Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Camps

Boris Dallo quitte sa prison dorée villeurbannaise : direction Strasbourg !

Betclic ÉLITE - Pas dans les plans de l'ASVEL depuis le début de la saison, Boris Dallo va se libérer de son contrat. L'ancien couteau suisse de Cholet Basket est attendu d'ici jeudi à Strasbourg, où il a joué en 2019/20.
Boris Dallo quitte sa prison dorée villeurbannaise : direction Strasbourg !

Boris Dallo a déjà joué à la SIG en 2019/20

Crédit photo : Sébastien Grasset

Cette saison, les coachs se sont succédés à l’ASVEL mais jamais Boris Dallo (1,96 m, 29 ans) n’a obtenu la moindre responsabilité. Encore en civil vendredi dernier lors de la Leaders Cup, le Nantais n’a disputé que 15 matchs sur 51 possibles, souvent avec un temps de jeu négligeable : 96 minutes avec T.J. Parker, 27 minutes sous l’ère Pozzecco puis 30 minutes depuis la prise de pouvoir de Pierric Poupet.

Resté au placard, malgré Poupet

Boris Dallo n’a disputé que 3 matchs d’EuroLeague sur 26 avec l’ASVEL (photo : Sébastien Grasset)

À ce titre, on pensait que le départ de l’Italien, qui avait publiquement avoué ne pas compter sur lui, constituerait une vraie éclaircie pour Dallo. D’autant plus que le président Tony Parker avait volé à sa rescousse dans les colonnes de L’Équipe« Quand il a voulu couper Boris Dallo, j’ai dit non. Si Nando, Charles ou quelqu’un se blessait, alors qu’on était déjà l’équipe la plus vieille d’Euroligue, ce n’était pas possible.  Je lui ai dit de regarder les matches de Boris , expliqué que c’était un joueur capable d’évoluer des postes un à trois, qu’il avait fait de gros matches avec Cholet. Quand tu vois à quel point il n’avait pas confiance en lui, Mbaye et Noam, ça me fait penser qu’il ne les a jamais vus jouer. »

Mais si Mbaye Ndiaye a pleinement bénéficié de la prise de pouvoir de Pierric Poupet, elle n’a rien changé à la situation de Boris Dallo. Certes lancé à deux reprises en EuroLeague par le technicien normand, l’ancien joueur de l’Aris Salonique n’a pas saisi sa chance, a continué d’être cantonné à des rôles subalternes et n’avait plus joué avec l’ASVEL depuis le 8 février, date de l’historique triple-double de Codi-Miller McIntyre à Vitoria.

Marqué par Scottie Reynolds à la SIG

Pour lui, il était donc temps de mettre fin à cette traversée du désert. Auteur d’une magnifique saison à Cholet l’année dernière (9,4 points à 40%, 5,9 rebonds et 4,7 passes décisives), candidat légitime à l’équipe de France devenu un joueur négligeable à Villeurbanne (2,1 points à 33%, 1,7 rebond et 1,1 passe décisive), Boris Dallo a (enfin) trouvé une porte de sortie. Alors qu’il doit se libérer de son engagement dans l’après-midi, le champion de Serbie 2014 paraphera dans la foulée un contrat avec la SIG Strasbourg, l’un de ses multiples anciens clubs, à l’image de la trajectoire suivie par Paul Lacombe en novembre 2022. Après un passage par la case Pro B, en 2019, il avait repris son envol avec le club alsacien, d’abord pigiste médical de Jérémy Nzeulie avant d’être embauché pour la saison. En 39 matchs toutes compétitions confondues, il avait tourné à 6,9 points à 42%, 4,5 rebonds et 3,1 passes décisives de moyenne.

Une étape marquante dans son parcours, grâce notamment à la rencontre de Scottie Reynolds qui avait contribué à épurer son jeu. « C’est le joueur qui m’a rendu meilleur« , racontait-il à BasketEurope en décembre 2022. « Il m’a vraiment beaucoup aidé et me conseille encore beaucoup aujourd’hui. On se parle quasiment quotidiennement, de basket mais pas uniquement. Lorsque l’on a évolué ensemble une saison à Strasbourg, de 2019 à 2020, il m’a appris à simplifier mon jeu, faciliter la vie sur le terrain. Tu n’as pas besoin de côtoyer une personne pendant longtemps. Il suffit d’une phrase, d’une parole qui marque, c’est ce qu’il s’est passé avec Scottie. » De retour au Rhénus, Dallo tentera donc de mettre en exergue cet apprentissage en offrant une place en playoffs à l’actuel 8e du championnat (11v-12d). Il n’aura en tout cas aucun mal à faire oublier son prédécesseur Sofiane Briki, parti à Melilla, simplement utilisé quatre minutes de jeu cette saison par Massimo Cancellieri. Comme quoi sa situation à l’ASVEL n’était pas forcément la moins enviable du championnat…

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
cafarchon
Trois coach pour le même résultat. A un moment on peut sans doute commencer à penser que le joueur est juste pas là où il doit être / était attendu. Après évidement si ça se goupille mal au départ ce n'est pas forcément évident de se relancer mais deux changements de coach ce sont quand même deux opportunités à saisir. La marche est peut être tout simplement un peu trop haute pour Boris aujourd'hui. Il aura sans aucun doute de meilleurs jours devant lui et, pour ma part, c'est tout ce que je lui souhaite !
Répondre
(4) J'aime
lou_grand
3 coaches qui ne lui ont pas donné sa chance : il joue en moyenne 11 minutes, 3 fois moins que l'an passé. Quant on voit tous les manques dans cette équipe, un joueur aussi polyvalent que lui aurait pu apporter, à l'image de ce qu'il fait à Limoges. Lors de la défaite de l'Asvel, il n'est pas mal mais il ne joue que 9 minutes. Incompréhensible.
Répondre
(2) J'aime
cafarchon- Modifié
Hello, Incompréhensible pour celui qui regarde un match de l'extérieur. Vous écrivez "3 coachs qui ne lui ont pas donné sa chance", j'ai envie de vous répondre que justement cette situation oriente plus vers un "problème" avec le joueur (j'utilise "problème" au sens large car j'ai peu d'éléments et ce n'est, de toutes façons, que rarement simple et/ou unidimensionnel ces choses là). En tout cas j'ai du mal à croire qu'un coach (hors rares cas) se prive de talent volontairement, encore moins 3 coachs qui se succèdent et qui, mécaniquement, essayent de se démarquer de leur(s) prédécesseur(s). La réalité est plus probablement qu'il ne montre pas ce qu'il doit montrer (ou ce que ces 3 coachs attendaient de lui) et donc il ne joue pas ou quand ça ne compte plus (et on sait que dans ces cas là, hors espoir, on regarde peu la contribution sauf si réellement bonne). Après il a été libéré et c'est, quoi qu'il arrive, la meilleure chose qui pouvait lui arriver :-)
(1) J'aime
dams
Une bonne chose pour le joueur et pour la SIG. Coté Asvel, même si le joueur n'était pas utilisé ça limite encore la rotation. Ils en sont où de leur quota de contrats?
Répondre
(2) J'aime
guite
Il en sont à 15 12 actuels + Dallo EGBUNU F.JACKSON
Répondre
(0) J'aime
dams
ok, merci pour l'info.
(0) J'aime
jc87
Il va déjà falloir qu'il perde les quelques kilos qu'il a en trop. Je sais pas comment ça se passait aux entrainements à l'ASVEL mais j'ai l'impression qu'il ne devait pas se donner à fond :)
Répondre
(4) J'aime
bobby
Souhaitons lui la même réussite que Paul Lacombe qui a suivi la même voie.
Répondre
(3) J'aime
lou_grand
Mais qu'a-t-il été faire dans le guêpier villeurbannais !?!?! Après une super année à Cholet, je l'aurais bien vu dans un bon roster d'EC. J'espère qu'il pourra se relancer en Alsace.
Répondre
(0) J'aime
derniermot
C'est simple il s'est vu trop beau Et dire que l'autre a refusé à Pozzecco de le couper...
Répondre
(0) J'aime
jamesnaysmith
Les seuls responsables sont les frères Parker et Veyronnet, qui ont fait venir ce gars qui n'a pas du tout le niveau requis.
Répondre
(2) J'aime
matt_le_bucheron
Comme les saisons précédentes, la SIG boucle son recrutement fin février. Elle récupère un joueur qu'elle connaît déjà et qui n'est pas sur les genoux suite à son début de saison. C'est un joueur intéressant (à part peut-être son tir à 3 pts), qui peut faire beaucoup de choses. On verra s'il prolonge la (ou les) saison prochaine, ou s'il vient juste à la SIG pour se relancer, comme le font beaucoup de joueurs.
Répondre
(1) J'aime