T.J. Parker attend plus des rotations de l’ASVEL

Si l’ASVEL a battu le CSKA Moscou mercredi soir en EuroLeague, les solutions ont très souvent été apportées par les mêmes joueurs : Elie Okobo, Chris Jones, David Lighty, Youssoupha Fall… C’est d’ailleurs quand le staff rhodanien a ouvert son banc en fin de premier quart-temps que les Moscovites ont commencé à revenir et prendre confiance. Puis c’est face à ce même banc qu’ils sont passés devant en cours de deuxième mi-temps. En conférence de presse après la rencontre, l’entraîneur T.J. Parker a estimé que les rotations devaient amener la même énergie que le cinq de départ.

« Je crois qu’à un moment on est à 23-5 et c’est là qu’on commence à faire les premiers changements, s’est-il remémoré. Le prochain qui rentre doit mettre la même intensité (que les joueurs sur le terrain), on est à domicile, on a des fautes à donner… Il faut qu’on soit intelligent et qu’on ne donne pas de paniers faciles. »

C’est grâce notamment à sa longueur de banc que l’ASVEL peut confirmer son bon début de saison et ainsi atteindre l’objectif de T.J. Parker, celui « de faire au moins pareil que la saison dernière ». « Et si on peut faire mieux ça serait parfait », annonce T.J. Parker, qui assure ne pas penser aux playoffs, alors que le coach adverse Dimitris Itoudis estime que les champions de France en titre en ont la potentialité. L’apport de tous sera primordial pour enchaîner les performances, l’ASVEL se déplaçant à Athènes ce jeudi afin d’y affronter le Panathinaikos ce vendredi pour la septième journée de l’EuroLeague.

« C’est un travail de tous les jours, avec le staff en entier, nous les coaches, le staff médical, les préparateurs physiques… On essaye de faire au mieux pour que les joueurs aient l’énergie qu’ils ont eu ce (mercredi) soir. Et puis il faut faire confiance à tout le monde. Il y en a qui n’ont pas joué ce soir (Kostas Antetokounmpo et Kymany Houinsou, NDLR) qui vont jouer le prochain match, il y a qui ont beaucoup joué (28 minutes pour Chris Jones et Charles Kahudi, 26 pour David Lighty, NDLR) qui joueront un peu moins. D’où l’importance de construire une équipe ; on a besoin de tout le monde. »

par

Qui a écrit ce papier ?

Rédaction Bebasket

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires