Jean-Denys Choulet furieux après Roanne – Pau : « On reste sur deux prestations exceptionnelles ici et on est capable de produire cette merde de basket »

Crédit photo : Jacques Cormarèche

Jean-Denys Choulet n'a pas caché sa colère après la défaite de Roanne contre l’Élan béarnais (75-94) ce vendredi soir.

C’est un Jean-Denys Choulet en colère qui s’est présenté devant la presse vendredi soir après la défaite de Roanne contre l’Élan béarnais (75-94). La Chorale ne nous avait pas habitué à un tel niveau de jeu après ses larges victoires contre les poids lourds de ce début de saison. « On ne peut pas faire des matches comme Cholet et Levallois et faire ça ce n’est pas possible », a regretté le doyen des techniciens de Betclic ELITE. « La salle était pleine, on n’a pas le droit de faire ça », a-t-il ajouté, fustigeant le manque d’envie de ses troupes :

« Je ne vais pas chercher d’excuse à qui que ce soit. Par contre on peut faire des constats : ce (vendredi) soir il n’y avait pas d’envie de notre côté. Je le prends aussi pour moi, j’aurais du donner plus d’envie. Je ne sais pas comment faire plus pour donner plus d’envie que ça, je finis sans voix, épuiser de ce match là. Je n’ai pas réussi ce soir dans la tâche qui était de redonner du peps à cette équipe et de continuer dans la lancée qu’on avait après les trois matches de Cholet, Levallois et Dijon. »

Roanne a beau avoir travaillé l’attaque de zone en prévision de cette rencontre, les Ligériens ont finalement improvisé sur la rencontre, au grand dam de leur coach :

« On est tombé sur une équipe qui a fait ce qu’il fallait. On savait tous qu’ils allaient faire (de la défense en) zone. On a travaillé toute la semaine sur la zone. Même en travaillant sur la zone, certains n’ont pas compris qu’il fallait mettre du rythme, monter la balle en courant, mettre en place des systèmes… Le jour du match certains inventent des choses. Il faut rendre à Pau ce qui appartient à Pau. J’apprécie Eric Bartecheky depuis longtemps, il a fait ce qu’il fallait. Par contre on l’a énormément aidé. On ne donne pas la balle au bon endroit, on prend des tirs ave maria… »

Plus globalement, son groupe est retombé dans ses travers après un début de rencontre dans le respect du plan de match :

« Le match est perdu au premier quart-temps. J’ai pris l’option de faire de trappes systématiques sur (Michael) Stockton et (Garrett) Sim. Pourquoi ? Parce que Stockton ne marque sur des drives et Sim que sur des tirs à 3-points. On l’a fait pendant 5 minutes, on les a explosé. On était à +6, ils étaient perdus sur les prises à deux. Et là on a trouvé deux ou trois supermans qui ont cru bon de prendre des tirs après une passe. Après, comme on était à la ramasse, on n’était plus dans l’enthousiasme et l’envie sur les trappes, on s’est fait punir. Ça vient de notre comportement offensif en pensant que, comme on joue Pau et qu’ils sont derniers, ‘ce n’est pas la peine coach qu’on se casse le cul comme on l’a fait contre Levallois ou Cholet, ce n’est pas peine coach ça va passer’. Et non ! »

A la pause, Jean-Denys Choulet a eu l’occasion de tancer ses troupes une première fois dans l’intimité du vestiaire :

« A la mi-temps, j’étais dégoûté. On a la salle pleine, c’est Noël, on peut tous passer les fêtes tranquilles à la maison, on reste sur deux prestations exceptionnelles ici et on est capable de produire cette merde de basket – parce que c’est une merde de basket – et cette attaque de zone indigne d’une équipe de haut-niveau. Alors je prends pour moi de ne pas avoir su insuffler plus d’envie mais je vous garantis que des fois la charrue est lourde à tirer… »

Avec cette défaite, Roanne (5 victoires et 8 défaites) se met en mauvaise posture pour la qualification à la Leaders Cup :

« J’avais envie d’une chose, c’est de voir nos voisins à Saint-Chamond. Et ce n’est pas en produisant du jeu comme ça avec une envie comme ça on va en arriver.

Le seul petit truc que je peux dire à leur décharge : effectivement c’est une équipe de Pau qui vient de gagner un match à domicile contre Le Mans qui vient en rythme etc. et une équipe qui s’est morfondue pendant deux semaines. J’espère que certains auront la tête quand Limoges viendra ici pour s’en rappeler. »

En colère, Jean-Denys Choulet n’aura pas le temps de ruminer sa déception pour Noël puisque Roanne joue à Bourg-en-Bresse dès mardi pour son dernier match avant la trêve.

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Gabriel Pantel-Jouve

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires