Valentin Vitale-Boiteux, la pépite de Besançon, file à Tours

Crédit photo : Antoine Bodelet

Révélation de la saison de Nationale 1, Valentin Vitale-Boiteux a fait le choix de rester en troisième division plutôt que de se frotter à la Pro B : le jeune meneur de 21 ans quitte ainsi Besançon pour Tours.

Il était l’une des bonnes affaires potentielles du marché de Pro B. Lancé dans le grand bain en 2021 par Nicolas Faure à Besançon (4,3 points et 1,1 passe décisive l’an dernier), Valentin Vitale-Boiteux (1,87 m) a vite gagné en galon, au gré d’une progression exponentielle, au point d’afficher des statistiques extrêmement prometteuses pour un jeune de 21 ans en Nationale 1 : 13,9 points à 45%, 4,1 rebonds et 3,2 passes décisives de moyenne. Les clubs de l’antichambre ne s’y étaient d’ailleurs pas trompés : Saint-Vallier, Aix-Maurienne, Denain ou Vichy, entre autres, étaient tous venus aux renseignements ces derniers jours. À tel point qu’au moment de se défaire de son contrat avec le BesAC, le meneur doubiste avait d’ailleurs annoncé qu’il partirait à l’étage supérieur. ” J’ai eu des propositions de clubs huppés de N1, mais j’avais dit que si c’était pour jouer en N1, je resterais au BesAC.  Là, des propositions sont arrivées de clubs de Pro B. J’en ai plusieurs sur la table et je choisirai, je pense, avant le week-end prochain “.

Finalement, l’ancien pensionnaire des centres de formation de Dijon et Limoges a pris tout le monde à contre-pied puisque selon nos informations, il a dit oui au Tours Métropole Basket, tout juste relégué en Nationale 1. Plutôt que de se développer dans un club de second rang en Pro B, il aurait donc choisi de poursuivre sa progression en NM1, avec l’ambition de prouver qu’il peut tenir les manettes d’une équipe ambitionnant de retrouver immédiatement son rang en LNB. Originaire de Saint-Vit, à une vingtaine de kilomètres de Besançon, Valentin Vitale-Boiteux est un meneur énergique et rapide, aux axes d’amélioration bien identifiés : la gestion du jeu placé et l’adresse extérieure. Même si le chantier est déjà bien entamé sur la deuxième facette, lui qui est passé de 27% à 34% à trois points en l’espace d’une année…

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Alexandre Lacoste

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires