Elric Delord menacé au Mans ? Un non « sincère et profond » du président Le Bouille

Crédit photo : Gérard Héloïse

Actuellement en eaux troubles avec une série de six défaites de rang, Le Mans espère se redresser avant la trêve hivernale. Dans les colonnes du Maine Libre, le président Christophe Le Bouille a placé les joueurs devant leurs responsabilités, et a réaffirmé sa confiance à l'égard de son entraîneur Elric Delord.

Quand un président réaffirme sa confiance envers son coach, c’est rarement très bon signe pour le dit entraîneur. Mais dans le cas d’Elric Delord, on accordera volontiers le bénéfice du doute à Christophe Le Bouille. Déjà parce que Le Mans est considéré comme un club très stable, même si le dirigeant sarthois a déjà contredit récemment deux fois la tradition locale en écartant Erman Kunter (2017) puis Dounia Issa (2019). Mais surtout en vertu de l’estime non feinte qu’il porte à son technicien, considéré comme l’une des figures montantes de la profession en France. Ce qui n’a certes pas empêché Strasbourg de licencier Lassi Tuovi, qui jouissait du même prestige.

Toujours est-il que malgré les six défaites de rang du MSB, dont une dernière particulièrement décevante à Pau (85-89), Elric Delord est toujours aux commandes de l’équipe pour le déplacement à Nanterre ce vendredi. Une situation qui ne risque pas de changer de sitôt, si l’on en croit les propos de Christophe Le Bouille, tenus dans les colonnes du Maine Libre.

« [Elric Delord est-il menacé ?] Non ! Quand je dis que j’ai confiance en Elric, c’est sincère et profond. J’ai confiance en lui et en l’ensemble de ses assistants. Depuis que le coach est en place, il a donné satisfaction. Certes, on a fini 9 e l’an dernier et hors des play-offs mais avec une équipe moins amoindrie, on avait largement notre ticket en phase finale. On est capable de produire un beau basket, comme on l’a prouvé au début de l’exercice. Maintenant, il y a un ressort à trouver, il y a une dynamique à inverser, une spirale à briser. Elric a aussi besoin de modifier des choses dans son discours, car il y a manifestement quelque chose qui n’est pas clair ces derniers temps. Mais derrière mes mots, il n’y a aucune menace voilée ou de sous-entendu autour du coach. À lui de faire autrement avec notre aide. »

Plus que le futur du coach, c’est au sein de l’effectif que pourrait s’opérer d’éventuelles modifications au cours de la trêve. « Cette semaine a été une semaine à haute intensité, comme jamais depuis le début de saison », a déclaré Delord à Ouest France. « Beaucoup de joueurs ont répondu présents, pas tous. Ceux qui n’ont pas répondu présent seront mis sur le côté. » Or, dans son entretien avec nos confrères de la presse locale, c’est aussi les joueurs que Christophe Le Bouille s’est surtout attaché à mettre sous pression. « Un joueur pro doit au minimum être focus, écouter son coach et se battre pour ses coéquipiers sur le terrain. Ça dépasse l’entendement de ne pas respecter ces différents points. » Ouvert à un « rétrécissement de l’effectif », le président s’est adressé au groupe dans la semaine afin de rappeler ces valeurs fondamentales.

Auteur d’un début de saison fantastique avec six victoires en sept rencontres, Le Mans a dégringolé au fur et à mesure des dernières semaines jusqu’à la 8e place. Certes toujours dans les clous pour la Leaders Cup (6v-7d), l’équipe mancelle dispute un match absolument capital pour la qualification ce vendredi à Nanterre, qui présente exactement le même bilan.

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Alexandre Lacoste

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires