papier ?

Rédaction Bebasket

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires