Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Une victoire salvatrice pour l’AS Monaco face au Maccabi Tel-Aviv

Après trois défaites en quatre matchs, les Monégasques ont remis le contact. À l'occasion de la 26e journée de l'EuroLeague, la Roca Team s'est imposée 86-67 face au Maccabi Tel-Aviv, reprenant place dans le Top 4.
Une victoire salvatrice pour l’AS Monaco face au Maccabi Tel-Aviv
Crédit photo : A.S. Monaco Basket

Les statisticiens se sont trompés, attribuant à tort cette banderille lointaine à Jordan Loyd. Mais alors que l’AS Monaco n’avait marqué qu’un seul tir à trois points, échouant constamment à trouver la cible malgré les positions les plus ouvertes possibles, c’est bien Élie Okobo qui a hérité de la gonfle à neuf mètres du cercle alors que s’approchait la sirène des 24 secondes à seulement 60-59 pour la Roca Team (33e minute). Mais devant les bras levés de l’ex-nanterrien Suleiman Braimoh, l’international français s’est élevé et a fait mouche, brisant la malédiction. Le tournant, incontestablement.

Dans la foulée, sous les yeux de son ancien président Tony Parker, le Bordelais a provoqué la faute offensive du même Braimoh puis s’est occupé de tout : une autre flèche lointaine, une pénétration avec sa main gauche magique, une offrande pour Donta Hall… Idéal pour parachever un 15-0, alors que les Monégasques étaient en sérieux danger (de 58-59 à 73-59). Il fallait, aussi, qu’Élie Okobo prenne ses responsabilités puisque son alter-ego Mike James a encore failli abandonner son équipe, se détournant du match dans le troisième quart-temps, alors qu’il avait parfaitement démarré, pour incendier les arbitres.

Chima Moneke, le pari gagnant

Revancharde après trois semaines imparfaites (deux défaitescontre la JL Bourg puis un revers à Barcelone), l’AS Monaco a signé une entame idéale (21-7, 6e minute), avant de retomber dans ses travers, incapable de trouver le chemin du cercle longue distance. Outre Élie Okobo, il a fallu que Sasa Obradovic trouve en Chima Moneke un facteur X idéal. Malade, l’ancien intérieur de Quimper ne s’était pas entraîné ces deux derniers jours et ne pensais pas jouer. « Quand le coach a appelé mon nom, je croyais que j’étais en train de rêver », rigolait-il au micro du diffuseur Skweek. « Il a dû me crier dessus pour que je comprenne. Je ne m’attendais vraiment pas à me retrouver sur le parquet mais quand on est en tenue, il faut toujours être prêt. » Entré à la 26e minute, le MVP de la Champions League n’est ensuite plus jamais ressorti, fort de son petit chantier (9 points à 4/7 et 4 rebonds). « Nous avons su trouver du rythme grâce à un bon cinq sur le terrain en fin de match », acquiesce Sasa Obradovic. « À ce moment-là, j’ai trouvé qu’on avait fière allure en tant qu’équipe sur le terrain. Notre travail défensif a été magnifique en seconde mi-temps ! On a gagné une première finale, il en reste d’autres. »

De nouveau solidement accrochée au Top 4, l’AS Monaco a certainement définitivement écarté un concurrent direct puisque le Maccabi Tel-Aviv, maintenant 10e, pointe à trois longueurs de retard, plus le panier-average. Mais au-delà des simples considérations comptables, ce succès, aux proportions trompeuses (86-67, score final), fera le plus grand bien aux esprits monégasques, mis à rude épreuve depuis quinze jours. « Cette rencontre était très importante pour la confiance », souffle Yakuba Ouattara. « On a pu avoir certains doutes par rapport aux derniers matchs et on a répondu de la meilleure des façons. Des victoires comme celles-ci font vraiment plaisir ! » Et pour peu que Mike James retrouve prochainement sa sérénité…

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion