Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Rudy Gobert sur Wembanyama : « Je pensais qu’il atteindrait son niveau actuel en année 2 ou 3 »

NBA - Invité dans le podcast de JJ Redick, Rudy Gobert a eu l'occasion de s'exprimer sur la saison rookie de Victor Wembanyama, désormais terminée. Il a avoué que, même s'il le connaît depuis des années, il a été surpris de sa précocité.
Rudy Gobert sur Wembanyama : « Je pensais qu’il atteindrait son niveau actuel en année 2 ou 3 »

Wembanyama et Gobert se sont affrontés quatre fois cette saison

Crédit photo : DR

C’est officiel, la saison rookie de Victor Wembanyama (2,24 m, 20 ans) est terminée. Les Spurs – Gregg Popovich en particulier – ont choisi de le reposer pour le dernier match de la saison face aux Pistons d’Evan Fournier, afin de préserver sa cheville droite meurtrie. Il s’arrêtera donc à 71 matchs disputés. Ses statistiques historiques lui assurent sans trop de suspense d’être récompensé par le trophée de Rookie de l’année. Il sera même dans la course pour être Défenseur de l’année.

Alors forcément, le phénomène de Chesnay a rendu fier le basket français et ses basketteurs. Y compris Rudy Gobert, qui joue un rôle de mentor depuis maintenant plusieurs années avec Wembanyama. Invité pour la première fois dans le célèbre podcast de JJ Redick (The Old Man and The Three), le pivot français a couvert de louanges son jeune compatriote. D’autant plus quand il a été interrogé sur les doutes qu’il pouvait y avoir avant la saison – surtout chez les Américains – sur le physique et la santé du jeune prodige :

« Il y a toujours eu des points d’interrogation sur lui au sein de l’opinion publique. Plus maintenant. Forcément, on n’a jamais vu ça dans le monde du basket. Personnellement, vu que je connais le gamin depuis qu’il a 14 ans, je n’avais aucun doute. Je connais son état d’esprit, son cœur, et sa famille. Il y a quelque chose de grand chez lui. Et pas seulement parce qu’il fait 2,26 m et qu’il sait faire plein de choses sur un terrain. Je l’ai vu en lui dès le premier jour, à la façon dont il parle, dont il est passionné et acharné. Il va faire quelque chose qui n’a jamais été fait dans l’histoire de notre sport, il va changer le basket. Je suis tellement fier de lui, et j’essaye d’être présent au maximum en tant que mentor, sur le basket en tant que personne. »

Quand on a demandé à Gobert si Wembanyama avait réussi une saison encore meilleure que ce qui était attendu, il a avoué avoir lui-même été surpris :

« Je savais qu’il serait spécial, mais je ne m’attendais pas à ce qu’il fasse certaines choses aussi vite. Il est bien au-delà des attentes que j’avais pour sa première année. Il s’est amélioré chaque mois. Au début il a dû s’adapter au côté physique de la NBA, et au calendrier. Les Spurs ont fait un super job pour le protéger, en lui mettant des limites de minutes au début. Et en les augmentant au fur et à mesure. Mais son niveau actuel de confiance et de compréhension du jeu, je pensais qu’il l’atteindrait en année 2 ou 3. Je suis impressionné par tout ce qu’il fait, c’est excitant de voir jusqu’où il peut aller. »

Enfin, pour conclure le podcast, le triple Défenseur de l’année – dont le palmarès individuel pourrait être éclipsé par celui de Wembanyama – s’est projeté sur leur future association en Équipe de France : « C’est excitant d’y penser ». Avant de souhaiter tout le meilleur à ce « gamin » qu’il « adore. »

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
pedro42
Si les journalistes pouvaient arrêter de traduire "special" par "spécial", ça n'a aucun sens en français. ça fait english, peut-être cool je ne sais pas, mais ça ne grandit pas l'auteur de l'article.
Répondre
(0) J'aime