Une combativité à toute épreuve qui n’a pas suffi pour les Flammes Carolos face à Basket Landes

Le combat. Voilà ce qui caractérise les Flammes Carolos. À l’image de leur saison, les Ardennaises n’ont rien lâché mardi soir face à Basket Landes et le public venu sur place y a cru pendant 39 minutes. Cette saison encore, les exploits étaient au rendez-vous et le rêve de titre l’était aussi, malheureusement les Flammes sont contraintes de s’arrêter en quarts de finale comme la saison passée.

Mardi soir, Charleville a regardé droit dans les yeux Basket Landes et a même largement mené les débats dans le deuxième quart (+17) grâce à une très belle prestation de Tima Pouye (26 points). Une première mi-temps totalement ratée, donc, mais Basket Landes a su réagir après le repos. Un point que n’a pas manqué de souligner la coach Julie Barennes à la mi-temps : « Je leur ait dit qu’on n’était pas dans le match, qu’on les regardait jouer, qu’on n’avait pas le droit de montrer ce niveau dans un tel match. »

Malgré tout, les Landaises avaient idéalement lancé leur match en plantant un 6-0 à leur adversaire du soir avant que Lisa Berkani ne vienne lancer le début du raid solitaire des Ardennaises grâce à un tir primé très longue distance. À l’entame du deuxième quart-temps, Basket Landes était à la traîne (19-13) malgré les cinq points consécutifs de Céline Dumerc. Constamment en retard défensivement, hors du coup offensivement et sans aucune maitrise (10 ballons perdus en première mi-temps), les Flammes ont profité des lacunes des Montoises pour prendre les rênes de la rencontre (37-20, 15′) grâce à Tima Pouye (17 points à la mi-temps dont 14 dans le deuxième quart). Finalement, les Landaises se sont rapprochées avant la pause (43-32).

Basket Landes a changé de visage

Transfiguré au retour des vestiaires, Basket Landes a haussé le ton défensivement et a fatigué la formation ardennaises qui a tout de même tenu durant 39 minutes alors que l’effectif XXL des Landaises continuait de dérouler et d’impacter physiquement les Flammes. « C’est très compliqué de perdre surtout dans un scénario comme ça où on en prend 23 à Basket Landes et ici, chez nous, avec notre public on mène. On perd à la fin c’est très très frustrant. On aurait aimé repartir à Basket Landes et essayer de faire quelque chose », avouait Tima Pouye. 

flammes-basket-landes1652267168.jpegCéline Dumerc et Basket Landes ont fait la seconde mi-temps qu’il fallait pour éteindre les Flammes ce mardi soir. (Photo : Antoine Campa – Basket Landes)

Frustrant d’autant que lorsque les championnes de France en titre sont repassées devant dans le troisième quart-temps, les Flammes n’ont rien voulu entendre et ont entretenu l’espoir jusqu’au bout, à l’image d’Amel Bouderra à 3-points dans la dernière minute (70-73). Mais avec son efficacité défensive et son adresse offensive, Basket Landes a fini par s’imposer : « Elles ont été adroites au bon moment. Ça fait partie du jeu. Nous avons tout donné et j’espère que les Ardennais seront fiers de nous », soupirait Tima pouye.

Le FCBA était trop court

Cette année encore, Charleville-Mézières a donné l’impression de pouvoir rivaliser avec les toutes meilleures équipes. Cependant, les absences de Nia Coffey et Leonie Fiebich ont pesé lourd dans la balance pour les Flammes. Un paramètre qu’avait pris en compte Julie Barennes au retour des vestiaires : « On est revenu avec un autre visage après la pause, au moins en défendant, ce qui nous a permis de revenir dans le troisième quart. On savait qu’on était plus long en effectif, donc si on ne peut pas gagner techniquement ou tactiquement, il fallait essayer de gagner avec la fatigue, et c’est ce qu’il se passe à la fin. »

Une nouvelle fois, le FCBA quitte les playoffs de LFB en quarts de finale. Un résultat en adéquation avec le club et l’équipe cette saison selon le coach Romuald Yernaux : « Le résultat est important mais la forme l’est tout autant. On termine notre saison à l’image de l’équipe et du club cette année. Quand nous étions plus armés ou moins armés, on a rien lâché, on s’est battus. Aujourd’hui, le combat est trop dur. »

Le chapitre 2021-2022 se referme pour cette équipe carolo-macérienne qui semble encore en-dessous du quatuor de tête de la saison régulière et qui n’a toujours pas passé ce dernier cap qui lui manque à franchir : « On peut être fier de l’équipe et de ce qu’elle a fait jusqu’au bout. Ça a été une saison très particulière, il a fallu faire des choix à certains moments pour en arriver là, malheureusement on est un petit peu court sur la fin », expliquait le coach vaincu Romuald Yernaux. « Il faut que tout le monde comprenne c’est que les choses se construisent mais quand vous construissez et que vous êtes cinquièmes du championnat et que vous avez l’Europe qui est acquise, c’est plutôt du luxe. J’ai toujours dit : on peut faire des choses mais il faut prendre le temps. »

Si Charleville-Mézières doit encore grandir selon les dires de son coach, Basket Landes va aussi continuer de grandir et devra passer par les demi-finales face à Bourges ou face à Lattes-Montpellier, qui joueront une belle décisive ce vendredi au Prado.

À Charleville-Mézières,

par

Qui a écrit ce papier ?

Rédaction Bebasket

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires