L’ASVEL se relance face à Paris

Crédit photo : Infinity Nine Média

Devant plus de 11 000 personnes à Bercy, l’ASVEL l’a emporté facilement face au Paris Basketball (69-86). Dans le sillage de leur victoire à Milan en EuroLeague, les Villeurbannais enchaînent en Betclic ELITE et remontent à la 5e place du classement en étant ex-aequo avec la JL Bourg et Le Mans.

Trois jours après la venue de la NBA à Paris pour une affiche entre les Detroit Pistons et les Chicago Bulls, le Paris Basketball a investi l’Arena de Bercy pour y affronter l’ASVEL pour le compte de la 18e journée de Betclic ELITE. Devant plus de 11 000 spectateurs, l’ASVEL s’est imposé (69-86) et a confirmé son regain d’énergie alors qu’elle restait sur deux défaites de rang en championnat à Boulogne-Levallois (91-95) et contre Le Mans (73-79).

Pourtant, les Parisiens ont chahuté le champion de France en titre. Les hommes de T.J Parker ont mis longtemps avant de trouver la bonne carburation, la faute à des rotations qui se sont avérées veines qui n’ont pas permis de maintenir l’intensité malgré l’impact de Youssoupha Fall dans la raquette (19-19, 10’). « Il faut qu’on prenne l’habitude d’être bon sur tous les quarts-temps », avouait T.J Parker en conférence de presse. « Il faut voir ce qui est le meilleur pour l’effectif sachant que nous n’aurons pas autant d’entraînement que ce que nous avons eu cette semaine. Mais les entraînements vont nous aider à ce que soyons consistants au début mais aussi lorsque les joueurs sortent du banc. »

La vista de Dee Bost

Dee Bost ASVEL 22-23
Pour son premier match de Betclic ELITE depuis son retour en France, Dee Bost a été étincelant. (Photo : Paris Basketball)

Pour son premier match sous ses nouvelles couleurs en championnat, Dee Bost était lancé dans le cinq majeur par T.J. Parker. L’ancien de la SIG Strasbourg (2017-2018) et Monaco (2016-2017 puis 2018-2021) a tout de suite apporté sa vista sur le parquet. Peut-être un peu trop puisqu’en première période le meneur de jeu s’est accroché une première fois avec Gauthier Denis au cours du premier quart-temps avant de récidiver avec Tyronne Wallace dans le second acte où les deux joueurs ont récolté une faute technique. En revanche dans le jeu, il n’y a pas eu trop, ni trop peu. Juste le dosage parfait pour porter l’ASVEL avec un total de 18 points (7/9 aux tirs dont 4/6 à 3-points) et 4 passes décisives. Au-delà de son apport personnel, l’américain au passeport bulgare a régalé en compagnie de Nando De Colo (20 points et 5 passes décisives) sur la ligne arrière villeurbannaise mais a aussi apporté une forme de sérénité. « Avec Dee Bost, ça change beaucoup de choses », lâchait T.J. Parker. « Il connait le championnat, il connait aussi un peu l’EuroLeague et c’est ce que nous avions besoin. Nous avions besoin d’un patron sur le terrain et il l’est. C’est un joueur qui n’a jamais peur de prendre ses responsabilités et ça facilite pas mal de choses. Par exemple à Milan, sur la fin de match quand on peut jouer avec Jonah Matthews, Nando De Colo et Dee Bost, il y a trois armes redoutables en attaque et nous ne sommes pas obligés de nous reposer que sur un seul joueur. »

Paris longtemps dans le coup

Tyronne Wallace Paris Basketball 22-23
Tyronne Wallace (21 points) a été bien trop seul ce dimanche pour permettre au Paris Basketball de l’emporter face à l’ASVEL. (Crédit photo : Paris Basketball)

Pourtant malgré l’apport de la nouvelle recrue villeurbannaise, le Paris Basketball a su tenir tête à l’ASVEL jusqu’à la mi-temps (38-39, 20’) mais aussi dans le troisième quart-temps où Tyronne Wallace a fait le job (8 points à la pause, 21 au final) avant d’être en difficulté dans le jeu notamment en attaque où il a été difficile de trouver des solutions viables. « Nous n’avons tout simplement pas eu d’adresse », avouait Axel Toupane après la rencontre. « On a un très mauvais pourcentage à 3-points (3/24 soit 13%), je pense que c’est ce qui nous a manqué. Nous nous sommes bien battus, nous avions la bonne attitude et la bonne énergie face à une grosse équipe de l’ASVEL. Il faut qu’on continue à rester positifs et à bien travailler. On est conscients qu’on ne va pas gagner tous les matchs. Il faut continuer. » Un manque criant de solution que Dee Bost a su exploiter pour lancer l’assaut des Rhodaniens, comme à Milan en EuroLeague. Cependant, il n’a pas été seul. D’un shoot longue distance, Charles Kahudi a fait le break et a permis aux siens de faire le break (57-62, 30’). Un break que l’ASVEL a su faire fructifier dans un dernier acte à sens unique remporté 12-24, soulignant parfaitement leur prestation défensive face à un adversaire qui restait sur quatre prestations de haut vol en championnat avec 93 points marqués en moyenne contre 69 ce dimanche soir.

Après une belle remontée au classement, Paris est coupé dans son élan en championnat et glisse à la onzième place de Betclic ELITE avec un bilan de 8 victoire et 10 défaites. De son côté, l’ASVEL (10 victoires – 8 défaites) revient à la 5e place après deux revers en Betclic ELITE et a confirmé son embellie avant d’affronter Fenerbahçe jeudi soir (21h00) en EuroLeague.

Cliquez-ici pour accéder aux statistiques de la rencontre

À Paris (Bercy),

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Théo Tetard

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires