Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Camps

Fragile, l’ASVEL préserve l’essentiel contre Chalon

Betclic ÉLITE - Après avoir compté jusqu'à 19 points d'avance en toute fin de troisième quart-temps, l'ASVEL s'est fait très peur à domicile contre Chalon-sur-Saône, cumulant les erreurs pour laisser l'Élan revenir à quatre longueurs à l'entame de la dernière minute. Mais les Villeurbannais l'ont finalement emporté (79-72) pour rester seuls deuxièmes du championnat.
Fragile, l’ASVEL préserve l’essentiel contre Chalon

Noam Yaacov et l’ASVEL reprennent la deuxième place

Crédit photo : Infinity Nine Media / Lilou Danjoux

Une fin de match à l’envers, jusqu’au bout. Jusqu’à la toute fin, même, lorsquele dernier alley-oop entre Paris Lee et Mbaye Ndiaye, censé offrir une ultime note de spectacle à l’Astroballe, fut manqué… Il n’aurait pas fallu trois minutes de plus à Villeurbanne tant l’ASVEL a tout raté de son money-time, laissant l’Élan Chalon espérer une issue miraculeuse (72-68, 39e minute) après avoir longtemps été dans les cordes (59-42, 29e minute). « On s’est relâché », regrette Mbaye Ndiaye, facteur X du soir (10 points à 5/7, 4 rebonds et 2 interceptions). « Ça arrive souvent et c’est un aspect sur lequel on doit travailler. Il nous faut plus de stabilité. »

« Un match bizarre »

Heureusement, l’ASVEL avait fait le boulot avant, notamment au cours d’une invraisemblable série en toute fin de premier quart-temps, un 21-2 pour passer de 4-6 à 25-8. « On a commencé fort », acquiesce l’ailier sénégalais. « Défensivement, on était là et offensivement, on avait du rythme. » Et un maestro à la baguette, avec Nando De Colo auteur de 10 points à 100% dès ses quatre premières minutes sur le terrain, avant de retourner hiberner, comme le reste de son équipe.

L’ASVEL a renoué avec la victoire après quatre défaites de rang toutes compétitions confondues (photo : Infinity Nine Media / Lilou Danjoux)

Alors qu’ils ont longtemps semblé en position de contrôle, pilonnant dans la raquette avec le duo Youssoupha Fall – Joffrey Lauvergne (24 points à eux deux), face à une équipe bourguignonne assez pauvre offensivement, si ce n’est l’adresse lointaine d’Antoine Eito (20 points à 7/18, 7 rebonds et 3 passes décisives) et l’abattage de Lionel Gaudoux (17 points à 8/12), les hommes de Gianmarco Pozzecco ont pourtant inexplicablement décroché à l’approche du dernier acte, cumulant les erreurs évitables. Alors oui, Chalon a soudainement haussé son niveau. Oui, l’Élan a soudainement trouvé du rythme et découvert le bon ajustement défensif, forçant l’ASVEL à adopter un jeu statique. Mais une équipe avec de si grosses ambitions ne devrait pas se faire peur comme cela, en partant de +17 à 11 minutes du buzzer final.

« Le meilleur médicament possible » pour l’ASVEL

Surtout que cela aurait pu être largement pire… « On aurait pu les inquiéter beaucoup plus », soulève ainsi Savo Vucevic. En tout début de quatrième quart-temps, Aleksej Nikolic, dans le creux depuis plusieurs matchs, a eu deux tirs ouverts pour ramener l’Élan à -4. Antoine Eïto en a aussi eu un, un peu plus tard. « C’est un match bizarre », souffle le capitaine. « C’est un peu frustrant car il y a un écart mais ils étaient prenables, il ne nous manque rien. » Tout en notant très bien que Chalon ne jouait pas sa saison à l’Astroballe. Son championnat, c’était Blois la semaine dernière. Ce sera Cholet, aussi, samedi prochain.

L’ASVEL, non plus, ne jouait pas sa saison face à l’Élan mais un impair aurait fait terriblement tâche, d’autant au cœur d’une phase de turbulences comme celle-ci. « On avait besoin de gagner », lance Gianmarco Pozzecco, soulagé. « Les mecs le méritent. Ils jouent toujours dur, ils se battent. Ce soir, ils peuvent être heureux. Cette victoire est le meilleur médicament que l’on pouvait avoir après plusieurs défaites d’affilée. » Sachant que l’hiver est aussi la période la plus propice aux infections, avec un enchaînement invraisemblable avant la fin de l’année : un voyage à Milan, les réceptions des deux finalistes de l’EuroLeague (Olympiakos et Real Madrid) puis un dernier déplacement à Monaco. Alors il va falloir plus qu’un bon Doliprane…

À Villeurbanne,

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
mick7142
L' ASVEL a bien failli passer à la trappe....Chalon est une belle équipe très bien coachée.
Répondre
(0) J'aime
jc87
C'était un match bizarre en effet et la prestation de l'ASVEL a été encore une fois bien pâle. Chalon n'y a pas cru sinon il pouvait la prendre mais à part Gaudoux il n'ont quasiment rien à l'intérieur et tout repose sur les shoots de loin de Eito et Nikolic. La prestation de l'ASVEL n'en est donc que plus décevante.
Répondre
(0) J'aime
elanpourtous
Tour à fait d'accord avec cette analyse... L'intérieur chalonnais est bien pauvre et effectivement, seul Gaudoux tire son épingle du jeu, Cortale reste pâle et Markusson a t-il le niveau ProA ? Baptiste est inconstant. Quand Eïto va bien, c'est cool et quand Nikolic rentre ses paniers (ce qui n'était pas le cas hier !), c'est encore mieux. Les 2 dernières recrues amènent un plus indéniable,c'est sûr, mais il manque encore un petit quelque chose pour que la mayonnaise prenne parfaitement. Le départ de Love entraînera t-il un recrutement qui va parfaire cette belle équipe bien coachée comme le dit mick7142 ?
Répondre
(0) J'aime
the_viking
La prestation de l'ASVEL est même une nouvelle fois inquiétante. Les voir souffrir en EL est une chose, les voir aussi fragile en BE en est une autre surtout que les joueurs majeurs jouent bcp (entre 24 et 30 minutes pour Fall, TLC, Lauvergne et Lee hier soir). On ne peut même pas mettre ça sur le compte du turnovers. C'est difficile de comparer les matchs mais comment exister en EL face aux meilleurs clubs européens quand tu montres autant de fragilité face à une équipe du milieu de tableau de BE.
Répondre
(0) J'aime
silk
Le moins qu'on puisse dire c'est que cette équipe de l'ASVEL ne respire pas la sérénité.
Répondre
(0) J'aime