L’Allemagne championne du monde pour la première fois !

Crédit photo : FIBA

Coupe du monde - 30 ans après son titre de champion d'Europe, l'Allemagne a remporté le deuxième trophée international de son histoire. Mais cette fois, la Mannschaft est championne du monde après sa victoire en finale contre la Serbie (83-77).

L’Allemagne a remporté son premier titre de champion du monde ce dimanche à Manille, en venant à bout de la Serbie. 30 ans après ce qui était jusqu’ici son seul sacre international, à l’Euro 1993, et un an après avoir échoué à retrouver ce titre à la maison, le basket allemand confirme sa montée en puissance en montant sur la plus haute marche du podium mondial. Un succès logique en fin de compte puisque la sélection de Gordon Herbert est la seule à avoir terminé invaincue sur ce tournoi (8 victoires en 8 matches). Et si la Serbie est revenue à une possession (75-78) à 1 minute et 21 secondes de la fin grâce aux efforts dantesques d’Aleksa Avramovic, elle a finalement perdu sa cinquième finale de suite dans une grande compétition internationale, sur le score de 83 à 77.

Des Serbes mieux partis puis dominés

A l’image de Franz Wagner, les Allemands ont disposé d’une puissance physique supérieure à la Serbie (photo : FIBA).

Portés par leur leader Dennis Schröder (28 points à 9/17 aux tirs, 2 rebonds et 2 passes décisives pour 21 d’évaluation 34 minutes), nommé MVP de la compétition, les Allemands ont pris le dessus petit à petit dans le deuxième quart-temps, après une entame de match en faveur des Serbes. Plus durs, plus organisés et toujours aussi précis dans l’exécution de leurs systèmes (63% de réussite aux tirs sur le premier quart-temps), les hommes de Svetislav Pešić semblaient prendre le dessus dans une rencontre d’abord offensive (23-26, 10′). Au point que les supporters venus les encourager chantaient déjà « auf Wiedersehen » (au revoir en allemand) au bout de 4 minutes. Mais le basket est d’abord un sport de duels et la sélection d’outre-Rhin disposait ce dimanche de plus de talents dans ses rangs, d’un impact physique supérieur ainsi qu’une rotation plus longue ce dimanche, de l’aveu même du sélectionneur serbe, qui a rapidement perdu Ognjen Dobrić en début de match. Si dominant vendredi en demi-finales contre le Canada mais diminué par une blessure musculaire depuis, le pivot Nikola Milutinov a ainsi été incapable de faire sa place dans la raquette et a terminé la partie sans le moindre panier de champ (2 points à 0/4 aux tirs, 4 rebonds et 4 passes décisives en 20 minutes). Avec seulement 3 points dans le 4 dernières minutes de la première mi-temps, les Serbes se sont fait rejoindre au score à la pause (47 partout).

Avramovic redonne espoir au peuple serbe, mais Schröder a le dernier mot

Si Aleksa Avramovic a élevé son niveau de jeu comme jamais, la plupart de ses coéquipiers sont passés à côté de leur finale (photo : FIBA).

La bascule s’est faite dans le troisième quart-temps. « On a haussé notre niveau défensif, on était plus agressifs », a reconnu Gordon Herbert après la rencontre. Difficile à stopper de l’autre côté du terrain, Dennis Schröder s’est régulièrement déjoué de la défense serbe quand lui et ses coéquipiers empêchaient leurs vis à vis de trouver le liant collectif qui a fait leur succès sur cette quinzaine asiatique. Sur l’ensemble des deuxième et troisième quart-temps, ces derniers n’ont ainsi pu réaliser que 3 passes décisives, contre 7 sur les 10 premières minutes. Dépendant des systèmes mis en place pour le libérer, le shooteur Bogdan Bodganovic – qui s’est senti malade avant la rencontre des dires de son coach – a ainsi complètement disparu (15 points en première mi-temps, 17 au final). « Ils ont monté leur niveau d’agressivité et leur impact physique », a décrit Aleksa Avramovic. Le meneur remplaçant, au contraire de ses leaders, a su élever son niveau de jeu pour garder les siens en vie. Descendus à -12 à l’entame de la dernière période (67-55) face à une équipe très réaliste à 2-points (longtemps à plus de 70% de réussite aux tirs), les Serbes se sont démenés pour recoller en suivant l’exemple de leur héros des phases finales. Mais ils n’ont pas saisi les opportunités pour égaliser. A -3 (75-78), Marko Guduric a d’abord manqué un 3-points ouvert dans le corner, avant de rater un 2+1 puis d’envoyer la balle en touche en cherchant Milutinov à l’intérieur.

Dennis Schroder Allemagne 2023 FIBA
Dennis Schröder exulte : après tant d’années données à la sélection allemande, il est enfin allé chercher un titre après une première médaille en 2022 (photo : FIBA).

Dennis Schröder ne s’est lui pas privé de sceller la victoire allemande en se déjouant cette fois de l’étau d’Avramovic. Lui qui a tant bataillé pour amener le basket allemand au titre, ce que n’avait pas réussi à faire son illustre prédécesseur Dirk Nowitzki, a vécu une formidable aventure humaine. « On a apprécié chaque jour, chaque entraînement, chaque match. Finir à 8-0 avec le calendrier qu’on a eu… Ce titre c’est une bénédiction, de partager ça avec les gars dans le vestiaire. C’est incroyable », a-t-il commenté aux côtés de son coach Gordon Herbert, avec qui il a noué une véritable depuis la prise de fonction de ce dernier en septembre 2021. « La meilleure chose que j’ai fait est de nommer Dennis capitaine », s’est félicité le technicien canado-finlandais, en sifflant une San Miguel, la bière philippine, de faible valeur selon ses mots. « Il a fait quelque chose que jamais personne n’a fait en Allemagne. C’est un leader ». Et maintenant un champion du monde, comme ses 11 coéquipiers.

À Manille,

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Gabriel Pantel-Jouve

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires