Pas de médaille pour les Bleues mais de belles promesses : « Nous avons initié quelque chose »

Crédit photo : FIBA

Éliminée en quart de finale de la Coupe du Monde par la Chine, l'équipe de France va quitter l'Australie sans médaille autour du cou. Mais le bilan de cette première compétition sous la houlette de Jean-Aimé Toupane est globalement positif, avec quelques victoires marquantes et un fonds de jeu cohérent malgré une équipe largement renouvelée. C'est le message qu'on voulu faire passer les tricolores après la rencontre.

Marine Fauthoux (au micro de beIN Sports) : « Forcément, nous sommes déçues. Le match est resté serré pendant 40 minutes, on a vu qu’on pouvait revenir, on a fait une très bonne entame de match… Mais quand on voit cette équipe de Chine, on se dit qu’on n’était pas loin. Pour l’instant, il n’y a que la défaite qui compte à mes yeux. Je sais que plus tard, on pourra voir le positif avec l’émergence d’une nouvelle génération, le fait d’être parmi les dernières équipes européennes de la compétition, mais là, c’est dur de prendre du recul. J’ai préparé ce match comme d’habitude, avec la même mentalité. J’ai eu de la réussite dans le troisième quart-temps, j’ai essayé de tout faire pour l’équipe mais ça n’a pas suffi. J’ai du mal à voir le côté positif de ma performance quand on perd. À nous de travailler pour que cela passe la prochaine fois. On va récupérer quelques joueuses pour l’EuroBasket 2023 : quand on voit que Marine Johannès est restée avec nous pendant toute la compétition, ça montre les valeurs de cette équipe et notre état d’esprit. C’est sûr que l’on fera un grand Euro ! »

La capitaine Michel est fière de sa jeune escouade (photo : FIBA)

Sarah Michel (au micro de beIN Sports) : « L’écart ne reflète pas la physionomie du match. Il nous manque un peu d’adresse car même si on est adroites en première mi-temps, elles sont au-dessus, elles ont mis des gros tirs. Après, on a fait des bonnes défenses et j’ai l’impression qu’on ne s’est jamais autant battu aux rebonds sur cette compétition qu’aujourd’hui. Ce sont des petits détails, on a un peu moins d’adresse en fin de match et l’écart ne reflète pas la réalité de la rencontre. On savait que ça allait être un match intense, la Chine relance tout le temps. A contrario, il fallait les faire courir en défense car elles aiment un peu moins. On a essayé de courir et de jouer avec intensité, de les gêner, de les toucher… On fait un bon match mais c’est sûr que c’est décevant car je pense qu’il y avait moyen de passer. C’est plein de petits détails mis bout à bout qui font qu’on ne se qualifie pas à la fin. S’il y a plein de promesses pour l’avenir ? Oui oui ! On ne nous attendait pas forcément ici mais on aurait voulu faire mieux, on pouvait le faire. Il y a beaucoup d’expérience qui a été prise par cette équipe, il faudra accumuler du vécu ensemble mais ce qu’on a produit est déjà très bien, même mieux qu’il y a un an. Il faut déjà se satisfaire que cette équipe progresse ensemble : il y a beaucoup de talent en attaque, une grosse défense mais on pêche aux rebonds, ça va être un axe de travail fort. Après, ce sont des petits détails, des petites choses tactiques, des petites lectures. Mais ça, c’est avec l’expérience que ça va venir et je suis confiante pour l’avenir car cette équipe a beaucoup de talent et de cœur. »

Courageuses, les Bleues ont cédé face au défi physique chinois

 

Alexia Chartereau (en conférence de presse) : « Vu que nous sommes des compétitrices, nous sommes très déçues de cette élimination mais je reste fière de mon équipe car nous sommes restées soudées malgré les hauts et bas de notre Coupe du Monde. Personne ne s’attendait à nous voir en quart de finale donc c’est déjà une petite victoire pour nous. Nous avons affronté une excellente équipe de Chine. C’est plus la défaite contre la Serbie qui me reste en travers de la gorge car c’est elle qui nous a mis dans cette situation. Nous devons grandir et progresser ensemble. »

Un premier été positif pour Jean-Aimé Toupane à la tête des Bleues (photo : FIBA)

Jean-Aimé Toupane (au micro de beIN Sports et en conférence de presse) : « Ça s’est joué sur des détails et la maturité. On n’a pas à rougir de cette défaite car les joueuses ont tout donné. J’ai vu une équipe déterminée, qui a fait des efforts. On paye l’inexpérience, quelques détails, mais l’effort était constant jusqu’au bout. Nous sommes tombés sur une grande équipe chinoise. Le bilan de la Coupe du Monde est positif : si l’on regarde d’où l’on part avec toutes les absences, nous pouvons être satisfaits. On aurait voulu aller un peu plus loin mais on a initié quelque chose par rapport à cette nouvelle génération. Vu l’équipe que l’on avait, faire un quart de finale était inespéré. Les gamines ont montré des vertus, beaucoup de courage et d’abnégation : c’est ce qu’il faut retenir. Je n’ai pas envie de parler des absentes. Bien sûr qu’elles nous ont manqué mais je préfère parler des présentes. Ce qu’elles ont fait aujourd’hui est très positif : nous avons une équipe très jeune, inexpérimentée à ce niveau et la performance livrée face à une grande équipe de Chine est tout ce à quoi je veux penser. Si l’on avait joué comme cela contre la Serbie… C’est une expérience qui nous servira pour la suite, on va essayer de bâtir dessus pour l’avenir. »

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Alexandre Lacoste

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires