Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

La surprise Tarbes-Lourdes, Caen valide la poule haute, LyonSO condamné à jouer le maintien

NM1 - À deux journées de la fin de la première phase de Nationale 1, tous les matchs revêtent désormais une importance capitale. Découvrez tous les enseignements de la soirée de mardi en NM1.
La surprise Tarbes-Lourdes, Caen valide la poule haute, LyonSO condamné à jouer le maintien

Vainqueur au Havre, Caen est assuré de sa qualification pour la poule haute

Crédit photo : Caen Basket Calvados

Poule A

« Normalement, il y a des bonnes nouvelles », communique Tarbes-Lourdes sur ses réseaux sociaux. Après s’être battu pour son maintien jusqu’au bout de l’angoisse la saison dernière, le club pyrénéen devrait désormais intégrer la cour des grands, quasiment assuré de prendre part à la poule haute. Une vraie surprise au vu des ambitions initiales de l’Union ! Victorieuse de six de ses sept dernières sorties, l’équipe de Stéphane Dao l’a emporté 86-79 à Toulouse et est désormais solidement arrimée à la 4e place, avec deux victoires d’avance sur le 6e à deux journées de la fin de la première phase. L’affaire est presque entendue, mais pas tout à fait bouclée, puisque l’UTLB doit affronter, pour finir, deux de ses poursuivants : Vitré (+17 de panier-average) et Loon-Plage (-2).

Stéphane Dao et Tarbes-Lourdes filent vers la poule haute (photo : Gérard Héloise)

Tarbes-Lourdes a vécu une soirée parfaite puisque les résultats lui ont été favorables sur tous les terrains : avec 27 d’évaluation d’Elian Benitez, Rueil a dominé Loon-Plage (87-63) tandis que Vitré s’est imposé 83-68 face à Rennes, avec 19 points de Warren Racine. Par conséquent, ces quatre équipes se retrouvent toutes à égalité à la 5e place, distancées par l’Union, et devraient se battre pour le dernier strapontin pour la poule haute.

Les Sables y croient encore…

En bas de classement, les jeux ne sont pas encore complètement faits pour le maintien. Battu 76-81 par les Sables d’Olonne lors du derby vendéen, Challans a manqué une belle occasion de se sauver définitivement. « On veut finir fort, on n’est pas encore en playdowns », clame Denis Mettay, le coach du LSVB qui a pu compter sur un Jean-Michel Mipoka des grands soirs (18 points, 6 rebonds et 4 passes décisives). De même que Poissy, vainqueur d’un match qui pourrait compter double en cas de poule basse (72-68 contre la lanterne rouge Berck, de plus en plus mal en point), ses hommes sont aussi revenus à hauteur de Lorient, défait chez le leader quimpérois (59-69). Il faudra un miracle pour s’en sortir, mais sait-on jamais…

Enfin, Tours a remporté une victoire cruciale pour continuer à rêver du titre. Face à Chartres, qu’il retrouvera en seconde phase, le TMB l’a emporté 78-77 et est revenu à hauteur de son adversaire du soir. Une histoire de lancers-francs puisque le CCBM a fait 0/4 dans le money-time tandis que Fabien Paschal a inscrit le sien à deux secondes du buzzer final. « C’était vraiment d’une intensité incroyable », souligne Cédric Heitz au micro de La Nouvelle République. « Les gars ont été vraiment sérieux, appliqués, ont donné tout ce qu’ils avaient. Personne n’a abandonné. »

Les résultats de la 22e journée de Nationale 1 :

  • Loon-Plage – Rueil : 63-87
  • Vitré – Rennes : 83-68
  • Toulouse – Tarbes-Lourdes : 79-86
  • Les Sables d’Olonne – Challans : 81-76
  • Tours – Chartres : 78-77
  • Poissy – Berck : 72-68
  • Quimper – Lorient : 69-59

Poule B

Commençons par les certitudes : deux ans après avoir intégré la Nationale 1 avec de hautes ambitions, LyonSO jouera le maintien au cours du printemps. Au fil des saisons, les résultats du club de l’Ouest lyonnais ne cessent de s’effriter : poule haute en 2022, poule intermédiaire en 2023 et poule basse en 2024. Face à un Jérôme Cazenobe qui a frôlé le triple-double (11 points, 13 rebonds et 9 passes décisives), l’équipe de Maxence Broyer a pourtant livré un beau combat à Saint-Vallier (70-77) mais son quatrième revers d’affilée, conjugué à la victoire d’Orchies à Boulogne-sur-Mer (92-74), scelle son destin. Ils seront accompagnés par Besançon, impuissant contre Mulhouse (80-103), et Feurs, vaincu à Pont-de-Chéruy (67-74). La prochaine journée sera d’ailleurs décisive avec un affrontement contre le BesAC, dont le résultat sera conservé en deuxième phase.

Bien plus en haut, la bonne opération est signée par Caen. Distancé par le STB lors de tout le derby normand (-15 à la 25e minute), le CBC a pourtant renversé Le Havre – privé en dernière minute de Valentin Bigote – pour signer son cinquième succès d’affilée et valider sa place en poule haute. « Je suis satisfait d’être qualifié pour le top 5, parce que c’était le premier objectif », se réjouit l’entraîneur Stéphane Éberlin, interrogé par Ouest France. « Mais ce n’est pas une fin en soi, on n’a pas le temps de savourer. Dès maintenant, il faut être tourné vers la suite. Gagner ce soir et perdre contre Saint-Vallier, ce n’est pas un bon calcul. On doit gagner pour mettre toutes les chances de notre côté. »

Le Havre en sursis, Andrézieux manque le coche

En revanche, Le Havre a perdu gros, et voit se profiler le spectre d’une deuxième phase dans le groupe intermédiaire, soit un spectre grossissant d’une nouvelle saison ratée malgré de gros moyens financiers. « On ne se met pas en difficulté par rapport à la défaite de ce mardi », clame toutefois Fabrice Courcier. « On est dans le dur parce qu’on a perdu trop de matches avant, par un manque de consistance et d’engagement. »

Désormais 8e avec 13 victoires et 11 défaites, Saint-Thomas n’a pourtant pas complètement perdu toutes ses chances. Mais le club des Docks est condamné à un miracle au vu de la densité du peloton devant, avec deux tickets disponibles pour les quatre équipes à égalité à 14 succès : Andrézieux-Bouthéon, Mulhouse, Pont-de-Chéruy et Avignon. Parmi elles, c’est l’ABLS qui a perdu gros en chutant sur le parquet du leader toulonnais (76-81). Quant à l’USAP, le club vauclusien est revenu de l’INSEP avec l’essentiel (88-77), malgré les 19 unités de Jonas Boulefaa.

Les résultats de la 22e journée de Nationale 1 :

  • Pôle France – Avignon : 77-88
  • Boulogne-sur-Mer – Orchies : 74-92
  • Besançon – Mulhouse : 80-103
  • Pont-de-Chéruy – Feurs : 74-67
  • Hyères-Toulon – Andrézieux-Bouthéon : 81-76
  • Saint-Vallier – LyonSO : 77-70
  • Le Havre – Caen : 73-81

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
valduhavre
Quelques précisions sur Le Havre: -Bigote gastro - Il est "oublié" que Kayembé s'est blessé au bout de 3 minutes et n'est pas revenu. A 3 absents (Hannequin aussi), ça faisait beaucoup pour renverser Caen! - Gros moyens peut-être mais, non, Le Havre n'est pas l'ogre financier que ce site aime à dépeindre régulièrement: 8ème budget de la division. Le 8ème! Et ce, malgré les bouffonneries et autres malhonnêtetés de la fédé à notre encontre! Et, hier soir, oui, les joueurs ont fini par exploser physiquement en deuxième moitié de 3ème QT. Franchement, Caen ne peut pas se gargariser de cette victoire, obtenue face à un adversaire largement diminué.
Répondre
(0) J'aime
thorir
Tiens d'ailleurs à propos de budget, il y'a un média sur lequel on peut retrouver les budgets de NM1 ? Même si à ce niveau ça veut pas forcément dire grand chose tellement les clubs peuvent être différents, certains avec ou sans section féminine etc Pour revenir au Havre, quand on est pas fan ou suiveur on a quand même globalement l'impression qu'ils sont régulièrement en deça des objectifs depuis quelques saisons non ? Aprés on sait le bourbier que peut être la NM1 hein
Répondre
(0) J'aime
valduhavre
Le fait que Le Havre soit le 8ème budget vient du président, il doit savoir cela. Quant au bilan havrais, il est pas folichon. Ce qui est dommage, c'est les premières saisons. En 2019, on loupe la montée au buzzer contre Saint-Quentin et quand on voit où ils en sont maintenant, c'est rageant! Les deux saisons suivantes ont été tronquées par la Covid, on peut pas juger là-dessus. Les deux dernières saisons se ressemblent beaucoup avec une élimination en 1/4 des playoffs. Mais comme tu dis, avec le bourbier de la NM1, en sortir peut être un exploit. Quand on voit les échecs de Lyon, Lorient ou autre Orchies!
(0) J'aime
coquio86- Modifié
mais vous allez même pas être dans le premier groupe!!! quelle déception encore cette saison!!!!!! vous y êtes encore pour un paquet d'année dans cette nationale 1 si vous ne faites pas venir un groupe cohérent et homogène mais sans vedettes qui ne voient que leurs stats!!!!!!!!!
Répondre
(0) J'aime
coquio86
VRAIMENT UN LABYRINTHE CETTE NATIONALE 1!!! VRAIMENT CONTENT D'Y ETRE SORTI RAPIDEMENT!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Répondre
(0) J'aime
lolo59
Ayant vu joué Elian Bénitez hier soir Ce joueur a un sacré talent et quel meneur d'hommes! Un match plein
Répondre
(0) J'aime