Vincent Collet : « Cette équipe est vraiment en manque de repères »

Crédit photo : FIBA

Après une défaite en finale de l’EuroBasket, l’équipe de France a retrouvé le Palais des sports Maurice-Thorez pour y préparer les deux matchs de qualification à l’EuroBasket face à la Lituanie et la Bosnie-Herzégovine. Face à la presse, le sélectionneur des Bleus Vincent Collet et Boris Diaw, le general manager de l’équipe de France se sont exprimés sur cette nouvelle fenêtre.

Un mois et demi après une médaille d’argent au goût amer à l’EuroBasket, l’équipe de France était de retour au Palais des sports Maurice-Thorez de Nanterre pour préparer les deux matchs de qualification à la Coupe du Monde 2023 face à la Lituanie et la Bosnie-Herzégovine.

Réunis depuis ce lundi, les hommes de Vincent Collet ne pourront s’appuyer que sur Andrew Albicy, seul rescapé de l’équipe qui a disputé l’EuroBasket, après le forfait de Terry Tarpey. Comme à leur habitude, les Bleus sont privés des joueurs d’EuroLeague (Nando De Colo, Guerschon Yabusele, Vincent Poirier, Moustapha Fall, Amath M’Baye) ainsi que des pensionnaires de NBA (Evan Fournier, Rudy Gobert, Théo Maledon et Nicolas Batum). Ainsi, le sélectionneur des Bleus Vincent Collet a convoqué cinq nouveaux joueurs dans le groupe France (Victor Wembanyama, Juhann Begarin, Malcom Cazalon, Ismaël Kamagaté et Bodian Massa) pour préparer le rendez-vous face à la Lituanie vendredi (18h30) et celui de la Bosnie-Herzégovine, lundi prochain à Pau (20h30).

Un groupe avec très peu de vécu commun

De toutes les fenêtres, cette équipe concoctée par le sélectionneur Vincent Collet est sans doute l’une avec le moins de vécu commun. Malgré le retour de Paul Lacombe et Axel Toupane ainsi que la présence de Nicolas Lang et Andrew Albicy, l’expérience commune sera bien moindre avec pas moins de 5 rookies dans cette sélection. Interrogé sur le sujet, Vincent Collet n’a pas peur mais a prévenu ses joueurs qu’il ne fallait pas aborder cette fenêtre avec la fleur au fusil. « On est conscients que cette équipe est vraiment en manque de repères », a estimé Vincent Collet. « Donc, à l’entraînement, nous sommes sur des basiques pour avoir des choses sur lesquelles se reposer et gagner les matches. On a partagé cette difficulté avec les joueurs. On en a parlé avec les joueurs. Nous n’y allons pas avec la fleur au fusil. Bien sûr que nous avons des qualités mais il faudra également de la vaillance, de l’engagement, de l’énergie. »

En somme, les débutants devront rapidement devenir acteurs de cette nouvelle expérience pour porter les Bleus à la victoire lors de ces deux matchs de qualification, ce qui assurerait leur place à la Coupe du monde 2023 avant même les matches de février. Si à l’intérieur, Victor Wembanyama fait l’objet de toutes les convoitises, la raquette tricolore sera l’une des plus verticale avec la présence de Bodian Massa, Ismael Kamagaté et Yoan Makoundou et sera complétée par Alexandre Chassang et Damien Inglis, cependant tout est à construire

Une première en bleu attendue pour Victor Wembanyama

Indisponible pour la préparation de l’EuroBasket, Victor Wembanyama sera attendu, lui qui est devenu à seulement 18 ans, un joueur dominant du championnat de France (24,9 d’évaluation cette saison en Betclic ÉLITE). Le futur numéro 1 de la Draft NBA honorera sa première cape avec les Bleus ce vendredi en Lituanie, mais en attendant « Wemby » comme on le surnomme déjà outre-Atlantique soignait sa cheville gauche qui s’est dérobée face à Limoges au bord du terrain et a écourté la séance collective de ce mardi.

Si rien de « grave » n’est à déplorer, la première du jeune prodige français sera à coup sur scrutée mais pas question de prendre de risque du côté du staff. « J’étais son entraîneur en club dimanche et, lundi matin, j’étais son sélectionneur en équipe de France mais ça ne change rien », confiait Vincent Collet. « La seule chose qui change, c’est pour lui. C’est la première fois qu’il découvre l’équipe de France et pour chaque joueur, quel que soit son talent, ça reste un moment extraordinaire. Victor aura sans doute un avenir plus que radieux mais cela reste pour lui une première et c’est un enjeu. Il vivra avec sa première sélection un moment émotionnel et psychologique que tous les joueurs qui ont porté ce maillot ont connu. »

En attendant, les Bleus s’envoleront jeudi pour la Lituanie puis rejoindront Pau samedi après leur match à Panevezys et devront remettre le bleu de chauffe avec une sélection inédite pour tenter de valider une qualification pour la Coupe du Monde 2023.

A Nanterre,

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Théo Tetard

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires