Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Tony Parker ne mâche pas ses mots sur Gianmarco Pozzecco : « Je savais que cela finirait comme ça »

EuroLeague - Après s'être séparé de son entraîneur Gianmarco Pozzecco seulement deux mois après son arrivée, le président de l'ASVEL Tony Parker s'est exprimé sur ce choix auprès de L'Équipe. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il ne gardera pas un bon souvenir du technicien italien : "Je suis très déçu de sa performance et de sa gestion de l'équipe".
Tony Parker ne mâche pas ses mots sur Gianmarco Pozzecco : « Je savais que cela finirait comme ça »

C’est désormais Pierric Poupet (à gauche) qui va prendre la suite des opérations à l’ASVEL en tant qu’entraîneur principal.

Crédit photo : Julie Dumélié

Le sulfureux Gianmarco Pozzecco n’aura été présent sur le banc de l’ASVEL qu’un peu plus de deux mois. Un passage éclair, mais malgré tout marquant, où l’on a pu constater tout le caractère volcanique et le comportement spectaculaire du technicien italien, en dépit de ses résultats sportifs (17e de l’EuroLeague). Si bien que l’ASVEL a décidé de s’en séparer, fort logiquement, après un maigre bilan comptable (10 victoires – 14 défaites), des volontés changeantes sur sa construction de l’effectif (départ de Frank Jackson, besoin de recruter un meneur) et un niveau de jeu peu satisfaisant. C’est désormais l’assistant Pierric Poupet qui va prendre en main l’équipe rhodanienne.

« Un coach par défaut »

Reconnaissant que le sélectionneur de la Squadra Azzurra n’était « pas son premier choix », le président de l’ASVEL Tony Parker s’est expliqué auprès du journal L’Équipe sur la décision de se séparer de Gianmarco Pozzecco.

« Cela fait deux ou trois semaines qu’on savait que ça ne pourrait pas aller plus loin, explique Tony Parker. On a dû prendre un coach par défaut, parce qu’il n’y avait pas grand monde sur le marché. Alors, quand au bout de deux semaines, il te dit qu’il veut un effectif resserré, à onze, douze, que huit ou neuf vont vraiment jouer, et que Nando (De Colo) fera tous les matches de championnat, je savais que cela ne fonctionnerait pas, que ça finirait comme ça. Aucun club en EuroLeague ne joue comme ça. »

Gianmarco Pozzecco n’a jamais accordé sa confiance à Boris Dallo, qui aurait pu dépanner à la mène. (Photo : Julie Dumélié)

Effectivement, pour sa première expérience en tant qu’entraîneur principal en EuroLeague, la philosophie de Gianmarco Pozzecco n’a pas été une réussite (3 victoires et 12 défaites). Sa volonté, dans un premier temps, de réduire son effectif, s’est heurtée au dense calendrier européen. Il a ensuite demandé du renfort, mais les pistes Niccolo Mannion ou Martin Hermannsson n’ont pas abouties pour l’ASVEL. Il a alors bricolé avec son effectif, faisant évoluer Timothé Luwawu-Cabarrot à la mène, mais se privant des services d’un Boris Dallo par exemple. Ces changements (ou plutôt volontés de changements) dans l’effectif ont créé les premiers points de discorde avec les dirigeants villeurbannais.

« Son attitude a été de plus en plus négative »

« On a essayé de couper la poire en deux, en nous séparant de Frank Jackson, qui pour moi était talentueux, qu’il fallait faire progresser mais dont le coach ne voulait plus. Tu essaies d’aller un peu dans son sens. En revanche, après, il a voulu couper Boris Dallo. Là, j’ai dit non. Si Nando, Charles (Kahudi) ou quelqu’un se blessait, alors qu’on était déjà l’équipe la plus vieille d’EuroLeague, ce n’était pas possible. Ensuite, son attitude a été de plus en plus négative, il avait du mal à remotiver les joueurs, et petit à petit, ce sont eux qui ne croyaient plus en lui. En plus, il avait décidé de ne pas faire jouer nos jeunes. Je ne veux plus de coaches qui font ça, ce n’est pas notre philosophie. »

Si le technicien a failli dans le redressement de l’ASVEL, il faut bien dire qu’il ne disposait pas non plus d’un effectif pour rivaliser avec les autres écuries d’EuroLeague. Interrogé à ce sujet, Tony Parker a quelque peu tenté de minimiser l’influence de la qualité du roster sur le niveau de jeu.
« T.J. (Parker) et Michel (Veyronnet, directeur sportif) ont essayé de bâtir d’une certaine façon. Je leur ai donné les pleins pouvoirs, je ne suis pas intervenu. Je pense que l’équipe n’évolue pas au niveau de son potentiel. J’espère que cela va évoluer. Et cela n’empêchera pas des réajustements. DeShaun Thomas (ailier-fort) est arrivé à Lyon, ça va aider. Et on cherche toujours un meneur-arrière. On doit se renforcer à la création. »
Enfin, dans cet interview à L’Équipe, le président de l’ASVEL explique que le club a seulement payé l’année de contrat en cours en cours à Gianmarco Pozzecco (signé pour deux ans et demi), les deux autres étant soumis à une clause : « On savait qu’on prenait un risque, on n’aurait pas signé un coach pour trois ans sans porte de sortie ». Désormais, l’ASVEL va prendre son temps avant de choisir un nouvel entraîneur principal. Plusieurs noms pullulent déjà, comme Vincent Collet, Sergio Scariolo, Gordon Herbert ou encore Frédéric Fauthoux. En attendant, le club rhodanien va terminer la saison avec Pierric Poupet, assisté de Edoardo Casalone et Joseph Gomis.

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
ioness
Houa ... c'est ouf quand même ce genre de discours. Moi j'ai une question: pourquoi l'avoir pris alors? Bref ... et concernant les jeunes, ça me fait rire. quels jeunes?
Répondre
(1) J'aime
fabulusfk_72
Houa.... Moi ce qui me fait sourire c'est le titre 😂... "Parker ne mâche pas ses mots".... Mais de quoi parle t'on ?... Car logiquement avant de mâcher, nous connaissons le menu ? Pourquoi toujours "brosser" le "roi" dans le sens du poil ? L'humilité n'a jamais fait de mal à personne. Par contre, prendre les gens (supporters, médias, Basketteurs et basketteurs de canapés) pour dans lanterne... Bah, il faut juste que ça s'arrête car sa devient abject.
Répondre
(1) J'aime
ioness
J'ai du mal à voir ce que tu veux dire en fait.
(1) J'aime
bearnais64
dans l'équipe aujourd'hui interview lunaire de tony qui reproche à pozzeco d'avoir trop fait jouer les vieux, mais qui a donner son aval pour faire cette équipe avec des vieux joueurs en fin de carrière et qui coute une blinde, et qui n'a rien dit les années précédentes quand tout les jeunes de valeurs cirés le banc et on quitté le club. Tony à était un grand joueur mais un piètre dirigeant, qui fait passer ses erreurs sur le dos des autres pour ne pas ternir son image
(4) J'aime
tit69- Modifié
Ca va être compliqué d'attirer un coach de renom l'année prochaine ... Il sait à l'avance que c'est TP qui prend les décisions et qu'il peut sauter en 2 mois s'il ne suit pas les instructions.... Je ne comprends tjs pas pourquoi TP n'a pas laissé Pozzecco terminer la saison
Répondre
(0) J'aime
bobpur2
Demande NDiaye, Yaacov et Dallo...
Répondre
(0) J'aime
derniermot
Quel ane ce Pozzecco de pas faire jouer des joueurs de milieu de tableau Pro A en Euroligue lol
(1) J'aime
lou_grand
@derniermot : "Quel ane ce Pozzecco de pas faire jouer des joueurs de milieu de tableau Pro A en Euroligue lol". 1 - Qui les a recrutés ces "joueurs de milieu de tableau ProA" ? Pas lui. 2 - Même en proA, ils ne jouent pas... 3 - Ces joueurs apprécieront ton analyse. 4 - NDiaye, Yaacov : encore de jeunes - pourtant au coeur du projet à entendre TP - qui vont partir et faire les beaux jours d'autres clubs comme Risacher, Wemby ou Strazel.
(0) J'aime
flavor_flav
allez les haters! à vos claviers!
Répondre
(2) J'aime
les3c
J'aime bien les fanboys dans ton genre incapables de bons sens et qui voient des haters la ou il y a seulement la vérité
Répondre
(4) J'aime
turboprout
Typiquement français ça : je suis incompétent et tout le monde le voit, je rejette la faute sur mon subalterne.
Répondre
(1) J'aime
flavor_flav
faut savoir, pour certains ici, il est trop américain... pour toi, il est typiquement français... je suis perdu je ne sais plus qui croire??
Répondre
(0) J'aime
turboprout
Il est typiquement français, "certains" peuvent penser ce qu'ils veulent. Méprisant avec les faibles et obséquieux qvec les puissants. Je m'attarde pas sur son étron musical que tout le monde était censé s'arracher, mais le coup du sportif qui pousse la chanson, très français aussi.
(0) J'aime
lou_grand
Come on baby ! It's boulard time ! Ce n'est même plus lunaire comme propos, c'est martien voire jupitérien ! Mais ça me fait bien marrer...
Répondre
(6) J'aime
lefreezident
Le syndrome dont TP est frappé est l ubriss, une démesure maladive qui n'est qu'une malédiction des dieux par excès de pêché d orgueil. Molina a très bien décrit le fonctionnement lunaire clanique voir mafieux de l écosystème Parker, combien a coûté Mitrovic, combien TJ, combien pozzeco ???, c'est qui qui payons !???
Répondre
(3) J'aime
elsinger
Prendre un risque avec un coach par défaut, pour finir avec Poupet qui était déjà dispo (à lui de faire ses preuves), autant lui donner directement les clefs du camion Berliet... Les résultats auraient t-ils été meilleurs avec le 1er choix? Pour Parker, cela ne vient pas de l'effectif, mais il vient de le modifier malgré tout!
Répondre
(1) J'aime
jamesnaysmith
De plus en plus imbuvable ce type.
Répondre
(1) J'aime
lounkao
Si Tony Parker s'interroge sur la gestion de l'équipe de Gianmarco Pozzecco, il ferait bien de s'interroger et se concentrer sur sa propre gestion du club. Spécialiste du show buisiness ne veut pas dire compétence de la gestion des hommes... Bon courage à Frédéric FAUTOUX s'il donne suite...
Répondre
(0) J'aime