« On n’a pas joué intelligemment » regrette Gérald Ayayi après Pau-Nanterre

Crédit photo : Sébastien Grasset

Gérald Ayayi et Éric Bartecheky reviennent sur la défaite de l’Élan béarnais contre Nanterre

Dimanche soir, l’Élan béarnais a signé sa huitième défaite de la saison en s’inclinant contre Nanterre 92 (71-80). Avec son effectif raccourci du fait de ses difficultés budgétaires, l’EBPLO peut cocher la réception des équipes de deuxième partie de tableau sur son calendrier. La rencontre face à Nanterre (4 victoires et 6 défaites avant la rencontre) en était une. Mais le groupe d’Éric Bartecheky n’a pas atteint son objectif, au plus grand regret du coach champenois :

« Quand vous regardez les statistiques à la fois individuelles, sur certains joueurs, et collectives on peut dire que c’est frustrant, on n’est pas assez bons, explique le coach. Nous, on ne peut pas se permettre d’avoir un joueur blessé, un joueur qui passe à travers ces matchs. Cette défaite est frustrante, après, c’est l’histoire de la saison, on est malgré tout dans les matches, mais on n’est pas loin à chaque fois et malheureusement, on ne les prend pas, ça nous coûte cher. Ce (dimanche) soir, l’équipe de Nanterre était beaucoup mieux armée que nous. »

Même son de cloche pour son arrière/meneur Gérald Ayayi.

« Il y a beaucoup de choses qui nous ont échappé ce (dimanche) soir, des rebonds qu’on leur laisse. Malheureusement, on connait maintenant les forces et les faiblesses de notre équipe, on n’a pas joué intelligemment. On a eu un Vitalis (Chikoko) dominant, mais on s’est entêté nous à 3-points, avec un très mauvais pourcentage (4/20). En aucun cas, je remets en question l’intensité et l’engagement de chacun de mes coéquipiers, je pense que tout le monde donne ce qu’il a. Maintenant, il va falloir jouer intelligemment sur nos forces.« 

Et ce dès vendredi avec un duel qui sent chaud la lutte pour le maintien, à Fos-sur-Mer. « On n’a pas le temps de se lamenter, il faut se pencher sur ce gros rendez-vous », rebondit Gérald Ayayi.

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Gabriel Pantel-Jouve

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires