Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Camps

« On se voyait déjà dans l’avion du retour » – Les réactions après Turquie – France

Opposée à la Turquie en quarts de finale, l'équipe de France est revenue de loin et s'est imposée 86 à 87 après prolongation. Retrouvez les principales réactions d'après-match.
« On se voyait déjà dans l’avion du retour » – Les réactions après Turquie – France
Crédit photo : FIBA

Timothé Luwawu-Cabarrot : « C’était tendu. Je suis soulagé de ne pas sortir en huitièmes, ça aurait été vraiment un échec. On se voyait déjà tous dans l’avion pour le retour. On a tout donné et nous avons eu un peu de réussite à certains moments. On le mérite, on a dépensé beaucoup d’énergie. Cependant, c’est un peu une claque dans la gueule, on va tous se remettre un peu en question. On s’est mis dans le trou tout seul : on a perdu des balles, on n’a pas fait les stops, ils ont eu de la réussite à trois points… Mais on s’est rattaché tous ensemble après. Je suis content qu’on s’en soit sortis et content d’être aussi sorti de mon trou. Ça m’a fait du bien d’avoir eu de l’importance dans le match et je pense que ça s’est ressenti. C’est ce que je dois faire depuis le début mais j’ai décidé de show-up seulement pour la phase finale (il rit). Non mais plus sérieusement, on savait qu’ils avaient du mal avec les lancers-francs depuis le début de la compétition. Sur l’antisportive, je pense que les arbitres ne sont pas constants et il n’y a aucun sens dans ce qu’ils font. La manière de gagner nous rapproche et on va bien se préparer pour être prêts pour le prochain match. »

Thomas Heurtel et l’équipe de France sont revenus de loin face à la Turquie. (Photo : FIBA)

Evan Fournier : « J’ai l’impression d’avoir survécu à un truc. Quand il y a les trois lancers francs, l’antisportive… Ce n’est pas par hasard. T’as l’impression d’avoir survécu à un match que tu aurais dû perdre. Ça nous a remonté sur la prolongation. J’avais déjà vécu ça mais quand tu le revis, t’as l’impression que c’est la première fois. On avait le match en main… À titre personnel, je ne peux pas jouer comme ça si on veut réellement faire un beau parcours. Il faut que je joue mieux, que je trouve des solutions pour être plus agressif, plus efficace. On a manqué d’alternance, il faut qu’on trouve des meilleures situations. »

À LIRE AUSSI,
NOTRE RETOUR SUR LA RENCONTRE

Amath M’Baye : « Je m’en voulais beaucoup d’avoir manqué le 3-points dans le corner et contribuer en défense ensuite pour pouvoir se mettre cette victoire dans la poche était important pour moi. Je nous voyais clairement éliminés. Cedi (Osman) est connu plutôt connu pour rater ses lancers-francs donc il y avait une petite chance. Le fait que ça soit lui sur la ligne, c’était bien. Ensuite, on a réussi à faire une interception sur la remise en jeu et c’est à ce moment-là que la flamme dans mon cœur s’est rallumée. Dans le troisième quart-temps, les Turcs ont très bien joué et nous, on a un peu relâché l’accélérateur. C’est une chose qu’on ne doit pas faire. Quand tout cela se passe en même temps, ça fait basculer la rencontre. Les balles perdues, c’est un sujet dont on parle beaucoup, mais dont on n’a toujours pas trouvé la solution. Si on arrive à perdre 20 ballons et gagner, ça veut dire que le jour où on aura réglé ce problème, on sera encore plus dangereux. C’est un point négatif, oui. Mais c’est quelque chose qu’on peut régler. Nous sommes tenaces. Je pense que c’est quelque chose qui a toujours fait partie de notre ADN et réussir à faire ça, nous le montre une fois de plus. »

Rudy Gobert : C’était un match fou.On n’a jamais arrêté de se battre. Je suis très fier qu’on n’ait pas baissé les bras, alors que beaucoup d’équipes auraient abandonné. On a été récompensé pour cela. Je suis confiant mais ça ne veut pas dire que ce ne sera pas très difficile. Rien n’est garanti dans le sport, on l’a encore vu aujourd’hui. Les performances de Luwawu-Cabarrot et M’Baye ? Ils ont été incroyables. Comme Vincent (Collet) l’a dit dans le vestiaire, on a vraiment un effectif où tout le monde peut contribuer. C’est la force de notre équipe et ça a payé. Ce ne sont pas toujours les mêmes qui feront un gros match. C’est important qu’on en soit conscient et qu’on apprécie ça. Par exemple, Vincent Poirier a peu joué aujourd’hui car il y avait du small-ball en face mais on aura besoin de lui si l’on affronte la Serbie. Nous avons quelques jours pour être prêts mercredi maintenant. Le but reste la médaille d’or mais il faut déjà penser au prochain match.

Propos recueillis à Berlin,

BEBASKET

Une lecture plus fluide, des chargements de pages plus performants, et plus de publicité ! Offrez-vous un abonnement BeBasket et soutenez la rédaction et la couverture du basket français au quotidien.

À partir de 5€

Commentaires


Vous écrivez en tant que .Modifier

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5€